Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/07/2011

Dalmatie, quand tu nous tiens

Zadar.jpgEntre nature préservée, plages de galets et chaîne de montagnes, Zadar et ses alentours recèlent quelques coins de paradis. Sur la côte adriatique, cette région aux mille visages se dévoile aux touristes pour le plaisir des yeux.

Petits coins de paradis: Julien Lepeer


LA CROATIE SE RECONSTRUIT. Le futur petit nouveau dans la classe européenne panse toujours les plaies d’une guerre qui a laissé des traces, tant dans les esprits que dans les décors. Mais l’ancienne république yougoslave veut tourner la page, et s’ouvre au tourisme. Si Dubrovnik s’est déjà imposée comme l’une des destinations touristiques les plus en vue, le pays cache de nombreux autres trésors.

Il faut remonter bien plus au Nord, enjamber Split et longer les Alpes dinariques pour faire connaissance avec Zadar. Bien sûr, il y a plus court. Atterrir directement dans le modeste aéroport de la ville est bien plus confortable et rapide. Entre mont, le Velebit, et merveilles, la Dalmatie du Nord se prête aussi bien aux vacances en famille qu’aux “trips nature” et sac à dos.

Bordée par l’Adriatique, “Zara”, comme l’appellent les Italiens, ne peut cacher ses origines romaines. Mais aux cardo et décumanus, sont venues se greffer de nombreuses influences: hongroise, autrichienne, française. Saint-Donat, Saint-Siméon, Sainte-Marie, pour ne citer qu’elles, font partie de cette constellation d’églises, basiliques, cathédrales qui se présentent à presque tous les coins de rue. Se côtoient, à quelques pas, les styles roman, gothique ou byzantin.

Derrière les remparts de la ville, se cache un petit bijou d’ingéniosité signé Nikola Basic. Envoûtant, son orgue marin se nourrit des vagues pour offrir un espace de détente musicale. Apaisant, l’air de la mer peut aussi s’emballer quand celle-ci se déchaîne.

Plitvice_-_slapovi.jpgMais si Zadar abrite elle-même un riche patrimoine culturel, ses alentours proposent des activités très variées. Et s’il est un endroit à ne pas manquer, il s’agit assurément du parc national de Plitvice, le plus grand (plus de 29 000 ha) et le plus ancien (1949) de Croatie. Le cadre y est tout simplement idyllique. Ses lacs turquoise, ses barrages naturels, ses cascades protégées par une nature intacte abritent une faune variée et irisée. Prenez garde toutefois à la période de l’année où vous vous y rendez. Depuis Zadar, la route qui mène aux lacs de Plitvice passe par le Velebit. Au cœur de cette montagne, souffle la bora. Ce vent du nord-est peut dépasser les 200 km/h, ce qui explique que certaines portions de route soient fermées à la circulation en cas de rafales trop importantes.

A l’opposé des décors chatoyants de Plitvice, l’île de Pag, à ne pas confondre à avec sa quasi-homonyme du Pacifique, offre un paysage lunaire. Entre la ville de Pag – riche en Histoire et très longtemps riche grâce à sa production de sel – et la plage de Novalja, un mini-Ibiza, où se multiplient les festivals, le grand écart permet à tous les types de touristes de s’y retrouver.

De nombreuses croisières et excursions en bateau sont également organisées au départ de Zadar. Destination principale, l’archipel des Kornati et ses 147 îles et îlots. Avec un peu de chance, vous aussi, vous aurez peut-être le bonheur de voguer en compagnie d’un accordéoniste au talent modéré. Sur le pont de l’embarcation, il y a des marins qui chantent, au moins un en tout cas. Et ses envolées improbables vous garantissent quelques instants d’une exquise saveur. Pour s’en remettre, plusieurs escales sont proposées. Pour ceux qui voudraient venir goûter au plaisir de barboter dans un lac salé ou pour les adeptes de l’escalade qui seront irrémédiablement attirés par les falaises vertigineuses. Ne vous étonnez pas, d’ailleurs, si vous croisez sur l’une des îles des ânes qui viennent saluer votre passage.

Si Zadar et ses alentours ont tout pour émerveiller vos pupilles, la gastronomie locale dispose de tout pour titiller vos papilles. Viandes braisées, poissons grillés ou dorés, les menus variés, copieux et bien souvent équilibrés font la fierté de la région. L’art de la table est un devoir et un bon repas se termine souvent par une petite liqueur, le Maraskino, un alcool de cerise au goût prononcé.


L'enfer s'est invité au paradis
Sous ses allures de carte postale, on en oublierait qu’au parc national de Plitvice, l’enfer s’est invité au paradis. Selon les guides locaux, c’est, en effet, dans ce lieu magique qu’est tombé le premier soldat croate lors de la guerre des Balkans.
Le sujet reste d’ailleurs sensible, et un malaise certain s’installe rapidement à l’évocation de ce passé proche. Si la première réponse, presque automatique lors de la plupart des discussions à cet égard, se veut rassurante – “il n’y a plus de problème, c’est du passé” –, les mines se crispent, se ferment. Et si l’on approfondit, le ton devient plus sec. Les séquelles du conflit, qui s’est achevé en 1995, sont encore vives. Tant dans les esprits que dans les décors. Et les relations avec le voisin serbe restent tendues et se limitent pour la plupart à des relations commerciales.
Mais si les antagonismes prendront du temps à s’estomper, les Croates veulent avant tout tourner la page. L’heure est à la paix, et, beaucoup l’espèrent grâce à l’entrée prochaine dans l’UE, à la prospérité.


Ph.: Office de Tourisme croate

Les commentaires sont fermés.