Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/11/2011

Qu'est-ce qu'il fait bon être à la maison!

La Libre, Momento, Bien-être, bien chez soiPour plus de trois Belges sur quatre, impossible d’être heureux sans avoir une vie à la maison. Mais au fond, puisque c’est tellement important, c’est quoi, se sentir bien chez soi ? Réponse dans une vaste enquête.

Cocooning: Laurence Dardenne


MAIS QU’EST-CE QUI FAIT que l’on se sente – ou non – bien chez soi ? La voilà, la question centrale d’une vaste enquête qui vient de livrer ses résultats. Menée à l’initiative d’ILIV, un nouvel observatoire de la vie à la maison (1), cette étude tire ses données de plus de 2 400 enquêtes, 4 tables rondes et 60 visites de maisons. (2) “Bien plus que quatre murs, des meubles et un toit, la maison, c’est notre vie, soutient l’équipe ILIV. C’est se ressourcer, recharger les batteries, se détendre, se retrouver en famille ou avec des amis, accueillir des gens, se sentir en sécurité, exprimer sa créativité. Si nous avons besoin d’une maison pour abri, c’est quand nous avons un “chez nous” que nous nous sentons en sécurité. Un “chez soi” apporte de l’équilibre, dit quelque chose sur notre personnalité. La vie à la maison forme la base stable à partir de laquelle nous explorons le monde”.

Première grande tendance qui ressort de l’étude : pour plus des trois quarts (78 %) des répondants, on ne peut pas être heureux sans avoir une vie à la maison. “Les gens heureux de leur maison sont aussi plus heureux dans la vie et vice versa”, constate l’observatoire. A savoir s’ils se sentent chez eux là où ils habitent actuellement, c’est un “oui” franc pour 69 % et un “plus ou moins” pour 25 %. Certains se sentent toutefois moins chez eux que d’autres : à commencer par les personnes qui ont un logement très modeste avec peu de confort, celles aussi qui entretiennent de médiocres relations avec le voisinage, qui n’ont pas de jardin ou d’endroit où s’aérer, ainsi que les jeunes de moins de 30 ans et les personnes âgées de plus de 60 ans.

Mais au fond, quelle est la signification du “chez soi” ? C’est avant tout pouvoir être soi-même, puis pouvoir retrouver le calme, se sentir en sécurité. Un “chez soi” apporte, en effet, chaleur et sécurité. C’est aussi là que l’on recharge ses batteries.

Quant à compléter la phrase “mon chez moi, c’est…”, voici les réponses : les gens que j’aime (45 %), mon jardin ou ma terrasse (30 %), des objets, la déco (26 %), mes meubles (22 %), mon animal domestique (22 %), la vue sur la verdure (21 %), mes rapports avec le quartier (21 %), avoir suffisamment d’espace (21 %) et beaucoup de lumière (20 %).

Interrogés sur la maison de leurs rêves, les Belges fantasment avant tout sur un jardin (58 %), des aménagements durables (dispositifs d’économie d’énergie comme les doubles vitrages, l’isolation, les panneaux solaires…) (49 %), la lumière (47 %), le fait de disposer d’un garage (32 %), et, plus modestement, un grand canapé confortable (25 %), ainsi que - le véritable luxe - de l’espace (25 %).

Tout n’est cependant par toujours aussi rose. Ce qui dérange le plus le Belge dans et aux alentours de sa maison ? La dégradation du quartier (59 %), les bruits du voisinage (50 %), les scènes de ménage (46 %) ou encore ceux que l’on ne choisit pas,… les voisins désagréables (45 %). C’est qu’il y a “soi”, sa famille, mais aussi les autres. Si, pour la plupart, les Belges aiment que les invités se sentent bien chez eux, s’ils veulent les accueillir et les faire profiter de leur petit nid, ils n’auraient pas vraiment la culture du “N’hésitez pas à passer!”. Les visites à l’improviste, pas trop leur truc. Quatre Belges sur dix en ont carrément horreur. Et ils sont autant à s’avouer stressés, même quand la visite est planifiée. Amis bienvenus, donc, mais on préfère quand même être prévenu. Qu’on se le dise !


Extraits
“Demandez à quelqu’un de décrire sa maison, il vous énumérera le nombre de chambres, les matériaux utilisés et l’agencement des pièces. Demandez à quelqu’un de vous décrire sa vie à la maison, et il vous parlera des gens qu’il aime y retrouver, d’heureux souvenirs et de moments agréables. La notion de la vie à la maison est liée à des sentiments, à la chaleur, aux gens, à la sécurité.” Un tableau qui n’est cependant pas toujours aussi rose…

(1) Créé avec le soutien d’Ikea, ILIV assure que “les études scientifiques se font en totale transparence et objectivité”.
(2) Pour plus d’infos : www.iliv.be

Les commentaires sont fermés.