Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/12/2011

Pour faire le bonheur des oiseaux

La Libre, Momento, Dehors, oiseaux, hiver, nichoir, nourritureL’hiver, les oiseaux doivent affronter le froid. Volons à leur secours en les aidant à passer ce cap difficile.

Gazouillis: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


LE LIEN ENTRE JARDINS ET oiseaux a toujours existé. Nos jardins privés peuvent, en effet, contribuer à leur bien-être. Mais ils ne peuvent résoudre tous les problèmes. Jamais, ils n’offriront un habitat propice aux espèces auxquelles l’espace est primordial comme les rapaces. Ils sont susceptibles d’apporter une aide précieuse quand ils ont été planifiés et plantés pour être accueillants. En choisissant certains arbres ou arbustes plutôt que d’autres, le jardinier peut augmenter la capacité d’accueil des lieux. La façon de les disposer et d’en gérer l’entretien est, elle aussi, essentielle. Bosquets touffus, haies denses, litière de feuilles grouillante de vie et coin “ensauvagé” valent mieux que grands vides récurés. Un aspect lisière des bois attire davantage la gent aillée qu’un carré à la française parfaitement ratissé. Merle, merlette, rouge-gorge et grive y farfouillent dans les feuilles mortes. Bouvreuils, sizerins, chardonnerets et pinsons se gavent de graines d’orties, de céréales, d’onagres et de cardères. Les plus craintifs comme l’accenteur mouchet et le troglodyte pourraient y vivre en paix, si ces deux grands fauteurs de troubles que sont le chat et le chien n’existaient pas.

Nombre de passereaux, même s’ils sont avant tout insectivores, apprécient graines et fruits en fin d’été et en automne, afin de constituer des réserves corporelles en prévision de la migration ou de l’hivernage. Ils sont davantage attirés par certaines essences, notamment celles composant nos haies champêtres. Les conifères comme les cyprès et les thuyas les laissent indifférents et ils ne sont pas tentés d’y nicher. Une haie impénétrable d’épineux (aubépines, églantiers, prunelliers) aura toujours leur préférence. Taillez entre fin mars et mi-juillet pour éviter de déranger les couvées.

Chacun d’entre nous a la possibilité de modifier son environnement en faveur de la vie sauvage et de le rendre plus hospitalier. Nul besoin d’hectares, parfois une simple jardinière peut offrir une aire de repos ou la terrasse d’un immeuble, abriter un nichoir ou une mangeoire visités par les mésanges. Tout est possible, car l’accueil des oiseaux n’est pas une science exacte. Les recommandations des manuels sur la pose, l’orientation, le diamètre de l’orifice des nichoirs n’ont jamais empêché une mésange de nicher contre toute logique dans une boîte aux lettres et d’y revenir année après année.

Installez le nichoir dès l’automne, car il sert d’abri nocturne contre les intempéries et les prédateurs durant la mauvaise saison. Les cavités naturelles disparaissant, il est important d’en installer d’artificielles. N’ajoutez rien à l’intérieur. Accrochez-le à environ deux mètres, à l’abri des chats, point capital. Fixez-le, il peut néanmoins un peu osciller avec le vent. Inutile d’utiliser un niveau, l’oiseau n’a pas la notion du vertical et de l’horizontal; en revanche, lors de l’édification de son nid végétal, il le construira parfaitement à l’horizontal, même si l’abri, lui, est penché. En règle générale, le diamètre du trou d’envol définit l’espèce qui l’adoptera.

La profondeur du nichoir a son importance aussi. En tentant d’atteindre l’orifice, le jeune se muscle progressivement. L’oiseau abandonne en général le nid en septembre. Inspectez-le pour voir s’il n’y a pas d’oiseau mort, laissez le matelas végétal qui servira d’isolant thermique pour l’hiver jusqu’à début mars.

L’espace de nourrissage et l’espace de nidification doivent être séparés de quelques mètres.


La Libre, Momento, Dehors, oiseaux, hiver, nichoir, nourriturePlumalia
Bruno Marchal est passionné d’ornithologie. Il y a quelques années, il a fondé l’asbl Plumalia dans l’espoir de retisser le lien entre les citoyens et le monde des oiseaux. Il lui semble, en effet, qu’il manque un maillon essentiel à leur protection, celui de la proximité des informations et du contact personnalisé. Même si la réflexion est toujours nécessaire, il préfère l’action sur le terrain. C’est pourquoi il consacre beaucoup de temps à sensibiliser les enfants tout en leur apprenant, à l’école ou lors de fêtes d’anniversaire, à construire des nichoirs. Il conseille également les personnes désireuses d’aménager leurs combles, pour l’accueil d’espèces endémiques, de placer des nichoirs et des mangeoires. L’asbl apporte aide et assistance à tous ceux qui souhaitent sauvegarder, protéger, et récréer un environnement favorable aux oiseaux.
info@plumalia.eu; www.plumalia.eu


Ph.: Bruno Marchal

Les commentaires sont fermés.