Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2011

Hauts Pays-Bas

12_21_35_072783995_IMAGEGLOBE-7230506.jpgLe parc naturel de la “Haute Veluwe”, au cœur des Pays-Bas, accueille un musée hors du temps, où Vincent Van Gogh côtoie Pablo Picasso. Bienvenue dans la province de la Gueldre. Ou les Pays-Bas comme vous ne les connaissez probablement pas (encore)…

Découverte: Martin Buxant


VOUS CONNAISSEZ AMSTERDAM et ses canaux, peut-être La Haye, Rotterdam ou encore la Zélande. Mais on vous fiche notre billet que jamais encore vous n’avez mis les pieds en “Haute Veluwe”, dans la province du Gueldre, en plein centre des Pays-Bas, dans un triangle dont les trois pointes sont les villes d’Arnhem, d’Ede et d’Apeldoorn. Hé bien, c’est un tort…

C’est que cette région accueille, dans un pays considéré comme les plus urbanisés et les plus densément peuplés au monde, une immense réserve naturelle : le parc national de “Haute Veluwe” (“Hoge Veluwe”). Ce vaste parc d’environ 55 km² est une ancienne zone agricole rachetée et boisée par deux riches Néerlandais au début du XXe siècle. Le couple Kröller-Müller, qui a fait fortune dans le secteur maritime, a, en effet, acheté environ 5 000 ha de terrain pour les reboiser et y faire une véritable réserve naturelle. Le parc conserve le relief dunaire des sables remodelés par les vents et une vaste zone sableuse est volontairement conservée dénuée de végétation. On appelle cette zone “la mer de sable” et elle est d’ailleurs accessible sur certaines photos satellites prises depuis l’espace. Ce coin des Pays-Bas et de l’Europe de l’Ouest est l’un des endroits où la vision nocturne est la mieux préservée de la pollution lumineuse. Sept observatoires ont d’ailleurs été disséminés dans le parc afin de pouvoir y observer les grands animaux.

Les longs chemins du “Hoge Veluwe” peuvent être parcourus à vélo. La bicyclette est même le moyen de locomotion le plus adéquat pour humer et s’imprégner de l’atmosphère si particulière de la réserve naturelle. Au détour d’un petit lac, à l’orée d’un coin boisé, vous tomberez sur le pavillon Saint-Hubert qui est un pavillon de chasse, bâtiment conçu par l’architecte Hendrik Petrus Berlage pour la famille Kröller. Il peut être visité, on peut même grimper au sommet de la tour-mirador qui le surplombe.

Ne quittez pas la réserve sans un passage par le Kröller-Müller Museum, un musée planté au milieu du parc naturel. Celui-ci a d’ailleurs été dessiné par l’architecte belge Henry van de Velde. Il rassemble toutes les œuvres glanées au fil des années par Hélène Kröller-Müller. Eclectique, on passe allégrement de Vincent Van Gogh à Picasso en passant par Seurat, Mondriaan ou Ensor. Rayon sculptures, Rodin côtoie Giacometti ou Marta Pan. Un vaste espace retrace le parcours de la fondatrice de la collection qu’elle léguera à l’Etat néerlandais, en 1935. A la condition expresse que celui-ci la rende accessible au public. Ce qui fut fait.

Allez, tant que vous êtes sur votre vélo, n’en descendez pas et filez cheveux au vent sur les pistes cyclables (très bien aménagées…). Un crochet par le plus petit village des Pays-Bas s’impose. On serpente à travers la campagne néerlandaise à quelques kilomètres de Hengelo, on place les bicyclettes sur le bac d’Alfred qui vous fait traverser la rivière Ijssel en quelques minutes. Et vous voilà à Bronckhorst. En tout et pour tout une quinzaine de maisons en brique rouge, 180 habitants, une petite église, des charmantes ruelles en pavés et un petit restaurant. Un musée dédié à Charles Dickens y est également situé.

Vous pourrez également passer par Zutphen, une petite ville de la même province. Ses rues piétonnes et sa place communale incitent à la flânerie, un sympathique marché s’y tient le samedi. Last but not least, ne quittez pas la région sans un crochet par Apeldoorn pour y visiter le majestueux palais royal Het Loo. Ce château construit au XVIIe siècle, fut notamment la résidence de Guillaume III, ainsi que celle de la mère de l’actuelle reine Beatrix : Wilhelmine. Les majestueuses pièces de ce palais permettent de se faire une idée de l’environnement dans lequel la famille d’Orange a vécu pendant plusieurs siècles. Les magnifiques jardins, où trônent notamment d’imposantes fontaines séparées l’une de l’autre par des parterres finement dessinés, ont retrouvé l’aspect qu’ils avaient au XVIIe siècle.


La vie de château
Bienvenue au “Kasteel Engelenburg”, un établissement majestueux, bénéficiant du label “Relais et Château”. Cette demeure de plus de cinq siècles et magnifiquement remise au goût du jour, il y a quelques années, constitue le point de départ idéal pour rayonner dans toute la région de la Gueldre et vers le parc naturel de “Haute Veluwe”. L’hôtel-restaurant compte 41 chambres à la décoration sobre, mais luxueuse, parfois d’inspiration sud-africaine. On dîne dans une verrière Art Déco magnifique, aux bougies, ce qui confère à l’endroit un charme romantique hors du temps. On termine le repas par l’un des nombreux “single malt” que compte le “Kasteel”… C’est que le propriétaire des lieux sait recevoir : John Agricola fut intendant lors du mariage du prince héritier des Pays-Bas Willem-Alexander et de Maxima, il y a quelques années ! “Nous recevons de plus en plus de Belges, ici, c’est incroyable, s’enthousiasme John Agricola. Nous ne sommes qu’à quelques centaines de kilomètres de la Belgique, c’est une région peu connue, encore à découvrir, et c’est ce qui attire nos voisins belges, ici...”  Mais on vient aussi – et surtout – au Kasteel Engelenburg pour son splendide parcours de golf qui comporte neuf trous, entre lac et chutes d’eau. L’Hôtel organise des “clinics” et des entraînements pour parfaire votre technique. A vos clubs…
Kasteel Engelenburg, Relais et Château, Eerbeekseweg, 6 – 6971 Brummen, Pays-Bas. Tél. : 0031 575 56999 – www.engelenburg.com


Ph.: Peter Wijnands/ANP/Belga

Les commentaires sont fermés.