Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/06/2010

Jeux et jouets à travers les époques

10_50_54_145382087_malagne2.jpgLes 26 et 27 juin, Archeopass redécouvre les jeux de nos ancêtres. Vingt lieux œuvrant dans le domaine de l’archéologie y prennent part. A vous de jouer !

M.-A.G.


PRENONS DEUX BÉBÉS. UN NÉ récemment, au XXIe siècle donc, et un autre, issu de la période gallo-romaine. Avec quoi commencent-ils à jouer, que prennent-ils en main comme premier jeu d’éveil ? Le hochet, tout simplement. Evidemment, celui de notre enfant gallo-romain était fabriqué en terre cuite et renfermait des billes d’argile ou des cailloux, notre contemporain le possédera dans une autre matière, évolution des techniques aidant.

ArchéoPass, un réseau constitué d’institutions wallonnes œuvrant dans le secteur de l’archéologie, organise ces 26 et 27 juin, “A vous de jouer !” Vingt institutions participent à la manifestation et se proposent de mettre en valeur les jeux et les loisirs de nos ancêtres et par là même d’entamer une réflexion sur le rôle du jeu dans la société. Pour le grand public, ce sera l’occasion non seulement de découvrir l’histoire des jeux mais aussi de les expérimenter.

A Liège, par exemple, l’Archéoforum se propose de dresser un aperçu des connaissances actuelles sur les jeux depuis l’Antiquité jusqu’aux Temps modernes. L’exposition se divise en deux parties principales : les jeux de société et les jeux et jouets de l’enfance. Chaque partie aborde ce thème de l’Antiquité en Egypte, dans le monde gréco-romain et du Moyen Age aux Temps modernes. L’exposition est complétée par la présentation d’éléments de jeux anciens découverts en Belgique et de zones d’initiation aux jeux les plus appréciés de nos ancêtres.

Créé en 2005, le réseau de sites et de musées d’archéologie wallons vise à développer la diffusion de l’archéologie vers un public le plus large possible. Il a également comme objectif d’utiliser l’archéologie comme outil d’apprentissage et de réflexion sur le passé ainsi que sur les enjeux de la société contemporaine et de valoriser le travail mené par les archéologues de terrain. Grâce à eux, l’on apprendra ainsi que les Romains jouaient déjà à la marelle et à la poupée; que les Egyptiens emportaient leurs jeux dans l’au-delà, que les moines avaient aussi leurs récréations… Quant à la notion d’oisiveté en tant que telle, elle remonte à l’époque romaine. Du terme “vacare” (inoccupé), qui désignait ces périodes de temps qui n’étaient dédiées ni à la famille ni au travail. Chez les Grecs, par contre, le sport ou le théâtre avaient une vocation : honorer les dieux. Quand les Romains vont conquérir de grands territoires, ils exporteront la notion de loisir à tout l’empire et construiront des cirques et amphithéâtres. Jusqu’à preuve du contraire, les loisirs ont toujours leur place aujourd’hui.

 

Ph: Marlagne

Les commentaires sont fermés.