Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/09/2009

Coup d’œil sur quelques arbustes

11_21_53_950123000_Abelia_'Edward_Goucher'.jpgEn septembre, quelques arbustes attirent le regard. Leurs floraisons, feuillages et fructifications éclairent les derniers jours de l’été avant les mille feux de l’automne.

Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


LES JARDINS SONT SOUVENT TRISTOUNETS à la sortie des beaux jours et avant l’explosion des couleurs d’octobre. Pourtant, il existe quelques valeurs sûres. Les Abelia et Leycesteria accompagnent joliment dans les parterres les asters et autres plantes vivaces du moment.

L’Abelia – première plante citée dans les livres classés par ordre alphabétique – est une Caprifoliacée. On lui a collé longtemps la vilaine réputation d’être non rustique, mais même cet hiver, à condition d’être à l’abri des vents froids, personne ne l’a perdu. A part quelques branches abîmées raccourcies au printemps. D’une hauteur de 1m50 environ, il préfère le plein soleil, un sol drainé, légèrement acide, pas trop sec. Très à l’aise aussi dans des grands pots. De port élégant et léger, ses rameaux sont arqués, voire retombants. Le feuillage semi-persistant prend une légère coloration pourprée à l’automne, et la floraison perdure de juillet à octobre. On dirait des petits papillons. Rajeunissez-le en avril en taillant à la base deux ou trois vieilles branches.

Deux variétés retiennent l’attention. Abelia ‘Edward Goucher’ au feuillage débourrant bronze avant de verdir et aux fleurs rose lilas, et Abelia x grandiflora ‘Francis Mason’ aux feuilles presque dorées et à la floraison blanche teintée de rose. Le calice pourpre, c’est-à-dire l’enveloppe extérieure de la fleur, reste attrayant lorsque la floraison est terminée. Une mention pour Abelia mosanensis qui vient d’être rebaptisé Zabelia mosanensis. Originaire de Corée, il a reçu une distinction à la fête des plantes de Courson au printemps 2008. Ses fleurs blanches au bouton rose sont parfumées, ce qui est inhabituel pour un Abelia. Elles apparaissent plus tôt, dès la fin du printemps. En automne, son feuillage se colore d’orange et de rouge. Si vous le trouvez, n’hésitez pas trop, et essayez-le.

Le Leycesteria – appelé chèvrefeuille de l’Himalaya – fait également partie de la famille des Caprifoliacées. Son nom rend hommage au botaniste anglais William Leycester qui a vécu au Bengale au début du XIXe siècle. Surnommé aussi arbuste aux faisans, car ils apprécient ses baies au goût de caramel. Chez nous, on cultive le seul Leycesteria formosa, non pas qu’il vienne de Formose, mais parce qu’il signifie beau tout simplement. Il se plaît dans n’importe quel sol, au soleil ou à mi-ombre, et, de par ses origines montagneuses, n’a pas peur des gelées hivernales. Les branches font penser à des cannes de bambous bleu vert d’une hauteur de 1m80.

Les feuilles sont caduques et les grappes de fleurs blanches, sortes de petites pendeloques de 10 cm de long, apparaissent durant l’été et continuent à s’épanouir lorsqu’arrivent les premières baies noires. Les bractées rouge bordeaux, entourant les fleurs puis les baies, persistent longtemps sur les branches. Parfois, jusqu’en décembre. Les baies sont grignotées avec bonheur par la gent ailée qui assure sans crier gare la propagation sauvage de la plante.

Une taille drastique au ras du sol doit être faite à chaque printemps dans le courant du mois d’avril. Elle remplace sans doute l’intervention de la chèvre tibétaine. Les tiges coupées sont creuses; elles peuvent être rassemblées en petits fagots, abris sympathiques pour les insectes du jardin. En cas de gel, pas de panique, puisque les fleurs apparaissent sur les branches de l’année qui démarrent au printemps. Et comme l’arbuste a tendance à drageonner, il ne vous laissera pas tomber. Pour les amateurs de feuillage doré, qu’ils jettent leur dévolu sur la jolie sélection ‘Golden Lanterns’.

 

11_21_54_529744000_Leycesteria_formosa_2.jpgLESPEDEZA

Souvent, on confond Lespedeza et Leycesteria. Non seulement, les noms se ressemblent, mais en plus, ils fleurissent en même temps à la fin de l’été et apprécient le même type de sol. Synonyme de Desmodium, il s’agit d’une légumineuse d’origine est-asiatique aux petites fleurs réunies en panicules pendantes de plusieurs dizaines de centimètres de long. On dirait une floraison de pois et une allure de grand genêt. Les longues tiges de 2 mètres sont joliment arquées, mais parfois un rien dégingandées. La raison pour laquelle le Lespedeza n’a pas toujours fière allure. Lespedeza thunbergii est proposé dans les pépinières. Ses petites fleurs rose violacé apparaissent dès mi-septembre. En avril, on rabat les branches au ras du sol. Puis, il faut attendre sans stress que la végétation redémarre calmement en mai.

 

Ph: MNC&MPV

Commentaires

Oui l'abélia est rustique et simple à entretenir. C'est vraiment un arbuste idéal pour colorer un jardin mais de par sa floraison il aide aussi les insectes butineurs à prospérer.

Écrit par : Pépinière | 21/09/2009

bonjour je vais planter des eleganus et des photinias pour faire une haie faut t'il les arroser la 1er annee merci

Écrit par : auger | 16/10/2009

L'arrosage c'est l'essentiel pour une reprise des arbustes.

Écrit par : Pépinière | 17/10/2009

Il est indispensable d'arroser la première année. Un seau de 10 litres par semaine et par arbuste qu'il pleuve ou non. Il est faux de croire que la pluie arrosera à votre place. Attention aussi aux gelées surtout celles apportées par les vents d'est qui pourraient abîmer vos jeunes plantations.

Écrit par : les Marie | 27/10/2009

Les commentaires sont fermés.