Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/12/2011

Le grand saut

La Libre, Momento, Autoportrait, MarkaSerge Van Laeken est un chanteur belge. Il a été membre de plusieurs groupes, dont Allez Allez et Les Cactus. C’est en 1992 qu’il se lance dans une carrière solo et adopte le pseudonyme de Marka.


MARKA EN 6 DATES

1961 : Serge Van Laeken, Molenbeekois, naît le 27 mai à Watermael-Boitsfort. A peine né, j’ai déjà fait le tour de Bruxelles…

1981 : je termine, enfin, mes études secondaires en section langues et, dans la foulée, je me lance comme musicien, bassiste au sein du groupe Allez Allez.

1992 : sortie de mon premier album sous le pseudonyme Marka. Naissance de mon fils Roméo.

1995 : je signe un contrat d’artiste chez Columbia France, sortie du hit single “Accouplés”, et naissance de ma fille Angèle.

2008 : je serai le premier musicien belge à tourner à Cuba accompagné de musiciens du cru, j’y réalise le film “Señor Marka”.

2011 : je m’entoure de musiciens jazz (le Blue Orchestra) avec qui on parcourt toute la Belgique, on se produit au Qatar et on termine cette magnifique tournée par un Show de Noël tout en sapins et guirlandes. Je vais me prendre pour Frank Sinatra, pendant un mois, c’est un beau cadeau pour mes 50 ans.


UN EVENEMENT DE MA VIE

La naissance de mon fils est un événement majeur. Je tournais en rond depuis quelques années, j’avais vécu l’amour et des désillusions, le succès avec Allez Allez, et la descente juste après notre “split”. Je venais de perdre mon grand-père, mais je venais de gagner un fils.
Du coup, je me découvre une raison de vivre, de continuer. Cela m’a relancé, m’a redonné confiance en moi, j’étais un Papa.
Cette année-là, j’ai quitté mon boulot de représentant en instruments de musique pour me relancer mais, cette fois, en solo. Le grand saut d’une situation stable vers une carrière d’artiste.
Aujourd’hui, je suis fier de mon fils et de mon boulot.


UNE PHRASE

“Fais ce que tu as envie de faire, va au bout de tes rêves, tout est possible.”
Même faire ta propre interview pour le Momento…


TROIS LIVRES

“Le parfum” de Patrick Süskind
Pour dire vrai, je lis très peu. En général, je ne lis que des biographies. Je viens de jeter un œil à ma bibliothèque (exagéré) afin de vous répondre. Je n’y ai pas trouvé de roman… Cependant me reviennent les sensations olfactives du livre “Le Parfum” qui doit être le premier bouquin que j’ai lu d’une traite. Je devais être dans une phase : “Et si tu tentais un truc fou ? Finir un roman…

Les livres sur Mohammed Ali
Je lis un max de livres consacrés à Mohammed Ali, le boxeur du Kentucky qui alliait l’intelligence, la poésie, l’élégance (sur et en dehors du ring), la beauté, l’engagement politique (refus de servir au Vietnam ou défense de ses frères noirs), l’humour, le tout en ayant été trois fois champion du monde des poids lourds. Un exemple dont je tente de m’inspirer.

“Life” de Keith Richards
L’autobiographie de Keith Richards, guitariste des Rolling Stones. Assurément bien plus drôle et intéressant que tous les livres que j’ai lus sur Mick Jagger… Keith Richard a ajouté un “s” à son nom pour faire plus classe. Le roi du riff n’avait pas besoin de ça. C’est un seigneur.


TROIS SPORTS

Le football
Parce que tout le monde y vient un jour ou un autre, surtout en période de Mondial (même les Japonais…). Parce que c’est le sport le plus regardé et le plus adulé au monde. Parce qu’un stade qui explose, c’est comme un orgasme, vous devriez essayer le Standard… Parce que si un taximan tente de vous arnaquer alors que vous sortez de l’aéroport, parlez-lui de son club préféré et il va se calmer. Parce que c’est chouette de jouer à la baballe avec des amis, n’importe où…

Le cyclisme
Parce que j’ai grandi dans un quartier où il y avait des courses chaque week-end. Parce qu’on a eu Eddy Merckx, le plus grand de tous les temps. Parce que je ne joue plus au foot à cause de mes genoux, mais que je parviens encore à rouler à vélo. Parce qu’on ne se dope pas qu’au cyclisme…

La pétanque
Parce qu’on peut tous et toutes y jouer, de préférence au soleil en sirotant un apéritif, que c’est convivial, que les règles sont simples, que ça nous met en vacances…


TROIS LIEUX

Cuba
Allez-y et faites-vous votre propre idée sur place. Entrez en contact avec les Cubains. Dansez sur les rythmes incomparables, buvez “un mojito” le soir dans les jardins de l’hôtel Nacional en regardant la mer, fumez un Havane sur le Malecón, allez à Cienfuegos, à Pinar del Rio, à Trinidad, à Santiago, évitez Varadero, ou regardez mon film “Señor Marka”.

Beyrouth
Les plus belles femmes du monde y vivent. On y mange divinement bien. Il y a la mer, le soleil ou la neige sur le Mont Liban. C’est une ville qui vibre encore et toujours, malgré tout ce qu’elle a enduré, mon premier choc hors Europe.

Le Japon
Pour mille raisons : la tradition culinaire bien plus riche et vaste que les sushis, la gentillesse des Japonais, les “ontsen” (bains japonais), le Mont Fuji, les trains qui arrivent à l’heure, la sécurité, les Japonaises, les hôtels traditionnels, l’organisation, la politesse, les gadgets, les jeux télévisés, les chiens déguisés, les livres consacrés aux chats, etc.
Si ça vous tente, la RTBF diffusera le film “Si j’étais japonais” le 29 décembre à 22h50 sur La 2.


UNE DATE

Le 25 juin 1986
La Belgique rencontre l’Argentine en demi-finale de la Coupe du Monde au Mexique. Du jamais vu, une demi-finale pour les Diables Rouges.
Quelques jours plus tard, je suis sur la Grand-Place avec des dizaines de milliers de supporters. C’est un moment magique, le soleil brille, le peuple exulte, on chante, tous unis, tout est possible et je pleure de bonheur…
Ce n’est pas une date dans la vie du monde, mais ça l’était presque…
Sinon ce que j’aime encore bien comme dates, ce sont celles où les dictateurs passent enfin à la trappe. Cette année est un grand millésime…


Ph.: Alexis Haulot

Les commentaires sont fermés.