Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/02/2012

DS5: l'intruse dans le monde du premium

La Libre, Momento, Routes, Citroën DS5Après la DS3 et la DS4, Citroën s’installe enfin sérieusement dans le haut de gamme.

Ch.H.


ON CONNAÎT LA DIFFICULTÉ CHRONIQUE que les marques françaises éprouvent à s’installer dans le haut de gamme, chasse gardée des allemandes. Renault avec sa Vel Satis, Peugeot avec sa 607, Citroën avec sa C6 n’ont connu que des échecs, malgré la quasi-obligation pour les élus et les patrons de l’Hexagone de rouler dans cette catégorie de voitures statutaires tricolores.

Le problème, c’est que si les petites et les moyennes autos constituent le core business de ces marques, ce ne sont pas elles qui rapportent de l’argent, surtout que, pression politique oblige, les marques françaises délocalisent moins que leurs concurrentes.

Il y a trois ans, Citroën a décidé de se lancer dans un défi à la fois courageux et osé : ressusciter le label DS pour s’attaquer au marché, lucratif mais difficile, des premium. Avec une réussite totale pour la DS3 qui a déjà écoulé 150 000 exemplaires, et une autre, quoiqu’un peu moins spectaculaire, pour la DS4, dont la différence est moins marquée avec la C4.

La DS5 boucle aujourd’hui la boucle, du moins momentanément, car il y aura, à coup sûr, un autre modèle badgé DS, sans doute en entrée de la gamme premium.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la DS5 n’est pas une version luxueuse de la C5. Sa base est celle de la C4 Picasso, avec des voies élargies, mais, au total, 25 centimètres de moins que la C5.

Ce crossover se veut inclassable, sinon… dans la catégorie des premium. Un peu berline, un peu SUV – elle est plus haute sur pattes que les berlines aux chevrons –, davantage break – mais ajoutez de chasse, c’est préférable pour un break de luxe –, la DS5 est une évidente réussite esthétique. La qualité des matériaux et la finition, son tableau de bord du style aviation contribuent à la ranger sans discussion possible dans la catégorie où elle veut être, celle des premium européens. Comme le comportement est, sans surprise, celui d’une réalisation du groupe PSA, il n’y a, à vrai dire, pas grand-chose à lui reprocher.

Est-ce à dire que son succès est assuré ? Rien n’est moins sûr, car il faut beaucoup de temps et de patience pour changer les mentalités européennes dans ce créneau, et la DS5 rompt totalement avec les codes traditionnels des premium. Mais Citroën table raisonnablement sur 40 000 exemplaires vendus en année pleine en Europe. Et puis, surtout, la marque aux chevrons lorgne la Chine. Ce n’est pas pour rien que la C5 a été présentée en première mondiale à Shanghai et qu’elle sera construite, simultanément, chez Peugeot à Sochaux, et à Shenghen, en Chine. Avec une perspective de ventes en Asie égale, dans un premier temps, à celle de l’Europe, puis, assez rapidement, beaucoup plus. C’est probablement ça, le bon plan…


Ph.: PSA

11:51 Publié dans Routes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, routes, citroën ds5 | |

Les commentaires sont fermés.