Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/12/2011

Dans l'eau thermale des Alpas valaisannes

La Libre, Momento, Bien-être, bains thermaux, Loèche-les-Bains, Leukerbad Sortie de source à une température de 51°C, elle doit être refroidie pour qu’à ciel ouvert, dans les bains publics de Leukerbad, on puisse s’y prélasser, en contemplant les cimes enneigées. Sensationnel.

A l'eau: Laurence Dardenne


IRRÉEL. SURNATUREL. SURRÉALISTE ? Pour qui trempe, pour la première fois de sa petite existence, son orteil dans les bains thermaux de Loèche-les-Bains, l’expérience est tout bonnement sensationnelle. Pour les “locaux”, manifestement, la trempette n’a rien de plus naturel. Et pourtant, 37 ° dans l’eau, bouillonnante en plein air, qu’il neige ou qu’il fasse plein soleil, se retrouver là, encerclé de cimes enneigées qui se détachent sur fond de ciel bleu azur, c’est tout de même peu banal… Ou alors faut-il être totalement blasé. Le décor est à couper le souffle. En cette journée d’automne, les vapeurs qui se dégagent de l’eau thermale, naturellement chaude, donnent au tableau un petit air de paradis sur terre.

Les jets s’activent, alors que tout ce petit monde se prélasse en contemplant le spectacle d’une nature préservée et en respirant l’air pur. Bien-être total.

Située à 1 400 mètres d’altitude dans les Alpes valaisannes, la station thermale de Loèche-les-Bains – Leukerbad en suisse dans le texte – n’est pas sans charme. Bien loin de là. Plutôt familiale, elle offre un choix varié en termes de bains… thermaux publics. Que l’on opte pour le Lindner Alpentherme et ses deux piscines thermales, l’une intérieure et l’autre extérieure; pour le Burgerbad, ou Bains de la bourgeoisie avec ses dix bassins et pataugeoires pour enfants; le Centre Reha ou la clinique spécialisée dans le traitement des rhumatismes et de la réhabilitation neurologique; ou encore, plus populaire comme son nom l’indique, pour le Volksheilbad Spa dont l’eau thermale n’est pas filtrée, toutes les formules ont leur raison d’exister.

Mais qu’a-t-elle donc de si spécial, cette eau thermale de Loèche-les-Bains dont l’histoire des sources remonte à l’époque romaine-helvétique ? Première particularité, son exceptionnelle température : en sortant des sources, elle affiche ni plus ni moins que 51° celsius, ce qui oblige bien évidemment à la refroidir avant de s’y baigner. Ensuite, la profondeur à laquelle elle s’engouffre, en l’occurrence à 3 000 m dans la région de Torrent avant de rejaillir en tant qu’eau thermale à Leukerbad. Tout cela en fait une eau riche en calcium et en sulfate.

Et s’il est une expérience à tenter sans hésiter en ces lieux si particuliers, sans doute est-ce celle du bain romano-irlandais dans un décor de villa romaine, reconstitué au Lindner Hotels &Alpentherme. Une fois passé l’appréhension à l’idée que ce soin de deux heures se déroule… en tenue d’Adam, le rituel qui est proposé s’avère indéniablement bienfaisant. Ici, on a réuni deux cultures thermales européennes riches en tradition dans le simple but de créer un rituel relaxant, purifiant et stimulant pour la circulation sanguine. Composant irlandais ? Le bain d’air chaud et sec. Composant romain ? L’air chaud et humide.

Au programme : onze étapes au cours desquelles le corps se réchauffe et se refroidit successivement, se purifiant progressivement. Première d’entre elles, précisément, une douche purifiante de 5 minutes. Car ici, même si l’on vous dit que ce n’est pas le cas, tout est minuté. On est en Suisse… ou on ne l’est pas. Après quoi, direction Tepidarium, un “bain d’air chaud” – pour ne pas dire un sauna – à 54° C où l’on restera 15 minutes avant de passer 5 minutes au Laconium où la température monte à 68°C. Suit un gommage au marc de café – si! si! – à effectuer soi-même une dizaine de minutes durant. Plutôt agréable, quoi qu’on en pense. Et assez surprenant. Une petite douche pour redonner à sa peau sa couleur d’origine, et c’est au massage à la brosse sur table de marbre que l’on passe, effectué, cette fois, par David qui a le geste nettement plus doux – voire trop pour certains – que, dans un lointain souvenir, nous avaient laissé les masseuses allemandes de Baden-Baden. Reste que, gommage au café et brossage même délicat au savon, la peau est d’une douceur de bébé. Mais le parcours ne s’arrête pas là. Next station : le bain de vapeur à 48°C, pour une durée de 5 minutes, suivi d’une trempette de dix minutes dans l’eau thermale Yin à 36°C. Avant de se passer à 34°C, un quart d’heure, dans l’eau bouillonnante Aqualbad, puis 5 minutes à 28°C dans l’eau thermale Yang. Enfin, pour mériter sa demi-heure d’enveloppement dans un drap chaud et son thé au Silencium, la salle de repos, encore faudra-t-il avoir le courage de s’immerger dans le Frigidarium, à une température de 18°C qui paraît en faire à peine 5 ! C’est dire si l’avant-dernière étape nous a paru douloureuse…

Il n’empêche, de cette expérience, on gardera le meilleur. Avec une offre de plus de 300 traitements différents, pas étonnant que la station, où se sont notamment rendus Guy de Maupassant, James Baldwin, Mark Twain, Tolstoï ou encore Goethe, ait acquis le label de qualité “Wellness-Destination” pour les années 2012-2014.


Ph.: Leukerbad Tourismus

Commentaires

je confirme que cet endroit est magique. Mieux a deux evidemment!!!.
Tres bel article..

Écrit par : marc Ducobu | 03/01/2012

Les commentaires sont fermés.