Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/01/2012

Las Vegas enterre la TV de papa

La Libre, Momento, Pixels, CES 2012, téléviseurDélaissant la 3D, les téléviseurs se concentraient sur la finesse de l’image lors du dernier CES de Las Vegas. La course aux pixels est (re)lancée, sur fond d’OLED et de systèmes d’exploitation.

Michi-Hiro Tamaï


CLIGNOTANT COMME UN NÉON, le Consumer Electronic Show de Las Vegas jetait un œil derrière le rideau occultant les tendances high-tech de ces prochaines années. Premier constat marquant face aux précédentes éditions de ce salon clos depuis ce vendredi : le réalisme qui s’empare doucement des acteurs majeurs du secteur. Certes, la 3D était toujours au rendez-vous, notamment chez Panasonic et Sony. Ce dernier présentait, entre autres, quatre nouveaux téléviseurs en relief beaucoup plus fluides que précédemment, tous accompagnés de lunettes actives allégées. Mais face aux mauvais chiffres de la 3D en 2011, les exposants préféraient mettre en avant des résolutions d’image supérieures à l’actuelle Full HD.

En haut du panier, Sharp ressortait son Super Hi-Vision, un monstrueux prototype de téléviseur 8K4K déjà présenté à l’IFA de Berlin en septembre dernier. Si, dans nos salons, la meilleure résolution d’image actuellement disponible tourne à du 1920 x 1080 pixels, on nage ici dans la démesure avec une définition de 7680 x 4320 pixels. En pratique, le rendu de cet écran de 2 mètres de diagonale permet de percevoir le moindre détail de l’image lorsqu’on colle son nez à l’écran. Plus “raisonnables” avec leurs résolutions de 4096 x 2160 pixels, des prototypes de téléviseurs 4K défilaient également en masse, notamment chez Panasonic, Toshiba, Samsung et LG. Mention spéciale pour ce dernier qui présentait un modèle de 2 mètres de diagonale, soit le plus grand du monde à ce jour.

Surnommée Ultra Definition ou Quad HD selon les fantaisies marketing des constructeurs, cette résolution – que l’on ne verra pas arriver dans nos salons avant quelques années – condamne déjà à terme la Full HD et sa seule source d’images aujourd’hui abondante sur le marché : le disque Blu-ray. La question des contenus télévisuels se pose d’ailleurs, vu que nos chaînes francophones sont à peine passées à la simple HD.

Améliorant sans cesse la finesse de leurs images, les constructeurs amincissent également les écrans à tour de bras. Grâce au OLED (1), on passe ainsi à des téléviseurs ultrafins d’à peine quelques millimètres d’épaisseur. Quatre plus exactement chez LG qui présentait un modèle Super Oled de 1,4 mètre de diagonale. Au-delà de l’encombrement et du poids (7,5 kg) réduits, les performances fascinent, puisqu’on a droit ici à un contraste de 10 000 000 sur 1 et à un temps de réponse de 0,1 microseconde qui explosent sans peine les ténors du moment en magasins. Signe des temps, Sony tourne le dos à cette technologie, alors qu’il avait été le premier à commercialiser un téléviseur de ce type avec le XEL-1 (28 cm de diagonale).

Au-delà des performances techniques liées à leur qualité d’image et à leur encombrement, les téléviseurs se mutent logiquement en smart TV. L’idée est ici de proposer les mêmes fonctionnalités qu’un smartphone ou une tablette PC (surf, jeux vidéo…) et, par la même occasion, de reproduire l’énorme succès des Apps sur smartphones Android et iPhones. Un enjeu énorme, donc, que Google ne compte pas laisser passer, puisque la firme californienne présentait une version “2.0” de Google TV. Nouvel habillage et, surtout, nouveau cahier des charges. Le hardware demandé par Google tourne ainsi autour d’un processeur double cœur et d’un circuit graphique dédié, bref, des entrailles similaires à celles d’un smartphone. Conscients du potentiel de ce projet tournant sur base d’Android et même s’ils proposent déjà leurs propres smart TV (2), des ténors du secteur comme Sony (via un lecteur multimédia et un lecteur Blu-ray) mais aussi Samsung et LG (via des téléviseurs) ont donc présenté des premiers appareils compatibles à Las Vegas.

L’idée d’un téléviseur tournant sous un système d’exploitation comparable à Windows sur PC est à ce point alléchante que Canonical présentait un téléviseur prototype équipé d’Ubuntu TV. Ce système d’exploitation libre, dérivé de Linux, propose également une série de services habituels de la smart TV entre téléchargement d’Apps et vidéo à la demande. Plus singulier, Ubuntu One entend offrir un service de Cloud sur son téléviseur, pour, par exemple, continuer à regarder un film entamé sur tablette. Les frontières s’effacent à Las Vegas…

(1) Diode électroluminescente organique qui permet de créer des écrans sans rétro-éclairage amenant une épaisseur minimale. Cette technologie permet également d’obtenir une excellente profondeur des noirs et une consommation électrique réduite.
(2) Lors du dernier IFA de Berlin, LG, Loewe, Sharp et Philips établissaient une base commune d’applications en ligne.


Ph.: LG

Les commentaires sont fermés.