Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2011

3D, les lunettes voient double

14_49_33_974561297_HE_intro_300X200.jpgPlus fiables mais moins performantes que leurs homologues actives, les lunettes 3D passives débarquent dans nos salons en 2011 grâce à LG. Une nouvelle guerre des standards est ouverte.

Michi-Hiro Tamaï, envoyé spécial à Paris


LOIN D’ÊTRE CONVAINCANTS et inabordables (1), les téléviseurs 3D sans lunettes n’entreront dans nos salons que d’ici cinq à dix ans. En attendant, les technophiles friands de films et jeux vidéo en relief portent des lunettes. Onéreuses et plutôt inconfortables dans leurs versions actives, ces montures ont freiné le décollage de la télévision 3D. En France, sur 8,5 millions de postes vendus l’année dernière, seuls 116 000 géraient la troisième dimension. La vingtaine de titres Blu-ray compatibles 3D et la poignée de vraies chaînes en relief (anglophone et par satellite) n’ont également pas aidé à son décollage.

En 2011, le paysage pourrait toutefois évoluer. Alors que la plupart des grands constructeurs rabaissent drastiquement le prix moyen de leurs téléviseurs 3D (actif) pour afficher en moyenne 1 000 € pour un 42 pouces, LG annonçait récemment et en grande pompe (voir Plus) son passage dans le camp de la 3D à lunettes passives. “Nous préférons parler de Cinéma 3D, corrige Nick Park, président de LG Electronics Benelux. Car il s’agit de la même expérience et de la même technologie que celle employée au cinéma.”

Et de fait, comme dans les salles obscures, les lunettes accompagnant les quatre nouveaux téléviseurs de la série LW de LG ne nécessitent pas de capteur infrarouge greffé à la télé. Ni même de batteries installées dans leur monture. Cette dernière configuration propre à la technologie active permet en pratique d’occulter rapidement et alternativement les yeux du spectateur pour lui faire croire à un rendu 3D. De son côté, la liaison sans fil du téléviseur aux lunettes synchronise leur ouverture/fermeture incessante à l’image 3D.

Cette technologie, également appelée SG pour Shutter Glasses, amène une image en relief en Full HD. Mais également pas mal de soucis. Les plus embarrassants et visibles d’entre eux étant la nécessité de rester assis bien droit. Incliner légèrement la tête sur le côté rend en effet la 3D caduque avec des lunettes actives. On oubliera donc de poser la tête sur les genoux de son (sa) dulciné(e). Second grief, la luminosité de l’écran se montre moins bonne qu’une homologue 2D normale. Sans oublier le taux de rafraîchissement qui se limite à 50 images par seconde, donnant ainsi une image moins fluide et stable.

Bien que largement mis en avant par LG, l’angle de vue limité et le flicker (scintillement comparable aux mouvements des palles d’un ventilateur devant une lampe) restent, eux, des problèmes minoritaires dans les salons. Annonçant 200 images par seconde (contre 50) et une luminance de 150 nits (contre 80), les passives évitent aisément tous les problèmes précités. Principe ? Un film polarisé ou Film Type Patterned Retarder (FPR) est installé dans l’écran pour décomposer l’image en deux projections destinées à l’œil droit ou gauche, lesquelles sont “assemblées” par les lunettes polarisées.

Plus légères (16 contre 40 grammes) et moins chères (10 contre 50 €), les passives semblent donc accumuler les lauriers. Mieux : celles-ci peuvent prendre la forme de lunettes de soleil ou encore se présenter sous la forme de verres à clipser sur des lunettes optiques. Reste que leur résolution en 3D traîne la patte. Soit 540 lignes pour chaque œil contre 1 080 (Full HD) chez leurs concurrentes. Face à Samsung, Panasonic et Sony qui ne jurent que par ces lunettes, LG (récemment rejoint par Philips) a donc choisi son camp dans cette nouvelle guerre des standards. “Même s’ils ne communiquent pas là-dessus, ces acteurs regardent de près la technologie passive”, conclut Nick Park. Le conflit pourrait-il se clore plus tôt que prévu ?

(1) 5 000 € pour un 20 pouces Toshiba au Japon !
Infos : parmi les quatre nouveaux téléviseurs Cinéma 3D à technologie passive de LG, deux sont déjà disponibles sur le marché belge à partir de 1 300 € (LW650S, de 42 à 55 pouces) et 1 100 € (LW4500, de 32 à 55 pouces).

Ph.: LG

18:10 Publié dans Pixels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, pixels, 3d, lunettes, télé | |

Les commentaires sont fermés.