Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

03/12/2011

"Ace Combat", jour de tonnerre

La Libre, Momento, Pixels, Ace Combat: Assault HorizonSimplifié en apparence et plus agressif, Ace Combat : Assault Horizon fend les airs et quitte la SF militaire pour plonger dans une fiction géopolitique. Séquence frisson.

Aux manettes: Michi-Hiro Tamaï


PLACER UN LOOPING, ralentir jusqu’à décrocher pour tomber en chute libre et redémarrer de plus belle, plein gaz, pour monter en chandelle. Une fois de plus, Ace Combat apporte sur consoles de salon des sensations de pilotage d’avion de chasse uniques. Si récemment, HAWX tentait de faire de l’ombre à la saga ailée que Namco a lancée en 1995, celle-ci garde du mordant. Et réaménage même sa formule historique, quitte à simplifier certains aspects de son pilotage létal.

Il y a d’abord cette ambiance, typique de la série. Une atmosphère qui passe par des menus léchés, des cinématiques viscérales (caméra à l’épaule) et surtout une bande originale brossant à elle seule des paysages et des ambiances crépusculaires. Les instruments à cordes et à vents traditionnels du Yuval Ron Ensemble dessinent les plaines du Moyen Orient tandis que du speed metal ou du stoner façon Karma To Burn soulignent l’âpreté de certains face à face aériens. Pas de doute, malgré la plume de Jim DeFelice du New York Times, le scénario anti-terroriste bidon ne décolle pas. US Air Force, ONU, méchants russes et bombes mystérieuses restent donc en retrait face à la nervosité et le rythme saisissants de chaque mission.

Grande nouveauté de la saga, le Système d’Assault Rapproché (ou AR) tourne le dos à l’approche manuelle des neuf épisodes précédents de la saga. En pratique, s’approcher d’un adversaire permet après avoir appuyé simultanément sur deux gâchettes supérieures du joypad de lui coller le train automatiquement. On évolue alors comme sur un rail en essayant simplement de garder la cible le plus longtemps dans un cercle. Le tout pour permettre aux missiles à tête chercheuse d’atteindre son postérieur.

Obligatoire sur les Leaders d’escadron – forcément plus doués que les autres en cabrioles aériennes –, cette manœuvre prend vite des allures de leitmotiv sur des ennemis classiques, surtout lorsqu’il faut éliminer fissa des chasseurs escortant un bombardier prêt à ravager Dubaï. Les puristes grincent des dents. Mais cet AR permet au jeu des phases de rase-mottes spectaculaires à travers gratte-ciel et autres canyons. Mention spéciale d’ailleurs pour les graphismes, dont les nuages d’explosions et débris que l’on traverse en vol laissent sans voix. Sans parler de la modélisation des appareils et des paysages aériens parfois coupés en deux suite à un plafond nuageux bas.

Finalement, le niveau de difficulté globale, lui, ne semble pas souffrir du Système d’Assault Rapproché. L’exigence du timing de certaines missions amène d’ailleurs souvent le game over. Il faudra donc feinter les nuées d’appareils ennemis, prompts à désintégrer notre carlingue en trois petits missiles. Demandant de ralentir (pour également appuyer simultanément sur les deux gâchettes de la manette), les contre-attaques jouent ici un rôle clef. Lorsqu’on est “accroché” par un ennemi, celles-ci inversent les rôles pour mitrailler et bomber à tout va via l’AR.

Pas forcément simple à déclencher, cette tactique se montrera essentielle tant les ennemis très agressifs se suivent à un rythme soutenu. La différence avec les premiers épisodes de la saga qui permettaient de combattre les mains dans les poches, sans trop se soucier de ses arrières, est flagrante. Traversé de phases de rail shooting peu intéressantes, Ace Combat : Assault Horizon livre pour la première fois du pilotage sporadique d’hélicoptère. Une vraie réussite qui crépite, d’autant que le comportement à adopter change radicalement, notamment lorsqu’on utilise des immeubles pour se planquer en embuscade.

Ace Combat : Assault Horizon/PlayStation 3 et Xbox 360 (version testée)/Age : 16 +/Ed. – Dev. : Namco Bandai Games – Project Aces/Prix : 55 €/Verdict : 8 sur 10

Les commentaires sont fermés.