Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/10/2011

Le bond qualitatif des vins des Marches

la libre,momento,papilles,vins,les marches,italieLes cépages blancs connaissent un grand succès dans cette région italienne, notamment grâce au vent du nord-est qui apporte de la fraîcheur la nuit.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


CETTE RÉGION RADIEUSE DU BORD de l’Adriatique, qui ne jouit pas de la renommée de Piémont ou de la Toscane, risque de devenir de plus en plus familière grâce à la ligne directe Charleroi-Ancône de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair et aux tarifs intéressants de SN Brussels Airlines. Les voyageurs belges sont de plus en plus nombreux à découvrir des gens aimables, un climat chaud, un paysage doucement vallonné, une mer Adriatique qui n’est pas encore envahie par le tourisme de masse, une cucina casalinga unique, héritée de la cuisine locale de grand-mère, et surtout… des vins qui ont fait un fabuleux bond qualitatif.

Dès qu’on quitte le petit et flambant neuf aéroport d’Ancône pour s’aventurer dans la campagne, on est frappé par les sommets des collines : ils abritent tous l’une ou l’autre charmante petite cité historique. Les paysages des Marches sont parsemés de collines agréables en pentes douces. Et ces adorables petites cités nous emmènent d’emblée jusqu’au vin le plus connu des Marches : le Verdicchio dei Castelli di Jesi. Jesi (prononcer “Jezi”) ne fait pas référence à Jésus, mais à la ville de Jesi qui doit son nom au petit cours d’eau qui y passe : l’Esino. Quant aux “Castelli”, ils font référence aux 19 petites cités fortifiées que l’on trouve sur les collines autour de Jesi. Elles forment aujourd’hui encore la principale région du Verdicchio.

Situées au centre de l’Italie, les Marches forment une région qui s’étend le long de la mer Adriatique. Depuis la petite ville de San Marino au Nord, elle passe par Pesaro, Ancône et Macerata, pour s’achever au Sud à Ascoli Piceno. Au beau milieu du littoral, se dresse le Monteconero. A plus de 500 mètres d’altitude, il trône comme un phare au-dessus de la côte. Les principales vallées des Marches, celles des rivières Foglia, Metauro, Chiena, Esino et Cesano, sont orientées directement vers la mer. L’idéal pour implanter des vignes ! Cette règle souffre une exception : la vallée de la Matelica qui est parallèle à la côte et dans laquelle les vignobles sont situés à une altitude qui peut atteindre 500 mètres.

Si les étés peuvent être très chauds, le vent du nord-est (venant des Balkans) apporte de la fraîcheur la nuit. Cela explique aussi le succès des cépages blancs dans la région. Les Marches sont d’ailleurs l’une des rares régions viticoles d’Italie à produire plus de vin blanc que de vin rouge.

Le verdicchio est de loin le cépage le plus planté pour les vins blancs des Marches. Ce raisin tient, en effet, le haut de l’affiche, aussi bien dans les régions de Jesi et de Matelica que dans la DOC Esino. On en fait également de bons spumante secs, suivant une méthode artisanale (le plus souvent encore sur des pupitres, comme on le faisait jadis en Champagne). Ce raisin est l’un des principaux cépages blancs sur la scène internationale, et il est incontournable en Italie. S’il est aujourd’hui encore le cépage le plus planté dans les Marches, c’est par la volonté de l’Instituto Marchigiano de donner la priorité absolue aux cépages autochtones. Et en 1996, il a été décidé de ne plus planter de cépages internationaux. Décision basée sur l’idée que les Marches ne seraient jamais capables d’affronter la concurrence internationale avec les cépages chardonnay, sauvignon, merlot, syrah… Bien vu !

Les cépages autochtones moins courants sont le bianchello (pour la DOC Bianchello del Metauro) et le maceratino (pour la DOC Colli Maceratesi).

Pour les vins rouges, le roi, c’est le montepulciano. C’est le seul cépage du Conero Riserva et le cépage principal pour le Rosso Conero souvent associé au sangiovese.

Les commentaires sont fermés.