Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/12/2011

Le rouge lui va si bien

La Libre, Momento, Escapade, Londres, NoëlSo elegant la capitale britannique ! Lorsque guirlandes et chants de Noël s’en emparent, Londres se métamorphose en véritable ode aux fêtes de fin d’année.

Parcours féerique: Fanny Leroy


DE L’AUTRE CÔTÉ DE LA MANCHE, celui qu’on appelle Santa Claus est en honneur de sainteté. Ses couleurs envahissent d’ailleurs les rues et vitrines londoniennes dès la fin novembre venue. Le tout en accord avec le rouge écarlate des traditionnels bus et phone boxes qui continuent d’égayer la ville… Goût du détail oblige. Alors que les Britanniques se délectent jour après jour de friandises cachées dans leurs calendriers de l’avent – encore très populaires –, les décorations ne cessent de séduire les visiteurs de passage qui continuent d’élire Londres comme destination de prédilection pour une fin d’année à clôturer en beauté.

Argument supplémentaire pour succomber au charme du Big Ben en habit de Noël ? Seules deux malheureuses heures séparent Londres de Bruxelles. Une aubaine pour les fashionistas en mal de la robe de réveillon qui éblouira leur cour d’admirateurs ou pour les amateurs du cadeau qui fait mouche. Des plus chics au plus insolites, les boutiques londoniennes regorgent d’idées à glisser dans les bagages. A commencer par des clichés des illuminations des magasins qui bataillent littéralement pour impressionner les clients potentiels en promenade. Mises en scène, personnages animés, installations intérieures et extérieures, parapluie de Mary Poppins ou cadeaux volants…, la créativité n’a pas de limite pour épater les passants. A cette période d’ailleurs, le fameux immeuble Harrods, véritable temple du shopping, n’est qu’une lumière. Une adresse à Knightsbridge capable de combler toutes les envies d’un réveillon. Au cours de l’ascension des sept étages, on croise décoration de Noël, mets délicats, prêt-à-porter, high-tech, ou encore musique. Un must pour les plus paresseux acheteurs. Seule condition préalable : avoir un portefeuille bien garni. Eh oui, l’abondance anglaise se paie et en livres, of course.

Si on raffole des magasins aux étages qui font tourner la tête, Hamleys est la seconde adresse incontournable du côté de Regent Street. Ce n’est autre qu’un antre du Père Noël pour les têtes blondes, soit l’un des plus grands magasins au monde de jouets. Son histoire est d’ailleurs ancestrale puisqu’il a été fondé en 1760. Une date bien antérieure à la tradition de l’arbre de Noël de Trafalgar Square. En effet, depuis 1947, la Norvège offre gracieusement un sapin de 20 mètres de haut à sa voisine londonienne. Un rappel du passé en guise d’amitié. Durant les temps de guerre, le roi Haakon et le prince héréditaire Olav ont en effet trouvé en Angleterre une sécuritaire terre d’exil. Envoyé chaque année d’Oslo, l’heureux épineux élu est scrupuleusement sélectionné des années à l’avance et soigné par l’Office des forêts. Un hôte de marque qui complète la grâce de la célèbre place.

La concurrence est pourtant rude… A Covent Garden, par exemple, où un cerf fait de verdure et de lumière trône triomphalement devant le marché couvert. Un accueil en grandes pompes avant de défiler sous les énormes boules de Noël qui surplombent les magasins chics et les échoppes de Noël. Et les répliques de ces cabanons typiques égrènent Londres lui donnant ainsi des allures de véritable village de Père Noël. Au pied de la grande roue, le long des docks Saint Katherine, le mulled wine y coule à flot, ce vin chaud typique épicé à la cannelle. Une douce ivresse que l’on marie volontiers avec des mince pies, de petits gâteaux fourrés avec des fruits assemblés en chutney sucré. Une gourmandise qui partage de nombreux ingrédients avec le Christmas pudding, un homologue bien plus pesant sur l’estomac. Et pour cause, la tradition veut que le gâteau prodige se prépare cinq dimanches avant Christmas Eve. Sur l’île, il se déguste le 25 décembre après avoir écouté le discours de Sa Majesté à l’heure du teatime. Les puristes y cachent même des objets destinés aux convives, comme un penny pour la prospérité.

Mais si l’on goûte aux spécialités anglaises, mieux vaut prévoir d’éliminer quelques calories a posteriori… Sur l’une des nombreuses patinoires de la ville, par exemple. Au bas de la Tour de Londres qui a accueilli jadis les prisonniers de la couronne, à la Somerset House pour une version plus glamour, ou encore à Hyde Park où s’étend le Winter Wonderland. L’espace de verdure où s’implantent les festivals de musique en été, laisse place en hiver à la maison du Père Noël, à des attractions, à un cirque et à une grande roue. Des marques de l’Old England qui cohabitent joyeusement avec les tendances les plus branchées. A noter les directions Portobello pour les bijoux et accessoires, Spitalfields ou Greenwich pour les curiosités, Notting Hill pour une promenade bobo-chic ou encore Camden pour les fripes.

Des activités extérieures après lesquelles il est bon de retrouver la chaleur. Celle d’une église par exemple, où les chorales font retentir leurs voix cristallines. Le répertoire des chants de Noël ne lasse pas, surtout s’il résonne dans le cadre divin de la cathédrale Saint-Paul. Un lieu sacré qui risque peut-être d’accueillir en son enceinte, à la moindre bousculade de police, la centaine d’Indignés qui ont établi leur campement autour d’elle. Tel un village bien organisé, le mouvement de contestation rythme sa vie urbaine à celle des pas des citadins. Ouverts, les Indignés ont notamment créé une “université” où les débats sur l’évolution de la société bouillonnent d’idées et d’idéaux.

Des messages d’espoir que l’on aime parfois transmettre lors des fêtes de Noël… par le biais d’une carte de vœux par exemple, une invention britannique ! C’est en effet en 1843 que le directeur d’un musée, en retard dans ses correspondances demanda à un artiste de lui dessiner une carte qui renfermait simplement “Merry Christmas and Happy New Year”. Commercialisée par la suite, la carte de vœux s’est peu à peu répandue comme attention ou comme corvée, c’est selon. Une politesse que l’on peut en tout cas rendre plus jolie et sophistiquée si l’on se fournit sur la péninsule britannique. Un véritable must have en cette fin d’année !


Ph.: F. Leroy

14:28 Publié dans Escapade | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, escapade, londres, noël | |

Les commentaires sont fermés.