Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2011

Vous avez dit Slovaquie?

la libre,momento,escapade,slovaquieOn a souvent un peu de mal à la situer sur la carte, mais la partie orientale de l’ex-Tchécoslovaquie a de quoi combler tant les amoureux de la nature que les amateurs de cités historiques.

Découverte: Pierre Gilissen


ANNONCEZ QUE VOUS PARTEZ en Slovaquie et vous aurez de fortes chances de prendre les connaissances géographiques de votre interlocuteur en défaut. Quand la Tchécoslovaquie s’est scindée en deux en 1993, les Tchèques ont gardé Prague et leurs cousins de l’Est n’ont rien hérité d’aussi prestigieux à proposer aux touristes. Et pourtant… Le territoire slovaque, c’est un quart de parcs nationaux, 40 % de forêts et quatre cinquièmes de montagne – le sommet de toutes les Carpates (2 654 m), c’est ici. Ajoutez à cela les bourgades et villages hors du temps, les myriades de châteaux, les églises en bois… Mais, finalement, c’est tant mieux, parce que de tous les plaisirs qu’il y a à voyager, s’il y en a un qui est incomparable, c’est bien celui de découvrir une terre encore ignorée par le tourisme de masse.

la libre,momento,escapade,slovaquieLa porte d’entrée du pays, c’est Bratislava. Et, pour une fois, ce n’est pas une vue (aérienne) de l’esprit : Bratislava est bizarrement blottie dans un coin du pays, plus près des frontières autrichiennes et hongroises que de n’importe quelle autre ville slovaque. Sans crouler sous les monuments prestigieux, c’est une petite capitale très agréable qui invite surtout à la flânerie. Ruelles tortueuses aux maisons colorées de la vieille ville – presque entièrement piétonne – dont on aura une vue d’ensemble depuis la Porte Michel. Vue sur le magnifique Danube depuis ses rives ou l’un des deux ponts : le vieux, brinquebalant, désormais réservé aux piétons, ou le rutilant nouveau, surmonté d’une sorte d’ovni. Montée au vaste château, symbole national, avec vue imprenable. Avant de s’offrir une bière locale sur l’une des très nombreuses terrasses de la vieille ville, on n’oubliera pas, un peu excentrée, la jolie “Eglise bleue”, fantaisie Art nouveau.

A 9 km de là, une excursion à ne pas manquer, c’est celle du château de Devín. On peut s’y rendre en bateau depuis la capitale. Dès la sortie de la ville, la nature reprend ses droits sur les rives du fleuve. Au pied du nid d’aigle de Devin avec son improbable tourelle perchée, la Morava rejoint le Danube en un lieu lourd de symboles : frontière entre les mondes slave et germanique (l’Autriche est en face), mais aussi pendant des décennies entre l’Est et l’Ouest. Un monument rappelle que 400 personnes ont payé de leur vie leur simple envie d’aller voir l’envers du décor.

la libre,momento,escapade,slovaquieA l’est de Bratislava, il faut d’abord traverser une région plate assez laide avant d’attaquer les choses sérieuses. Mais plus loin, dans les montagnes, l’ancienne ville minière de Banská Štiavnica est une pure merveille. Ses maisons séculaires sont enchâssées dans une vallée profonde, d’où l’on pourra grimper jusqu’aux deux châteaux et au calvaire qui la dominent, ou au contraire descendre dans les entrailles du sol au Musée des Mines en plein air. Là comme ailleurs, il y a aussi de multiples possibilités de randonnées, mais le nec plus ultra en la matière, c’est le parc national de la chaîne des Malá Fatra, plus au nord, près de la frontière polonaise. Le petit village de Terchová peut servir de base à des équipées allant de plusieurs heures à plusieurs jours, aussi belles qu’accessibles, et même éventuellement assistées (mais pas en semaine hors saison, attention !) par l’une ou l’autre remontée mécanique. De là, pour un voyage d’une grosse semaine (2 week-ends compris), on pourra prévoir de boucler par Trencín, petite ville universitaire surplombée d’un imposant château dont la structure remonte au XVe siècle, mais dont une grande partie a été reconstruite au XVIIIe, suite à un incendie. En été, plusieurs animations médiévales égayent le site en soirée.

Quant à ceux qui disposeraient de plus de temps, l’est du pays leur tend les bras, et tout d’abord les Hautes Tatras. Ici, on parle de vraie haute montagne – le point culminant de la chaîne des Carpates, laquelle s’étend sur huit pays européens, se trouve ici –, mais la région est nettement plus touristique que celle des Malá Fatra. Pour être au pied des sentiers, on logera à Štrbské Pleso. Pour plus d’authenticité, plutôt dans le joli village de Ždiar, aux portes de la Pologne.

Plus à l’est, le “Paradis slovaque”, encore de la nature, et un must, le château fort de Spiš, le plus vaste de toute l’Europe centrale : quatre hectares de ruines romantiques sur une butte qui surplombe toute la région. Enfin, tout au bout de la route, la région de la Frontière orientale regorge d’églises en bois – les tserkva – et de villages ancestraux. Moins bien desservie par les transports publics, la région, peuplée de Ruthènes, évoque déjà l’Ukraine voisine – un autre monde et, pourquoi pas, la porte vers un voyage des plus aventureux.


Ph.: P. Gilissen

15:54 Publié dans Escapade | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, escapade, slovaquie | |

Les commentaires sont fermés.