Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

18/02/2012

Carte postale en noir et blanc

La Libre, Momento, Dehors, jardin, noir et blancDes fleurs blanches, nous en connaissons tous. En revanche, le noir est une couleur peu associée au monde du jardin, si ce n’est en hiver lorsqu’il se transforme en une carte postale… en noir et blanc.

En mode bicolore: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


LES PEINTRES DE NOS RÉGIONS ont admirablement rendu ces paysages enneigés figés par le froid où les ramures hébergent quelques noires silhouettes. Il arrive parfois, au cœur de l’hiver, qu’un petit coin de nos jardins se prenne de la sorte pour une toile de maître et nous offre ce magnifique spectacle. L’essentiel est là. Lignes et formes avec toutes leurs forces. Le jardin révèle son architecture et sa structure. Seule la couleur semble absente. Ces moments sont un des plaisirs de cette saison.

C’est aussi pourquoi le jaune des bulbes printaniers nous enchante. Eclat radieux après la grisaille. Cette alternance d’ombre noire et de lumière vive, ainsi que les émotions qu’elle engendre, a été mise en scène avec virtuosité dans les jardins de la Renaissance italienne et flamande. Le passage de l’obscur au clair, de la fraîcheur à la chaleur, rythmait les créations de l’époque. Aujourd’hui encore, nous en jouons à notre façon. Feuillages panachés de blanc dans l’ombre noire. Floraisons blanches qui éclairent le crépuscule.

Si le blanc semble une évidence au jardin, il n’en va pas de même pour le noir. Les puristes vous diront d’ailleurs qu’il n’existe pas en ces lieux de vrai blanc ni de vrai noir. Les tons variant en fonction de leur voisinage et de l’éclairage. Aucune plante n’est entièrement d’une seule couleur. Feuillage, tige, pétale ou écorce apportent leur nuance. Les jardiniers ont pris l’habitude d’assimiler les tonalités les plus foncées au noir. Il faudrait davantage parler de pourpre foncé, de bordeaux, voire de chocolat. Bref, le noir n’est pas… noir. N’en déplaise à la chanson.

Une telle couleur s’emploie avec parcimonie. Une touche, pas davantage. Elle apporte un certain mystère et intrigue. Elle aime la lumière. L’ombre et la mi-ombre ne lui conviennent pas, le soleil écrasant non plus. Elle accompagne magnifiquement les tons pastel comme le rose et donne de la profondeur. Attention au contraste avec le blanc qui est difficile. Beaucoup associent les noirs des feuillages de certains végétaux aux jaunes et aux dorés pour des scènes détonnantes. D’autres poussent l’audace plus loin encore et marient le noir au rouge vif. L’effet est tout aussi étonnant.

Voici quelques exemples pour ceux d’entre nous qui se décideraient à faire des expériences plus “osées”. Un feuillage vient immédiatement à l’esprit, celui de l’Ophiopogon planiscapus ‘Nigrescens’, une vivace à rhizomes traçants qui forme des touffes denses et évasées. Son feuillage est persistant et assez coriace. Il produit des fleurs blanches, puis des baies noirâtres. Le Dahlia ‘Bishop of Llandaff’, au feuillage découpé d’un pourpre profond, fait, lui aussi, partie de ces végétaux noirs, même si sa floraison est d’un rouge éclatant. Le Sedum telephium ‘Purple Emperor’est une variété très foncée qui offre des contrastes de couleurs superbes. Il existe parmi les arbustes beaucoup de plantes dites ‘Purpurea’, tel le noisetier, mais aussi cotinus, berbéris et érables. Toujours avec de multiples nuances dans les teintes des feuilles. N’oublions pas, parmi les bulbes, la tulipe à fleur de pivoine ‘Black Hero’, ainsi que la ‘Black Parrot’ et la toujours célèbre ‘Queen of the Night’. Un Iris originaire d’Europe a, lui aussi, des fleurs très foncées parfumées, Iris chrisographes ‘Black Night’. Toutes ces plantes seront particulièrement en beauté dans la lumière du matin, un peu froide, qui renforce leur noirceur, ou celle du soir, plus chaleureuse, qui en magnifie les reflets.


En noir et blanc

Certains végétaux, chacun à sa manière, associent ces deux teintes. En voici quelques-uns. Le Magnolia stellata est parmi les premiers à ouvrir le bal des floraisons. Vous le placerez près de la maison pour profiter de son parfum. Les fleurs blanches aux pétales légèrement recourbés paraissent encore plus délicates en contraste avec les branches noires et dénudées.
Le Salix hastata ‘Wehrhahnii’ est lui aussi intéressant à ce titre. Ses tiges dressées acajou foncé en hiver font ressortir le blanc argenté des chatons.
La symphorine se fait remarquer par ses belles boules blanches accrochées comme des perles à ses tiges.
Au printemps, le Papaver orientalis ‘Perry’s White’, avec ses superbes fleurs blanches à cœur lie de vin et macules noires, est une merveille pour qui veut voir mariées ces deux couleurs.


Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.