Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/10/2011

L’avantage du thermique et de l’électrique

la libre,momento,routes,chevrolet,voltLa Chevrolet Volt combine à la fois le réalisme de l’un et les bienfaits de l’autre !

Ch.H.


IL EST RARE QU’UNE AUTO CONSTITUE, de nos jours, une vraie nouveauté, une véritable innovation technologique. C’est pourtant bien le cas de la Chevrolet Volt et de ses deux cousines, l’Opel Ampera (en Europe) et la Cadillac ELR (aux Etats-Unis).

Les full électriques, dont le rayon d’action ne dépasse pas, au maximum, 150 kilomètres, s’immobilisent définitivement quand les batteries sont plates. Et les hybrides classiques passent systématiquement en version thermique à partir d’une certaine vitesse (environ 40 km/h); le petit moteur électrique ne sert, en fait, qu’à épauler le bloc thermique qui reste le moteur principal.

Dans le système Volt, c’est le moteur électrique qui est le plus important. Cela signifie que la Volt peut rouler à n’importe quelle vitesse et dans n’importe quelle condition sur son seul moteur électrique de 150 chevaux. Le moteur à essence, lui (86 chevaux), n’entre en action que quand les batteries sont plates, en alimentant un générateur lié au moteur électrique.

Difficile de faire mieux, en théorie en tout cas, mais cette technologie, aujourd’hui parfaitement au point (nous avons essayé le premier prototype Volt, il y a plus de cinq ans, déjà, en Californie), a un prix. Plus de 10 000 €, prime déduite, par rapport à une berline de même segment, par exemple la Cruze qui partage la même plate-forme. Cependant, comme on considère que la consommation moyenne ne dépasse pas deux litres au cent, on a vite regagné le surcoût du prix d’achat. Il n’empêche que ce système ne bénéficie pas, chez nous, des importantes incitations fiscales réservées aux full électriques, mais seulement des 15 % de remise réservés aux véhicules de moins de 105 g de CO2. En attendant mieux, peut-être. Ou moins bien…

Comme 80 % des usagers ne dépassent pas soixante kilomètres par jour, ceux-là n’utiliseront jamais le moteur thermique. Il ne leur en coûtera pas plus que 2 € d’électricité pour une recharge complète de quatre heures. Et, si nécessaire, le moteur à essence de 1 400 cc ne consomme pas plus de 6,4 litres. Une vraie économie.

Cela dit, la Chevrolet Volt, malgré son poids, est plaisante à conduire, très confortable et remarquablement équipée. Elle convient parfaitement à ceux qui ne dépassent pas cent kilomètres par jour, majoritairement en cycle urbain, et qui craignent la panne sèche. Mais pour les gros rouleurs, il sera très difficile, au prix actuel de l’engin, et malgré les 15 % de prime fédérale (limitée à 4 640 €), de rivaliser avec les diesels les plus modernes.

12:00 Publié dans Routes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, routes, chevrolet, volt | |

Les commentaires sont fermés.