Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/04/2011

Les bijoux de la couronne

couronne.jpg29 avril 2011, Mariage princier. Jour de fête pour l’économie londonienne. Les hôtels seront busy, les souvenirs de mauvais goût se vendront comme des petits pains à la menthe.
Pauline Higuet


Un événement
QUI A DIT QU’IL N’Y AVAIT QUE Lady Gaga pour tomber face aux caméras et ainsi faire parler de soi ?
Guillaume le Conquérant, fils d’Arlette et de Robert, connaissait le procédé lorsque, débarquant sur la grève anglaise, devançant ses soixante mille gens d’armes, il perdit pied en quittant la mer pour s’effondrer lamentablement de tout son long (la légende le dit géant, les ossements lui donnent 174 centimètres) sur le sol anglais qu’il conquerrait quelques jours plus tard. “Que peut signifier ?”, s’interrogea-t-il. Prémonitoire, il lui fut répondu qu’“Angleterre, avez conquise, la terre en main, avez déjà prise”.
Monarchie britannique en 7 dates
1340 : Edouard III se proclame roi de France. Coup de force annoncé depuis Gand.
1415 : bataille d’Azincourt. Les troupes françaises sont battues sur leurs terres par des Anglais moins nombreux mais équipés de “longbows”.
1516 : le futur saint Thomas More publie son “Utopie”. Il deviendra le saint patron des politiques et des responsables de gouvernement.
1707 : fusion des royaumes d’Angleterre et d’Ecosse pour former le royaume de Grande-Bretagne. Le royaume d’Irlande les rejoindra en 1801, pour faire sécession en 1922.
1815 : bataille de Waterloo. Les Français en parlent encore.
2006 : sortie de “The Queen”, film de Stephen Frears retraçant le bras de fer entre Tony Blair et sa Reine lors du décès de Diana. Que pensa la Reine de l’interprétation oscarisée d’Helen Mirren ?
15 octobre 2010 : le règne d’Elisabeth est le quatrième plus long de l’Histoire des monarchies européennes. Série en cours depuis le 6 février 1952.
Trois livres avec la Reine
“La Reine des lectrices”, d’Alan Bennett
La littérature peut tout se permettre. Ce, y compris de transformer la Reine en lectrice de bibliobus. “La Reine des lectrices” décrit la rencontre entre un citoyen de Sa Gracieuse Majesté et, justement, Sa Gracieuse Majesté. Défiant l’étiquette et le protocole dont elle est pourtant la raison principale, la Reine découvre Jean Genet, les sœurs Brontë et Henry James. Délicieux et flegmatique à souhait.
“Le Bon Gros Géant”, de Roald Dhal
Sophie, une petite fille, est enlevée par le Bon Gros Géant, un géant gentil au pays des géants méchants mangeurs d’humains. Ne désirant pas manger des hommes, il boit de la frambouille et il mange du schnockombre, breuvage et mets peu ragoûtants qui le font péter et roter. Sophie et le BGG vont s’allier pour exterminer les géants “homme-nivores”. Ils y réussiront avec l’aide de la Reine herself qui mettra à leur disposition les hélicoptères royaux. Jeux de mots et pouvoir de l’imagination sont au pouvoir du début à la fin.
“La Reine et moi”, de Sue Townsend
Sue Townsend imagine l’inimaginable. Les Républicains remportent les élections et chassent la famille royale de Buckingham. So shocking ! La Reine, le prince Philip et leurs enfants deviennent la famille Windsor et emménagent dans la banlieue populaire de Londres. Charles découvre les joies du jardinage, William et Harry côtoient des voyous, la Reine apprend à se servir d’un ouvre-boîtes, tandis que Philip reste au lit. Du véritable humour anglais
Trois roturières
Wallis Simpson
La deuxième épouse d’Edouard VIII est assez peu protocolaire. On raconte que Wallis fut d’abord la maîtresse d’Edouard, alors prince de Galles, tandis qu’elle était encore mariée. Devenu roi d’Angleterre et empereur des Indes, Edouard la demanda en mariage en 1936. Vous imaginez ? Une Américaine, deux fois divorcée et qui avait une réputation d’intrigante ! Scandale au Royaume-Uni ! Edouard dut donc abdiquer pour pouvoir épouser sa bien-aimée. Il est vrai aussi que les sympathies pro-allemandes du couple ont sans doute également joué dans cette renonciation…
Diana Spencer
Les Spencer ont toujours été proches de la famille royale. Alors, quand il fallut trouver une fiancée à Charles, les regards se tournèrent vers la jeune Diana. Malgré un mariage grandiose, réunissant un milliard de téléspectateurs à travers le monde, Lady Di ne fut pas heureuse et son mal-être apparut rapidement. La princesse, très populaire, se tourna vers les causes humanitaires afin d’oublier son propre désespoir. Le couple fit parler de lui en s’épanchant sur ses adultères, et le scandale atteint son paroxysme avec la séparation, puis le divorce, de Charles et Diana. Le décès accidentel de Diana, en 1997, créa l’émoi. Ses funérailles furent suivies par 3 milliards de téléspectateurs, trois fois plus que lors de son mariage.
Katherine Middleton
Que dire de Kate ? La presse people a fouillé, mais n’est pas parvenue à mettre le doigt sur le moindre faux pas dans son parcours. L’info croustillante résiderait-elle dans le fait qu’elle a fait du charme à William, vêtue d’une robe transparente ?
Même si elle en a hérité la bague de fiançailles, on lui souhaite en tout cas un tout autre destin que celui de Diana.
Trois emprunts à la France
Le lexique
On le sait peu, le vocabulaire anglais doit beaucoup au français. La cour anglaise a été francisée avec les invasions normandes, cela a laissé des traces. Le barde Shakespeare lui-même, dans sa pièce “Henry V” (acte V, scène 2), fait alterner les deux langues au sein d’un dialogue. Certains regrettent l’anglicisation de la langue française, mais ne serait-ce pas un juste retour des choses (mail, fuel…) ?
Eric Cantona
Aussi appelé “Dieu”. Numéro 7 de légende, ce footballeur-catcheur est un des seuls sportifs à avoir pris volontairement sa retraite au sommet de sa gloire et, contrairement à d’autres, à s’y être tenu. Il a été élu meilleur joueur de l’Histoire du championnat anglais et a permis à son club, Manchester United, de revivre après 27 années sans titre national. Une légende vivante qui n’aime pas les banques.
Le French Kiss
Le baiser avec la langue n’a rien de spécifiquement français, mais les prudes anglais ne voulaient pas y être associés. Le protocole ne dit rien sur son usage à la cour d’Angleterre. Will et Kate réserveront-ils une surprise aux paparazzi ?
Une date
29 avril 2011
Mariage princier. Jour de fête pour l’économie londonienne. Les hôtels seront busy, les souvenirs de mauvais goût se vendront comme des petits pains à la menthe.
Une phrase
“Honni soit qui mal y pense.” Edouard III
A Jeanne de Kent, sa probable maîtresse. Devant une foule grivoise, la jarretière de ladite comtesse dégringola de sa cuisse. Le Roi, galant et sans idée derrière la tête, sans doute pour justifier son désintéressement (c’est louche, ça), aurait répondu aux moqueries de la cour: “Honni soit qui mal y pense.” Et de remettre la jarretière à sa place en effleurant, on l’imagine, la cuisse de la dame.

Les commentaires sont fermés.