Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/02/2012

Paris, une ville à dévorer

La Libre, Momento, Papilles, Paris, adresses, gastronomie, restaurantsParis reste une capitale très gourmande, où, en dehors des grandes tables, les bistrots en tous genres permettent de se régaler à petits prix. Sans parler de la richesse de l’offre exotique (mexicains, japonais, coréens…) ou du développement des bars à cocktails. Quelques pistes pour un prochain week-end parisien.

Mise en bouche: Hubert Heyrendt & Laura Centrella


RESTAURANTS

Anahuacalli** : cantine mexicaine

En aztèque, “anahuacalli” signifie “maison près de la rivière”. En plein Saint-Germain, c’est donc un joli petit resto mexicain que l’on découvre. L’ambiance est simple et familiale, et l’on y déguste une cuisine mexicaine authentique : mole poblano (19,50 €), cochonita pibil (18 €), tacos de la merced (19,50 €)… Tout est excellent, frais et bien préparé. A commencer par les tortillas. Où l’on pourra également déguster une très bonne frozen margarita (11 €) ou un excellent sotol reposado, une sorte de mezcal élaboré avec une autre plante que l’agave (9 €). Depuis quelques mois, ils ont également ouvert, dans le Xe, une taqueria, “El guacamole”.
30, rue des Bernardins, 75005 Paris. M° Mutualité-Maubert. Fermé le midi, sauf le dimanche. Rens. : +33.1.43.26.10.20 ou www.anahuacalli.fr.


Benoit*** : bistrot étoilé

Repris par le groupe Ducasse il y a quelques années, le vénérable “Benoit” (fondé en 1912) est récompensé par une étoile au Michelin. Décor chargé mais authentique, service hyperprévenant, prix qui s’envolent assez rapidement… On sent qu’on est dans l’univers Ducasse. Mais aussi au niveau de la cuisine ! Des gougères au fromage au lucullus en entrée, en passant par la fricassée de volaille fermière aux écrevisses ou les profiteroles en dessert, on déguste ici une cuisine bourgeoise française exécutée dans les règles de l’art. Impressionnant !
20, rue Saint-Martin, 75004 Paris. M° Châtelet ou Hôtel de Ville. Ouvert tous les jours. Rens. : +33.1.42.72.25.76 ou www.benoit-paris.com.


Chardenoux* : bistrot à l’ancienne

C’est l’un des bistrots les plus authentiques de Paris, classé monument historique. A l’occasion de son centenaire, en 2008, l’adresse a été reprise par Cyril Lignac, le chef made in M6 (“Top Chef”). Celui-ci a gardé intacts la belle déco à l’ancienne (avec son magnifique zinc) et l’esprit bistrot de la cuisine. Si les produits sont de qualité (les viandes viennent de chez Desnoyer), les prix pratiqués sont un peu chers au vu de l’assiette, pas toujours des plus raffinées. Comme lorsque les épices d’une sauce saté cachent l’excellent cochon du Sud-Ouest. Dommage.
1, rue Jules Valles, 75011 Paris. M° Faidherbe ou Charonne. Ouvert tous les jours. Rens. : +33.1.42.71.49.52 ou www.restaurant-lechardenoux.com.


Le galopin*** : bistrot médiatique

Formé chez William Ledeuil à la “Kitchen Galerie” et gagnant de la première édition de “Top Chef”, le jeune Romain Tischenko a mis du temps avant d’ouvrir, il y a 3 mois et demi, son premier resto. Après des débuts visiblement difficiles, il a pris son rythme de croisière. Il s’affaire dans sa minuscule cuisine ouverte, tandis que son frère assure un service sans chichis, à l’image de la déco. Cette microadresse joue la carte de la bistronomie. Si certaines propositions manquent encore de perfection, d’autres sont à tomber (ah ! ces orecchiette à la mimolette et au jus de pata negra !). Et à 24 €, le lunch 3 serv., le rapport qualité-prix est imbattable !
34, rue Sainte-Marthe, 75010 Paris. M° Belleville. Fermé dimanche et lundi. Rens. : +33.1.42.06.05.03.


Les itinéraires*** : bistrot chic

En plein Saint-Germain-des-Prés, ce beau bistrot parisien à la déco élégante, entièrement revue, propose une cuisine raffinée qui se décline en divers menus (29-79 €). Le chef Sylvain Sendra y délivre des assiettes faussement classiques, où une touche d’originalité est chaque fois présente, comme dans ce beau morceau de cabillaud, servi avec une simple purée de pommes de terre en deux textures et une sauce à la vanille. Malgré quelques petits couacs dans les dressages, la qualité des produits, l’excellence des cuissons et l’efficacité du service font de ces “Itinéraires” une destination de choix.
5, rue de Pontoise, 75005 Paris. M° Maubert-Mutualité. Fermé samedi et dimanche. Rens. : +33.1.46 33 60 11 ou www.restaurantitineraires.com.


KGB*** : bistrot fusion

De William Ledeuil, on connaissait “Ze Kitchen Galerie”, table étoilée où il a fait découvrir son goût pour la fusion entre les saveurs asiatiques et le savoir-faire français. Le principe est identique au “KGB” (“Kitchen Galerie Bis”). Une seconde adresse plus bistrot, au service pro mais pas pédant, où l’on déguste en guise d’entrées d’excellents “Zors-d’œuvre”, petites mises en bouche hyperraffinées (4-5-6 pour 17-20-23 €). Avant de savourer des plats et des desserts qui, à chaque fois, réussissent le mariage entre cuisines orientale et occidentale. A l’image de ce génial agneau de lait rôti, condiment miso et sésame (29 €).
25, rue des Grands Augustins, 75006 Paris. M° St-Michel ou Odéon. Fermé dimanche et lundi. Rens. : +33.1.46.33.00.85 ou http://kitchengaleriebis.com.


Neva** : duo déséquilibré

Depuis six mois, “Neva” fait partie des nouvelles tables qui font bouger les gourmets parisiens (certains parlent même d’un resto “d’exception”). En cuisines, la Mexicaine Beatriz Gonzalez et le pâtissier Yannick Tranchant, formés dans de grandes maisons, proposent une cuisine gastronomique personnelle (menus 2 ou 3 serv. à 29,50 et 37 €). Mais si les desserts du second sont tout simplement époustouflants (dignes de grands restos étoilés), les plats de la première manquent un peu de finition pour emporter totalement l’adhésion…
2, rue de Berne, 75008 Paris. M° Liège ou Europe. Fermé samedi midi et dimanche. Rens. : +33.1.45.22.18.91.


Pharamond° : bistrot à touristes

Le cadre de ce vieux bistro, installé sur une jolie petite place près des Halles, vaut à lui seul le détour : la maison date de 1832, tandis que la déco actuelle a été créée pour l’Expo universelle de 1889, l’endroit étant le Pavillon de la Normandie. Malheureusement, ce bijou classé de la Belle Epoque accueille un bistrot sans âme, qui débite sans talent andouillettes (19,50 €), tripes à la mode de Caen (22,50 €)…
24, rue Grande Truanderie, 75001 Paris. Fermé dimanche et lundi. Rens. : +33.1.40.28.45.18 ou www.pharamond.fr.


Rino*** : Cantine bistronomique

Passé par les cuisines de Passard ou de Gagnaire, l’Italien Giovanni Passerini fait courir tous les foodies parisiens dans sa cantine bistronomique. Rien dans la déco (façon récup), tout dans l’assiette ! Le soir, les menus 4 (38 €) et 6 serv. (55 €), auxquels on pourra adjoindre une sélection de vins sans faute (26 €) qui, réalisée par une vraie sommelière, permettent de goûter aux délices créatifs du jeune chef : tortellini de potimarron, oursins, huile à la mandarine, oseille sauvage, rouget en soupe d’orge, glace au yaourt, figues et mûres… Simple, raffiné, pas cher. Que demander de plus ?
46, rue Trousseau, 75011 Paris. M° Ledru-Rollin. Ouvert vendredi, samedi et du mardi au jeudi soir. Rens. : www.rino-restaurant.com ou +33.1.48.06.95.85.

 

SNACKS

Blend** : hamburger gourmet

En France, l’un des rares “concurrents” d’Hugo Desnoyer (cf. ci-dessous) est le “boucher bohème” Yves-Marie Le Bourdonnec, installé à Asnières-sur-Seine. Marqué par son passage chez les bouchers new-yorkais (notamment pour l’excellent documentaire “Global Steak”), celui-ci a eu envie d’offrir à Paris un vrai hamburger. Mission accomplie au “Blend” : la viande est parfaite. Et les pains maison excellents. Menu à 15 € (burger, frite et soda). Si l’on apprécie la belle déco et l’ambiance hyper-parisienne, le service n’est, ceci dit, pas encore vraiment rodé après quelques semaines d’ouverture.
44, rue d’Argout, 75002 Paris. M° Bourse/Sentier/Les Halles/Etienne Marcel. Fermé dimanche. Rens. : +33.1.40.26.84.57 ou www.blendhamburger.com.


Bibimbap*** : snack coréen

Juste en face de l’hôpital de la Salpêtrière, ce petit snack coréen haut de gamme propose d’initier les Parisiens au bibimbap, un bol de riz aux parfums variés. Pour 13,80 €, on dévorera donc un bibimbap à l’échine de porc marinée au piment et à l’huile de sésame, une soupe (guk) glacée au concombre et quelques banchan (accompagnements) : cacahuètes, lotus, jets d’ail… A moins qu’on ne craque pour un copieux bulgogi (le fameux barbecue coréen), des tranches de bœuf à enrouler dans des feuilles de salade. Le tout à napper de ganjan (sauce soja) ou de gochujang (pâte de soja fermenté au piment), en sirotant une bière coréenne (4 €) ou un thé vert bio coréen (4,50 €). Tout est frais et savoureux. Un régal !
32, bd Hôpital, 75005 Paris. M° Saint-Marcel ou Gare d’Austerlitz. Ouvert tous les jours. Rens. : +33.1.43.31.27.42 ou www.bibimbap.fr.


Retro Bottega** : cave à manger italienne

A deux pas de chez “Rino”, son ancien sommelier a ouvert cette belle “cave à manger” où l’on boira quelques bons vins italiens (notamment un excellent fiano d’Avellino) en dégustant quelques taralli des Pouilles, des charcuteries (8-14 €), des fromages, des foccacie réalisées devant le client (10 €) et quelques plats du jour… Ambiance transalpine très sympa !
12, rue Saint-Bernard, 75012 Paris. M° Faidherbe ou Chaligny. Fermé dimanche midi. Rens. : +33.1.74.64.17.39.

 

BOUCHERIE

Hugo Desnoyer**** : boucher de stars

Si c’est le plus gros artisan de Paris, la boucherie d’Hugo Desnoyer (qui n’a qu’une seule boutique à Paris et une autre à… Bucarest) reste à dimension humaine. Et l’on y trouve absolument tout ce qui se fait de mieux en matière de viandes françaises (et pas forcément hors de prix) : veau de lait, cochon fermier, agneau de Lozère, bœuf du Limousin, Aubrac, Salers, Normandie, volailles du Patis et de Bresse. Rien d’étonnant qu’il fournisse Ducasse, Gagnaire, Passard, “Senderens”… Avant de remonter dans le Thalys, on n’oubliera pas de faire mettre son entrecôte sous vide pour le voyage !
45, rue Boulard, 75014 Paris. M° Denfert-Rochereau ou Mouton-Duvernet. Fermé lundi et dimanche. Rens. : +33.1.45.40.76.67 ou www.regalez-vous.com. Les viandes de Desnoyer sont également distribuées à Bruxelles chez “Rob” et “Art (y) Shock”.

 

BARS A COCKTAILS

Experimental Cocktail Club*** : bar comme à Manhattan

Ouvert en 2007, le premier bar à cocktails des jeunes Romée de Gorianoff, Olivier Bon et Pierre-Charles Cros, originaires de Montpellier, mais passés par Montréal et Manhattan, a lancé le renouveau du cocktail à Paris. Depuis, ils y possèdent déjà deux adresses (“Curio Parlor” et “Prescription Cocktail Bar”), une à Londres et même une à Manhattan. Ici, on déguste des créations ou des classiques (12 €) préparés avec soin par de vrais barmen dans une ambiance très new-yorkaise.
37, rue Saint-Sauveur, 75002 Paris. M° Sentier ou Etienne Marcel. Tous les soirs, sauf dimanche. Rens. : +33.1.45.08.88.09.


Candelaria*** : speakeasy mexicain

Il faut connaître pour dénicher ce bar ouvert il y a 8 mois. Il faut, en effet, traverser une minuscule taqueria mexicaine (très bons tacos à 5,50 €) pour ouvrir une porte anonyme. On découvre alors une sorte de cave, à l’éclairage tamisé, organisée autour d’un beau bar. Derrière, des barmen experts préparent des breuvages parfaitement dosés. Qu’il s’agisse d’un “Hoop-la !” (12 €) issu du fameux “Savoy Cocktail Book” de 1930 (cognac, americano Cocchi, curaçao orange et citron jaune) ou d’une “Guêpe verte” (11 €), cocktail mis au point par le barman new-yorkais Toby Cecchini (tequila infusée au piment, concombre, coriandre, agave et citron vert). Bar à cocktails + taqueria mexicaine, ou comment combiner avec talent deux chouettes tendances !
52, rue de Saintonge, 75003 Paris. M° Filles du Calvaire. Ouvert tous les soirs. Rens. : +33.1.42.74.41.28 www.candelariaparis.com.


Ph.: Ghislaine BRAS/rapho-gamma

Les commentaires sont fermés.