Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/01/2012

La voiture, smartphone du futur?

11_15_49_363242749_AMG_Performance_MediaOK.jpgAprès les smartphones et les tablettes, Android s’installe dans les voitures et tente de dupliquer le succès des Apps sur terminal mobile. Une approche intéressante mais délicate.

Analyse: Michi-Hiro Tamaï


NOS VOITURES SE transformeront-elles un jour en smartphone géant tournant sous Android ? Osée, l’idée est envisagée par quelques constructeurs automobiles parmi lesquels Saab et Mercedes. Des acteurs émergeant comme Tesla ou Roewe (qui équipe déjà sa 350 de l’InkaNet) jouent également cette carte. Les enjeux sont énormes puisqu’il s’agit, ici, de reproduire derrière le tableau de bord le succès des Apps, ces microapplications à télécharger directement sur smartphone ou tablette PC. Encore réservé à une élite, l’AMG Performance Media concrétise les premiers pas de ce pari sur l’avenir dans les SLS AMG Coupe et Roadster.

Principale application mise en avant par le constructeur allemand, un logiciel livrant des données télémétriques entre forces G et courbes d’accélération. Parfaite pour les amateurs de sports mécaniques et réservée au milieu professionnel, celle-ci se complète de cinq autres applis que l’on télécharge directement à bord de l’habitacle. Facebook, infos radars,… celles-ci restent pour le moment très classiques. On est donc loin des 200 000 applications (navigation, jeux vidéo, sports…) disponibles sur le magasin en ligne d’Android… et à des années-lumière des 500 000 Apps de l’iPhone.

Nous limitons pour l’instant cette initiative à un seul modèle de notre gamme, car nous voulons d’abord voir si les développeurs vont être nombreux à accrocher. En tout cas, libre à eux de télécharger nos outils de créations dès aujourd’hui. Comparé à Apple, notre processus d’approbation des Apps est inexistant”, note Johann Jungwirth, président et CEO du Research & Development de Mercedes, implanté en pleine Silicon Valley en Californie. Difficile toutefois d’aller plus vite pour Mercedes comme pour d’autres constructeurs.

Les cycles de développement de matériels et de logiciels automobiles traînent, en effet, la patte face aux gadgets high-tech “indépendants ”du type smartphones et GPS. Selon Stephan Wolfsried, vice-président électrique/électronique et châssis de Daimler AG, trois ans en moyenne pour un smartphone contre sept pour une voiture. Avantageant les GPS autonomes de type TomTom ou Garmin, cette disparité serait toutefois en train de s’atténuer.

Nous travaillons dur pour accélérer ces cycles de vie. La récente popularisation des iPhone et smartphones Android permet d’aller beaucoup plus vite”, note Johann Jungwirth. “Notre centre de recherche et développement, basé à Palo Alto dans le Silicon Valley en Californie, va prochainement s’étendre à Bangalore, en Inde, ces prochains mois, ce qui portera à 15 le nombre d’ingénieurs dans le monde travaillant à l’implantation d’Apps.” 

Dans les faits, au-delà de leurs nombreux débouchés touristiques, ces microprogrammes pourraient, par exemple, permettre de réserver sa place de cinéma dans un UGC, tout comme une table de restaurant. Téléchargement de musique en ligne, réseaux sociaux, météo…, la prochaine 9-3 de Saab parie également sur Android sur son terminal baptisé IQon. A condition, bien entendu, que le constructeur trouve un repreneur cette année. Plus en forme, Tesla équipera également sa prochaine Model S d’un terminal Android multifonction affichant un écran tactile de  43 cm de diagonale !

Séduisantes, ces initiatives open source risquent toutefois de se heurter aux solutions “maison” que nombre d’acteurs mettent déjà en place. Les versions automobiles de Facebook ou de Twitter atterrissent ainsi déjà sur les Connected Drive de BMW, Connected de Mini et Command Online de Mercedes. Le tout via des solutions intelligentes permettant, par exemple, de mettre à jour ses statuts via des messages préétablis interprétant nos données de navigation GPS (“Je vais à Anvers”). Les Connect MMI d’Audi et le Touch & Go de Toyota proposent, eux, quelques applis connectées utiles entre cartes satellites de Google et prix à la pompe, en direct du Web.

Hésitant encore à choisir une solution d’infotainment unique, l’industrie automobile envisage même de remplacer ses terminaux multimédias de première monte par des smartphones. Le consortium MirrorLink (ex-Terminal Mode) propose ainsi de dupliquer sur l’écran tactile de son tableau de bord l’ensemble des fonctionnalités de son smartphone Android. Alpine, HTC, LG Electronics, Nokia, Panasonic, Samsung ont déjà signé, tandis que Daimler, General Motors, Honda, Hyundai Motor Company, PSA, Toyota et Volkswagen comptent également parmi les géants du secteur automobile à miser sur cette solution. Intéressante à condition de ne pas perdre son téléphone…


Ph.: AMG

15:31 Publié dans Pixels | Lien permanent | Commentaires (0) | |

Les commentaires sont fermés.