Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/09/2011

Nex, objectifs ambitieux

la libre,momento,pixels,sony,nexToujours élitiste côté prix, la famille des compacts à objectifs interchangeables de Sony accueille les Nex-5N et Nex-7. Deux petits nouveaux surdoués et polymorphes.

Michi-Hiro Tamaï, envoyé spécial à Athènes


UNE ANNÉE EST PASSÉE DEPUIS le coup d’éclat de Sony dans le monde de la photographie à objectifs interchangeables. A mi-chemin entre reflex et compact, cette catégorie d’appareils, apparue il y a à peine quelques années sur le marché, s’était fait remarquer grâce aux séries G de Panasonic et aux Pen d’Olympus. Si l’argument choc de ces appareils tournait autour d’une qualité d’image et d’une souplesse (côté objectifs) proches des reflex dans un gabarit restreint, Sony était parvenu à livrer un boîtier encore plus petit que ses concurrents avec ses Nex-5 et Nex-3.

Des boutiques spécialisées aux blogs d’amateurs, ce couple de COI (Compact à Objectifs Interchangeables) très didactique a fait crépiter le buzz. “Au niveau mondial, le succès était au rendez-vous et a rencontré nos attentes. Nous avons atteint 40 % de parts de marché du segment des appareils photo compacts à objectifs interchangeables. Mais les Japonais et l’Asie-Pacifique l’ont mieux adopté que l’Europe”, précise Tatsuya Akashi, vice-président de la division image et son du groupe en Europe. “Les Européens prennent plus de temps dans leurs décisions d’achat high-tech. Les Asiatiques, eux, sont plus émotionnels. Ils payeront plus cher sans hésiter, s’ils peuvent avoir des appareils sexy, pour les montrer à leurs amis.”

la libre,momento,pixels,sony,nexA 600 €, nu, et à 700 € avec un objectif 18-55 mm, le nouveau Nex-5N (qui succède ce mois-ci au Nex-5) risque, de fait, de faire hésiter plus d’un amateur de belles images lors du passage à la caisse. D’autant que les reflex premier prix s’affichent déjà dans ces tarifs, à l’image du Canon EOS 550D proposé à 659 € avec un objectif 18-55 mm sur Rueducommerce.fr. Gagnant deux millions de pixels face à son prédécesseur qui en affichait 14, cette mise à jour ne manque pourtant pas d’arguments, à commencer par sa compacité record. Toujours escamotable à 90 degrés vers le haut et à 45 degrés vers le bas, son écran devient ainsi tactile.

En main, l’accès à certains menus est donc simplifié. Mieux, on se focalise sur un objet de l’image en… le touchant tout simplement. Si elle montre certains signes d’imprécision, obligeant à s’y reprendre à deux fois avant d’atteindre la mise au point désirée, cette solution est nettement plus pratique que le passage par des options de réglage. Nouveau dada de la photographie à objectifs interchangeables, la vidéo passe, elle, à de la Full HD 1080 p à 50 images par seconde contre du 1080 i. Comprenez, une image plus fluide et précise qui, dans les faits, permet d’éviter l’effet de “peigne” sur les contours des objets lors de mouvements rapides.

Toujours capable de prendre des photos panoramiques par balayage (on pivote l’appareil qui prend une rafale de clichés pour les “recoller”), le Nex-5N s’accompagne également en option d’une nouvelle bague adaptatrice assez étonnante. Baptisée LA-EA2 (380 € !), celle-ci s’ouvre à la gamme des objectifs des reflex Alpha, mais intègre également un miroir semi-transparent et un autofocus plus performant que l’on retrouve sur le nouvel Alpha 65. Plus cher que ce dernier, le Nex-7 – que nous n’avons malheureusement pas pu prendre en main – démarre à 1 200 €, nu, et pointe à 1 350 € avec un objectif 18-55 mm.

la libre,momento,pixels,sony,nexDéjà haut de gamme, la famille Nex s’embourgeoise donc encore un peu plus avec un modèle répondant aux principales critiques émises envers le Nex-5 première génération. Côté prise en main, on trouve deux nouvelles molettes côte à côte qui permettent, comme sur le Coolpix P300 de Nikon (à objectif non interchangeable, lui), de régler en direct la vitesse et l’ouverture de l’appareil en mode manuel, sans passer par des chipotages au menu. Bien des candidats “semi-pro” risquent donc de bisquer. Mais s’il reprend les grandes lignes du Nex-5N (24,3 millions de pixels et une rafale de 10 images par seconde en plus !), le 7 intègre un flash et un viseur optique, deux éléments optionnels sur le 5 qui feront vite grimper le prix. Last but not least, il bénéficie enfin d’un boîtier à la finition en alliage de magnésium. A ce prix-là…


Alpha 77, un Sony pro accessible

Les boîtiers des compacts à objectifs interchangeables vont-ils un jour disparaître pour être remplacés par nos smartphones ? Le concept WVIL (pour Wireless Viewfinder Interchangeable Lens), du studio de design Artefact, semble le proclamer puisqu’il imagine un téléphone relié sans fil à un objectif de type reflex que l’on peut déclencher à distance. “Je ne pense pas que cela arrivera de sitôt. Ce type de design est un peu trop optimiste. Tant qu’on ne peut pas régler l’appareil par la seule force de sa pensée, nous aurons toujours besoin de boutons physiques”, note tout sourire Tatsuya Akashi, vice-président de la division image et son du groupe en Europe. “Les reflex ne disparaîtront pas non plus à cause des COI. Ces derniers sont plutôt une porte d’entrée au monde de la photo professionnelle.” En plus de ses Nex-5 et Nex-7, Sony lancera donc, en octobre prochain, deux boîtiers qui compléteront sa gamme de vrais faux reflex Alpha à viseur électronique. Bien plus que l’Alpha 55, c’est l’Alpha 77 qui retient l’attention. Annoncé à 1 300 €, nu, et à 1 400 € avec un 18-55 mm, ce dernier se profile comme la bonne affaire du moment, surtout face aux tarifs prohibitifs des Nex. Le géant japonais, qui a du mal à convaincre les pros attachés à Nikon et Canon, leur fait directement du pied en proposant des performances haut de gamme à prix réduit. Logique, puisqu’il faut aussi les pousser à abandonner leurs objectifs achetés à prix d’or. On se retrouve ainsi avec un boîtier de 24 millions de pixels capable d’atteindre une cadence de 12 images par seconde en rafale pour l’A77 (10 sur l’A65). Pour épauler correctement ces performances, l’autofocus n’est pas en reste, puisqu’il dispose de 19 + 11 points en croix (15+3 points sur l’A65). Nanti d’une vitesse d’obturation 1/8000e sec et d’une montée en ISO de 16000, l’A77 risque toutefois de ne pas faire l’unanimité, vu son viseur électronique. Wait and see


Ph.: Sony

14:30 Publié dans Pixels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, pixels, sony, nex | |

Les commentaires sont fermés.