Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/03/2011

Abbaye de Lérins, une île, des frères, un grand vin

10_09_23_145623172_CAVE_3.jpgA quelques minutes de bateau du strass et des paillettes de Cannes, des moines cultivent une vigne dans le respect de l’environnement.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


07H45, DÉPART DE L’EMBARCADÈRE de Cannes du bateau-navette pour l’île Saint-Honorat, située à portée de vue de la Croisette, juste derrière l’île Sainte-Margueritte. Quinze minutes à peine séparent le strass et les paillettes de la cité balnéaire du calme, de la sérénité et du recueillement propices à la vie monastique de l’abbaye de Lérins.

Cette terre baignée par la prière est également un grand terroir viticole argilo-calcaire, limoneux et sablonneux, baigné par les courants marins qui lui confèrent sa singularité. Les huit hectares de vignoble entourent le monastère fondé en 405 par le moine saint Honorat, où actuellement vingt moines, vivant selon la règle de saint Benoît, prolongent cette tradition et vivent modestement du produit de leurs vignes et de l’élaboration de liqueur. Les moines appliquent en cela la devise bénédictine “ora et labora”, prie et travaille.

La vigne cultivée sur l’île depuis le Moyen Age jouit d’un fort ensoleillement, d’une belle hygrométrie apportée par les embruns marins, mais surtout par l’eau douce de la nappe phréatique située en profondeur qui, au cœur des étés torrides, remonte par capillarité, épargnant naturellement la plante du stress hydrique lors des sécheresses récurrentes en Méditerranée. Cette alimentation naturelle en eau s’explique également par la nature géologique de la roche mère dont les veines sont disposées verticalement, ce qui permet au système racinaire de se développer en profondeur pour y puiser l’eau et d’y extraire les éléments nutritifs.

Dans les années 1990, qui correspondent à l’arrivée du père Marie Pâques, économe de l’abbaye, le vignoble a été repris en main. Cinq parcelles, correspondant à cinq microterroirs, ont été identifiées et travaillées séparément. Dans la volonté de préserver l’environnement, les moines ont opté pour une culture raisonnée, sans utilisation d’engrais, de pesticide, ni d’herbicide, en limitant au minimum les traitements phytosanitaires rendus indispensables par l’humidité ambiante. De la taille aux vendanges, la majorité des travaux sont réalisés à la main par les moines aidés parfois de volontaires.

Une partie du vignoble est plantée en syrah, clairette et mourvèdre, ce qui paraît normal. Par contre, l’encépagement en chardonnay et pinot noir – pour le moins curieux dans ces contrées – est déroutant. Il ne peut laisser que dubitatif le connaisseur averti avant le “jugement dernier”, l’inéluctable dégustation. Ce n’est qu’à ce moment que l’on comprend la magie opérée entre le cépage, le terroir, le climat et l’alimentation en eau de la plante. Nous sommes en présence de très grands vins.


Le Clos de la Charité

Dans une société dominée par de fausses valeurs liées à l’argent, comme le profit ou la rentabilité, l’initiative du Clos de la Charité a pour objectif d’inviter chacun à entrer dans la joie de donner sans contrepartie matérielle afin de permettre de venir en aide à dix associations sélectionnées par la communauté de l’abbaye de Lérins. Dans ce véritable clos serti par les murs de l’abbaye, chaque pied de vigne a été parrainé à hauteur de 1 500 € par un généreux donateur qui ne recevra rien en retour. Pas même le fruit de la vigne, puisque la cuvée particulière, réalisée à base du raisin récolté dans le clos, sera vendue aux enchères, comme pour les ventes des Hospices de Beaune, au profit intégral des associations soutenues par le Clos de la Charité.


10_09_41_527368330_ABBAYE_DEPUIS_LES_VIGNES.jpgVisite oenologique

Tout au long de l’année, il est possible de visiter l’île, de participer aux offices et de découvrir le vignoble. A midi, la visite se termine habituellement autour d’un repas et d’une dégustation au restaurant “La Tonnelle” situé en bord de mer sur le chenal qui sépare l’île de sa voisine l’île Sainte-Margueritte. De la terrasse ombragée, on observe le ballet du zodiac assurant le transfert vers le restaurant des propriétaires des prestigieux voiliers et hors-bord qui ont mouillé l’ancre au large. Les vins sont également disponibles à la vente dans la boutique située à l’entrée du monastère. L’île Saint-Honorat est aussi un lieu de retraite dont les 35 chambres de l’hôtellerie du monastère accueillent toute l’année les fidèles.


DEGUSTATION

Cuvée Saint Pierre 2009 Assemblage de clairette et de chardonnay. Présente à la fois beaucoup de finesse et de complexité. Bien structuré, il évoque les agrumes et les herbes aromatiques. Le passage en bois assure une belle longueur en bouche sans hypothéquer sa fraîcheur. (Prix : 21€*).

Cuvée Saint Césaire 2009 100 % chardonnay, passé en bois, c’est un vin ample, gras, aux notes toastées, dont le caractère salin réveille les papilles en fin de bouche. (Prix : 39€*).

Cuvée Saint Sauveur & Saint Honorat 2009 100 % syrah élevé un an en fût de chêne pour moitié neuf et pour moitié d’un an. Un vin profond, au nez expressif et aux arômes intenses, qui atteindra sa plénitude dans cinq ans. (Prix : 36 €*).

Cuvée Saint Lambert 2009 100 % mourvèdre, certainement le coup de cœur avec la cuvée Saint Salonus plus classique. C’est l’expression remarquable d’un cépage qui n’est pas souvent propulsé au-devant de scène. Le nez est d’une complexité enivrante, les arômes de fruits rouges et d’épices explosent en bouche. (Prix : 73€*).

Cuvée Saint Salonus 2008 Un pinot noir de couleur sombre, ample, profond et soyeux, qui se démarque comme tous les vins dégustés par une très belle fraîcheur aux notes salées. Une fin de bouche qui n’en finit pas. (Prix : 122€*).

*Prix approximatifs correspondant au millésime précédent.
Distribué par ALTRAVINCO à Havelenge. Tél : 0495/21.19.30. Mail :
info@altravinco.com Egalement chez ROB à Bruxelles.


Ph.: Abbaye de Lérins

Les commentaires sont fermés.