Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/01/2012

Eventail de conifères

La Libre, Momento, Dehors, conifèresTout le monde pense les connaître et pourtant la famille est d’une insoupçonnable diversité. Pas toujours simple de s’y retrouver. Un monde surprenant.

Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


DEPUIS TOUJOURS, ILS SONT les piliers de nos jardins. Plus ou moins présents selon les époques et les modes, hormis chez les aficionados qui les collectionnent. La multiplicité de leurs silhouettes, leur facilité de culture font que leur succès ne s’est jamais démenti, qu’ils soient haies, ponctuations, topiaires, couvre-sol. Il paraît qu’ils composaient l’essentiel du paysage du temps des dinosaures.

L’homme a très vite découvert l’intérêt économique et ornemental de ces arbres à croissance rapide et facile à exploiter. Quelques espèces sont de très grandes vedettes, l’if, notamment. Les détracteurs des conifères les accusent de tristesse et d’immobilisme. C’est oublier un peu vite la riche gamme de formes et de couleurs de ces arbres. L’astuce est de les marier à des espèces caduques et à tout un éventail d’autres végétaux.

Littéralement, le mot conifère signifie qui porte des cônes, et c’est d’ailleurs pour cette raison que nous les aimons depuis l’enfance. Mais bien évidemment, il y a des exceptions… Les conifères se déclinent dans toutes les tailles de la plus petite comme le Pinus mugo ‘Mops’ qui atteint 40 cm jusqu’au Sequoiadendron qui peut culminer jusqu’à 90 m. Mieux vaut ne pas se tromper. Ce n’est pas aussi facile que pour d’autres familles de végétaux pour lesquels les éléments de reconnaissance, comme la fleur, sont plus évidents.

Les conifères se caractérisent par des “feuilles” persistantes, soit linéaires en aiguilles (pin, épicéa, Abies), soit en forme d’écailles (Chamaecyparis, thuya). Autre point essentiel pour l’identification, les fruits. C’est, en effet, souvent grâce aux cônes qu’ils portent qu’on les reconnaît mais pas seulement. Si les cônes sont érigés, il s’agit d’un vrai sapin (Abies). Si, en revanche, les cônes sont plutôt pendants, c’est un épicéa (notre sapin de Noël est en réalité un épicéa). Si les fruits ressemblent à des boules, il s’agit d’un thuya, d’un cyprès ou d’un faux cyprès. On parle des strobiles. Enfin, comme dans le cas des Taxacées, les fruits peuvent ressembler à des petites baies.

Parfois, pas de chance, les cônes sont absents. Alors, il faut faire preuve de réelles qualités d’observation et jouer au détective. Prenez un petit bout de rameau, tirez sur une aiguille; si elle vient avec un lambeau d’écorce, c’est un épicea; si, au contraire, elle vient en laissant une cicatrice ronde, c’est un Abies. Pour différencier un faux cyprès, ou Chamaecyparis, d’un thuya, regardez la pointe. En fait, le thuya possède une flèche droite, alors que chez les Chamaecyparis, les pointes sont généralement retombantes. Le thuya dégage une odeur très forte que son cousin n’a pas. Chez les pins, la longueur des aiguilles et leur disposition sont également des facteurs importants de différenciation. Regroupées par deux, par trois ou par cinq, elles caractérisent chaque fois des individus bien particuliers.

Ces quelques trucs, glanés au fil de promenades dendrologiques, peuvent aider pour peu qu’on les retienne. Ce ne sont que de minuscules pas vers l’apprentissage des clés de détermination. Au pied de l’arbre, les choses ne s’avèrent pas aussi aisées. Les critères d’identification sont nombreux. Qui plus est, moins on les exerce, plus vite on les oublie.


La Libre, Momento, Dehors, conifèresComment choisir?
Première question à se poser, à quoi va-t-il servir ? Réaliser une haie, cacher une vue désagréable, meubler un coin un peu vide ? Est-il destiné à être planté en isolé ? C’est en fonction de sa destination que vous ferez votre choix. Quelle silhouette recherchez-vous ? Colonnaire, pyramidale ou tapissante, boule ou cône, flèche ou parasol ? Tout est possible. Quelle sera sa hauteur ? Vous réfléchirez ensuite à la texture et à la couleur du feuillage. Selon la disposition des aiguilles, votre conifère aura un aspect plumeux ou plus structuré. Les couleurs sont très importantes également. Elles doivent se marier à l’ensemble du jardin. Rares sont les plantes offrant une telle variété de textures, de formes et de couleurs mais aussi de hauteurs. Toutes les nuances de verts, de jaunes, de bleus, de gris, et même de roux, tant et si bien qu’il faut parfois faire attention d’éviter des associations un peu trop tonitruantes ou trop artificielles.


Ph.: MNC & MPV

14:30 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, conifères | |

Les commentaires sont fermés.