Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2011

L'Afrique du Sud, de l'ombre à la lumière

14_32_18_394999984_P2180902.jpgRiche de son Histoire et de ses diversités, l’Afrique du Sud ensorcelle par ses ciels bleu azur, ses eaux aux reflets émeraude, ses paysages exotiques et animaux sauvages, sa gastronomie et ses musées. Entre tradition et modernité, la “Nation Arc-en-ciel” séduit, mais invite aussi à réfléchir. Visite de Cape Town.

Découverte: Stéphanie Bocart


L’ESPRIT ENCORE embrumé et les muscles raidis par un vol de nuit de plus de dix heures, le visiteur, fraîchement débarqué à Cape Town, capitale de la province du Cap Ouest, est délesté en douceur de sa torpeur. Le soleil, qui darde ses rayons dans un ciel bleu azur, enivre son corps d’une chaleur bienvenue, tandis que souffle un léger vent soutenu.

Première destination touristique d’Afrique du Sud, Cape Town doit sa renommée à la beauté unique du site qu’elle occupe. Lovée au cœur de la magnifique baie de Table Bay au nord du cap de Bonne-Espérance, cette ville de 4,2 millions d’âmes demeure le témoin privilégié des années d’ombre et de lumière de l’Afrique du Sud : de son passé colonial et de l’apartheid, à son récent essor démocratique et socio-économique.

Surnommée “Mother City” (“Cité Mère”), Cape Town devint la première colonie fixe en 1652 lorsque le marchand hollandais Jan Van Riebeeck et son épouse Maria de la Quellerie s’y installèrent et en firent le point de ravitaillement des navires de la Compagnie hollandaise des Indes orientales. Idéalement située pour permettre aux navires de mouiller en sécurité, à l’abri du vent, Cape Town fut, au fil des siècles, convoitée et dominée par les Hollandais, les Français et les Britanniques. Les populations noires de la région furent, elles, asservies, décimées par les maladies ou contraintes de fuir leurs terres ancestrales.

Avec ses hôtels de luxe, ses centres commerciaux, ses boutiques de mode, ses restaurants et clubs branchés, le Victoria&Alfred Waterfront, principal pôle de loisirs de Cape Town, reflète une image sophistiquée à l’occidentale. Mais l’Histoire qui a façonné le pays demeure, indissociable. Du Waterfront, le regard dirigé vers l’horizon, on peut distinctement apercevoir, dans le bleu profond de l’océan Atlantique, Robben Island. “L’île aux phoques”, comme la baptisèrent les Hollandais, servit dès le milieu du XVIIe siècle de lieu de relégation d’esclaves, de bagnards, de lépreux et d’aliénés mentaux, avant d’être aménagée, en 1961, en centre pénitentiaire de haute sécurité pour les chefs de l’opposition au régime de l’apartheid, dont Nelson Mandela. Aujourd’hui, l’île est devenue une réserve naturelle et la prison, un musée.

table%20mountain1.jpgLoin du faste du front de mer, le centre de Cape Town, City Bowl, a conservé tout son cachet historique. Dominé par la Table Mountain (ou “Montagne de la Table” en raison de son sommet plat, 1 087 m), le centre-ville s’étend entre Devil’s Peak (“Pic du Diable”, 1 000 m) à l’Est et Lion’s Head (“Tête de Lion”, 669 m) à l’Ouest. Rien ne vaut une balade à pied pour s’imprégner du doux mélange des cultures occidentale et africaine. Greenmarket Square forme ainsi le cœur de la cité. Ceint de monuments de style Cape Dutch ou victorien, cet ancien marché de fruits et légumes accueille désormais des étals bigarrés d’artisanat africain où touristes et autochtones viennent flâner, lire et se détendre.

Sur les hauteurs de Cape Town (Signal Hill), le quartier musulman Bo-Kaap (“au-dessus du Cap”) se décline en une large palette de couleurs. Vert, bleu, rose, jaune, orange,…, chaque habitation offre avec harmonie une teinte pastel unique. Y vivent principalement les Cape Malays ou Cape Muslims, descendants des esclaves et prisonniers politiques, déportés du Sri Lanka, d’Indonésie et d’Inde, dès 1658, par la Compagnie des Indes orientales.

Lorsque son sommet n’est pas enveloppé d’une “nappe” nuageuse, la Table Mountain offre une vue époustouflante sur le lac Hely-Hutchinson et Back Table au Nord, False Bay et la pointe du Cap au Sud. Une plate-forme panoramique permet aussi de jouir d’un prodigieux panorama sur Cape Town et Table Bay. Les plus téméraires emprunteront les sentiers balisés pour gagner le sommet, tandis qu’un téléphérique le relie en quelques minutes. Outre des petits mammifères, des reptiles et des oiseaux, l’habitat naturel protégé de la Table Mountain compte 1 400 des 2 285 espèces végétales qui forment le Royaume floral du Cap, le plus petit, mais aussi le plus riche des six royaumes floraux au monde.


Ph.: Stéphanie Bocart et Eva Lopez Alvarez

Commentaires

C'est très bien rédigé, mais cela a déjà été écrit des centaines de fois , mais ce qui m'attriste c'est d'avoir manqué l'essentiel de votre voyage, vous n'avez pas ressenti les "tripes" de l'Afrique

Écrit par : Claude René | 04/05/2011

Les commentaires sont fermés.