Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

24/03/2012

Ancolies sans mélancolie

La Libre, Momento, Dehors, AncoliesIl en est des fleurs comme des chiffons : à chaque saison sa mode nouvelle. Une, toutefois, ne s’est jamais souciée de savoir si elle était au goût du jour, c’est la charmante ancolie.

Autour d'une fleur: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


INSTALLÉE DURABLEMENT dans le cœur de tous les jardiniers un peu poètes, elle est la fleur chérie des jardins de cottage ou de curé dont le seul critère est le plaisir. Rien de spectaculaire, ni de bling-bling, tout chez elle est grâce et délicatesse. Doux mélange de simplicité et d’élégance, elle illumine le printemps de ses couleurs variées.

L’Aquilegia ou ancolie se retrouve aussi sous le nom vernaculaire de colombine, de bonnet de grand-mère ou de cornette. Tous ces vocables font référence à la forme de la fleur. Comme c’est souvent le cas, nous voici face à une grande famille. Plus disparate qu’il n’y paraît au premier coup d’œil. Originaires des régions tempérées de l’hémisphère nord, on les rencontre à l’état sauvage, des Alpes, en passant par la Sibérie, jusqu’au Japon. Dans nos jardins et dans la nature, elles ont tendance à s’hybrider spontanément. Ce qui a produit un grand nombre de formes qui ont pu être sélectionnées. Plaisanterie qui ne simplifie pas la tâche des botanistes.

La plus commune chez nous et la première à être apprivoisée dans nos jardins est l’Aquilegia vulgaris. Qui, bien entendu, vous l’avez déjà compris, n’est en rien vulgaire, ni commune. Indisciplinée, elle se mélange à ses voisines et se ressème à foison. La plupart des jardiniers laissent tranquillement faire les choses et attendent. Parfois, l’heureuse surprise est au rendez-vous; parfois, le mélange s’uniformise et s’appauvrit. D’autres, pour avoir des résultats plus fiables, adoptent une attitude plus restrictive. Soit, ils isolent les plantes, soit ils se cantonnent à certains cultivars. Bref, chacun fera comme il l’entend. Autant être prévenu. Cela ne diminue en rien leur intérêt et leur charme. D’autant qu’elles surprennent par leur aptitude à se semer et à fleurir dans les coins les plus inattendus.

Les fleurs sont unies ou bicolores. Leurs formes sont variées suivant les espèces. A éperons ou sans, en pompon, en lanterne, en ruché serré ou à fleurs de clématites, appelées alors stellata. Ces plantes ont une qualité supplémentaire à laquelle il est rarement fait référence, celle de ne pas réclamer trop de place. Elles poussent sans rechigner entre les phlox, les asters ou les échinaceas. Quelquefois même au cœur de la touffe sans que cela ne les dérange d’aucune manière. Tous les jardins peuvent les accueillir, même les plus petits. Sur les balcons, elles pousseront dans un pot. Une fois qu’elles ont fleuri, on les oublie un peu. Elles se rappellent à notre souvenir dès le retour du printemps. La préférée de Gertrude Jekyll, jardinière anglaise, que ses magnifiques mixed-border ont rendue célèbre, était l’Aquilegia vulgaris ‘Nivea’. Le feuillage tout en rondeur est ravissant, vert, la plupart du temps, parfois panaché de jaune, bordé de crème ou bleuté selon les variétés. L’Aquilegia atrata, plante de notre flore, a des fleurs d’un violet si foncé qu’il semble noir, fait assez rare au jardin. Pourquoi ne pas lui donner sa chance ? La beauté des hybrides ne doit pas faire oublier les espèces types dites sauvages.

L’arrivée des espèces américaines, caractérisée par des éperons plus longs, agrandit encore les possibilités offertes aux jardiniers. Les nord-américaines ont également des tenues plus voyantes. Aquilegia canadensis fleurit en mai-juin en rouge et jaune et est à l’origine de nombreux hybrides. Aquilegia caerulea a une imposante descendance dont les hybrides ‘Mackana’ proposés en coloris mélangés, aux grandes fleurs avec de longs éperons. Ils ont été introduits en Angleterre en 1973 par Alan Bloom, un formidable passionné de plantes vivaces.


La Libre, Momento, Dehors, AncoliesEn résumé. Que choisir?
Pour un jardin plutôt naturel, pour leur robustesse et leur charme un peu surannés, piochez parmi les Aquilegia vulgaris ou parmi les canadensis plus colorées. Si vous appréciez les couleurs vives et les contrastes, vous apprécierez les hybrides ‘Mackana’. Les amateurs d’insolite se procureront l’Aquilegia viridiflora, en provenance de Sibérie. C’est une espèce précieuse parfumée, aussi nommée ancolie à fleurs chocolat, dont les pétales brun pourpre contrastent étonnamment avec les sépales verts et les étamines jaunes. Uniquement pour collectionneur. En parlant de jaune, impossible de ne pas mentionner deux américaines. Avec des fleurs jaune vif aux pétales citron arborant de très longs éperons, Aquilegia longissima est une rareté. Moins compliquée à trouver, Aquilegia chrysantha a, elle aussi, de longs éperons. Toutes ces variétés demandent à être cultivées avec soin et attention pour éviter les croisements intempestifs.


Ph.: MNC & MPV

13:30 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, ancolies | |

Les commentaires sont fermés.