Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/11/2011

Habitudes de consommation. Que boivent les Belges ?

La Libre, Momento, Papilles, Vins, consommation, BelgiqueLe Belge est le plus gros buveur de vin parmi tous les pays non producteurs; malgré tout, il existe des différences entre le nord et le sud du pays.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


LE MARCHÉ BELGE EST RECONNU tant pour l’expertise de ses dégustateurs que pour son record absolu de consommation, estimée à près de 30 litres par habitant et par an, qui positionne le Belge comme le plus gros buveur de vin parmi tous les pays non producteurs. A noter que ces 30 litres de vin tiennent compte des 25 litres achetés et taxés en Belgique et d’une estimation d’achat hors frontières, soit directement chez les producteurs, soit dans les grandes surfaces transfrontalières, de 5 litres. Même si 50 % des Belges, à l’égal des Français, déclarent que le vin est leur boisson alcoolisée préférée, c’est dans les faits la bière qui reste leader des parts de marché en volume, avec une consommation de 81 litres par habitant. Ces dernières années, l’importation de vins tranquilles s’est globalement stabilisée en volume avec une croissance en valeur de 4 %.

Notre royaume, traditionnellement attiré par les vins de l’Hexagone, et considéré comme un marché mûr d’ultraconnaisseurs, présente cependant des habitudes de consommation hétérogènes liées aux clivages culturels. Le Nord affiche des tendances de consommation plutôt anglo-saxonnes, privilégiant la nouveauté pour optimaliser le rapport qualité/prix, comme les vins du Nouveau Monde et les gammes qualitatives espagnoles et italiennes. Les francophones, plus conservateurs, restent fidèles aux vins français. Ils consomment près de 30 % de vin en plus que leurs voisins du Nord, mais cette tendance tend à s’inverser, car, au Nord, la consommation est en nette augmentation, tandis qu’au Sud, elle est stagnante.

Le Belge marque une nette préférence pour le vin rouge qui représente 56 % de ses achats en Flandre et 59 % en Wallonie. Par contre, les francophones plébiscitent deux fois plus les vins rosés qui représentent 17 % de leurs achats pour 8 % en Flandre. Par ailleurs, la Flandre montre une nette préférence pour le vin blanc qui représente 37 % de ses achats contre 24 % en Wallonie, et se rapproche ainsi davantage du profil des Pays-Bas. En Flandre, on boit plus de vin hors des repas et en dehors de chez soi (dans les bars, restaurants, etc.) qu’en Wallonie, où, tout comme en France, on a souvent l’habitude de boire un verre de vin à domicile et à table. Dans l’ensemble du pays, la consommation du vin au restaurant reste néanmoins très importante, puisqu’elle représente environ 25 % du volume du vin consommé.

Après le choix de la couleur, le second critère de sélection du vin est le prix. Un tiers des Belges dépensent entre 3 et 4 euros pour une bouteille de vin. Le prix d’achat moyen en Flandre de 3,30 € est supérieur à celui observé en Wallonie, qui se situe à 2,80 € par bouteille. Une évolution marquante, à mettre en parallèle avec ces prix relativement bas, est la percée des Bag in Box qui représentent aujourd’hui en Belgique 26 % des volumes consommés.


Le lent effritement du leadership français
Alors qu’au début des années 2000, seulement une bouteille de vin sur quatre vendues en Belgique n’était pas française, en 2011, une bouteille sur deux est d’une autre nationalité. La part des vins européens n’a pas tant évolué (passant de 19 à 24 % des parts de marché entre 2004 et 2011). Ce sont surtout les vins du Nouveau Monde qui ont amélioré leur pénétration du marché belge, passant de 9 à 20 % des volumes sur cette période. La concurrence des producteurs étrangers s’est progressivement accrue en Belgique, et ce sont l’Italie (8,7 %), le Chili (8,8 %) et l’Espagne (8,1 %) qui talonnent la France.


Ph.: Reporters

Les commentaires sont fermés.