Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/06/2011

Ah! les plantes du bord de mer...

12_05_58_828625713_1_Oyats.jpgA la mer – notre mer du Nord -, il y a les vagues, la plage, les dunes. Les crevettes et les mouettes, mais aussi une flore typique de ces lieux soumis aux caprices d’Eole.

Sur le sable: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


SI L’ON CONJUGUE MER ET FLEUR, on songe souvent au statice, fleur emblème du Zwin surnommée lavande de mer ou zwinnebloem. Pendant l’été, lors de sa floraison, le Zwin se colore de bleu. Magique. Si l’on associe mer et arbuste, l’argousier vient à l’esprit. Mer et graminées se déclinent en oyats ondoyants.

Il n’y a pas que la végétation spontanée. L’éventail des plantes est grand à condition de les choisir adaptées ou adaptables à un milieu fragile et à un sol pauvre. Le sable très filtrant sèche rapidement après une pluie, et les embruns accentuent encore l’évaporation. Ceci étant dit, jardiner sur la côte ne pose pas plus de problèmes qu’ailleurs. En bord de mer, il est utile de travailler avec des arbustes à feuillage persistant pour contrer le vent, sans oublier les graminées pour jouer avec lui. Pour se protéger, installez une haie brise-vent. Le microclimat ainsi créé permettra l’acclimatation des autres plantes. Plusieurs plantes résistantes peuvent convenir. Eleagnus angustifolia, l’olivier de Bohême, Viburnum tinus, le laurier-tin, Euonymus japonica, le fusain du japon, Osmanthus burkwoodii et Ligustrum japonicum. Aussi le chêne vert, Quercus ilex, dans les zones abritées, et, pourquoi pas, quelques Olearia, Escallonia et Griselinia. Pour les zones très abritées, l’arbousier, Arbutus unedo, est tout simplement magnifique. Plantez serré. Sur plusieurs lignes pour éviter les couloirs de vent. Les plantes se protégeront alors l’une l’autre.

Les graminées sont à la fête. Ondulant au gré du vent, elles apportent les meilleures solutions dans les conditions difficiles. Les grands Miscanthus avec leurs feuilles bien coriaces forment rapidement des écrans. Panicum et molinies sont à recommander. Les élymes des sables tout comme les oyats ont des racines traçantes qui fixent les dunes. Leymus arenarius, au joli feuillage bleu, est très séduisant. Ainsi que le sobre Stipa en version XXL chez le Stipa gigantea ou le léger S. tenuifolia appelé “cheveux d’ange”. Les fétuques bleues et les carex feront aussi l’affaire.

Les feuillages gris argenté de certains arbustes à feuillage persistant sont particulièrement beaux en bord de mer. Celui de l’olivier de Bohême, mais aussi du Baccharis halimifolia aux petites feuilles gris vert et de l’Atriplex halimus, une arroche qui pousse jusqu’à 2 m. Plus petits, Teucrium fruticans, la germandrée arbustive à la floraison bleu clair, Helichrysum italicum au feuillage qui sent bon le curry et le soyeux Convolvulus cneorum. Quelques végétaux au feuillage non persistant valent également la peine d’être plantés : l’élégant Salix exigua, le saule des coyotes au feuillage long et mince qui jaunit à l’automne, les membres de la famille des armoises, les Phlomis fruticosa et Stachys byzantina. Sans oublier le chou marin, Crambe maritima, dont les côtes charnues des feuilles sont comestibles.


12_05_52_525374959_Zwin.jpgTrio indigène

Le statice des limons, limonium vulgare, vivace dans le sable sous le soleil, est un végétal légalement protégé. Comme les autres plantes halophiles, il s’imbibe d’eau salée jusqu’à saturation. De juillet à août, des milliers de petites fleurs bleu lavande inondent le Zwin. Vous connaissez certainement chez les fleuristes sa version en fleurs coupées qui présentent la particularité d’être sèches dès le départ. L’argousier, Hippophae rhamnoides aux branches épineuses s’élevant à 2 m, pousse aux côtés du sureau noir et des troènes pour former de vastes fourrés quasi impénétrables. Excellent coupe-vent, drageonnant à souhait et se ressemant abondamment, il est planté pour consolider les dunes. Au printemps, apparaissent des petites fleurs jaunes suivies de feuilles allongées argentées, puis en automne, de baies orange vif de la taille d’un petit pois. L’oyat, Ammophila arenaria surnommé le roseau des sables, est, lui aussi, vu son caractère fortement envahissant, utilisé pour stabiliser les dunes. Ses racines forment un véritable maillage qui retient le sable.


Ph.: MNC & MPV

14:00 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, plantes, mer | |

Les commentaires sont fermés.