Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/03/2012

Melbourne à l'heure belge

la libre,momento,escapade,australie,melbourneLe Belgian Beer Café Bluestone est sans conteste la brasserie la plus populaire de Melbourne, et peut être considéré “comme une ambassade officieuse de la culture de la bière belge”, affirment ses propriétaires.

Découverte: Slim Allagui


AVEC SA TIGNASSE BLONDE, ses yeux bleus et son allure de play-boy, Etienne Monseur attire les regards de deux jeunes filles discutant autour d’une bière. Attablé seul à un bar-restaurant de Melbourne, ce jeune Liégeois de 18 ans, arrivé en Australie en octobre pour une année sabbatique après le bac, a la tête ailleurs. Il cherche du travail “comme simple serveur, pour être au contact des gens”.
Fils d’un professeur à l’université de Liège et d’une mère chercheuse, Etienne a décidé de “vivre, comme des centaines de jeunes Belges, l’expérience australienne”, entamée l’automne dernier à Sidney, sans “quémander quoi que ce soit” à ses parents.

J’adore l’Australie. Le pays est vaste et magnifique, les paysages grandioses et les habitants sympas, chaleureux et décomplexés. On s’y sent en sécurité partout, si, toutefois, on n’approche pas trop des requins, serpents, crocodiles et autres araignées. Mais la Belgique me manque”, avoue-t-il.

Ce n’est pas par hasard qu’il est venu dans la brasserie belge la plus courue de Melbourne, deuxième ville au sud-est de ce pays immense, pour “respirer un peu de belgitude !”. “Tout ici respire l’atmosphère des bars traditionnels populaires belges. On y trouve tout ou presque : de la bière belge pour tous les goûts jusqu’aux moules-frites et aux gaufres, à des prix beaucoup plus élevés que chez nous, avec des bières à 10 dollars en moyenne. La seule chose qui fait défaut : la musique !”, constate-t-il.

En effet, dès qu’on pénètre dans l’immense salle, on se croirait transporté quelque part dans le Bruxelles de l’entre-deux-guerres, avec des clins d’œil aux années 60 : un décor de brasserie douillet, un brin nostalgique, avec miroirs décadents noir et or, éclairage doux des lustres, lambris en bois blanc, murs décorés de drapeaux et de portraits du roi Baudouin et de la reine Fabiola, de Tintin, de vers en français et néerlandais, et autres coupes de champions de cyclisme et de football. Sans oublier le long bar en zinc où les serveurs en tenue d’époque versent, sous le regard discret d’une statue de Manneken Pis, Leffe, Stella Artois, Hoegaarden et autres Belle-Vue à des clients qui se lèchent déjà les babines à la seule vue du beau col de mousse qui surplombe les verres.

Tout est authentique ici. Les tables, chaises, tabourets, lampes, tableaux et décors, jusqu’au moindre détail, ont été importés de Belgique. Même la peinture a été faite par des peintres belges”, explique le gérant et copropriétaire, Matt Hunt.

Matt Hunt n’est pas Belge, mais Australien d’origine néerlandaise, et son compagnon, George Christopoulos, est Grec. “N’empêche, nous pouvons nous considérer comme une ambassade officieuse de la culture de la bière belge”, explique-t-il fièrement. Le Belgian Beer Café Bluestone est sans conteste la brasserie la plus populaire de Melbourne avec “jusqu’à 2 500 visiteurs par jour”.

Dans la salle de spectacle attenante à la brasserie, sortie d’un décor de film des années 30, des conférences, séminaires et autres réceptions, réunissant le gotha de Melbourne, sont régulièrement organisés avec la participation d’invités sportifs célèbres comme Eddy Merckx. Une véritable institution que tout le monde connaît à Melbourne.

Dans un beau parc aux arbres centenaires, le Belgian Beer Café Bluestone a trouvé refuge dans un manoir historique du XIXe. Il a ouvert ses portes en 2002, en franchise, selon le concept introduit, depuis 1997, par le brasseur belge Interbrew (Inbev), essaimant dans le monde ses estaminets belges dans plus de 50 villes dans 39 pays, de Kiev à Auckland.

Le but est de faire connaître la bière belge, l’atmosphère d’antan des brasseries belges, d’offrir un dépaysement aux clients, et je pense que c’est réussi, car les gens aiment ce lieu unique et y reviennent”, se flatte M. Christopoulos qui possède également un Belgian Beer Café au centre-ville, au bas d’une tour de 88 étages et de 300 mètres de haut, Eureka, tout aussi populaire.

Dans une atmosphère champêtre, étudiants, cadres, retraités, mères avec enfants et touristes se côtoient gaiement autour de longues tables dans “une ambiance conviviale. On se croirait au club Med !”, constate Marie, une serveuse française de 23 ans.

"Ici, on vient boire, manger, danser et faire la fête. C’est un coin de Belgique que je retrouve”, lance “la seule Belge du resto avec un grand S”, Nina Cuelenaere, 23 ans, avec, sur les bras, un plateau contenant un pot de moules et ses frites, "presque aussi bonnes que chez nous”. Diplômée sage-femme de Bruges, Nina décide, elle aussi, de tenter l’aventure du pays “Down Under”. Et elle ne regrette pas son choix de faire une “pause, loin du pays”. De Perth à Darwin, Canberra et Melbourne, elle a “rencontré des gens ‘relax’, chaleureux, gentils et ouverts”, et traversé “des paysages sublimes”. “Je me sens revivre ici. Je peux enfin vivre ma vie comme je l’entends, et j’arrive toujours à trouver du travail et à vivre correctement tout en découvrant du pays”, assure-t-elle. “Je me sens bien dans ma peau, dans cette ville cosmopolite, colorée et au climat agréable, que vouloir de plus !” 

Melbourne, avec ses 4 millions d’habitants, est la ville la plus internationale du continent australien, capitale d’un Etat, Victoria, qui a vu débarquer, au milieu du XIXe siècle, nombre de chercheurs d’or belges attirés par les champs aurifères de la région. D’autres pionniers européens sont devenus de grands propriétaires terriens et éleveurs de moutons, comme le Belge Horatio Ellerman qui a baptisé, en 1847, une bourgade Antwerp, au nord-ouest de Melbourne, d’après le nom de sa ville natale.

Melbourne a aussi attiré un brasseur célèbre, Auguste de Bavay, de Vilvorde, qui a créé, en 1889, la “Melbourne No.1”, la première véritable bière australienne, et plaçant la “ville merveilleuse”, comme on l’appelle, à la pointe de la technologie de brassage. Plus de 120 ans après, la bière demeure le breuvage le plus populaire des Australiens, et les marques belges, régulièrement couronnées, confortant le succès des Belgian Beer Café, la meilleure vitrine de la Belgique en Australie, selon ses aficionados.


la libre,momento,escapade,australie,melbournePhillip Island, l'île des koalas

A 150 km au sud de Melbourne, Phillip Island est l’un des grands sites touristiques d’Australie, attirant 3,5 millions de visiteurs par an pour voir de près les koalas, les manchots pygmées et les lions de mer.

Cette île de 26 km de long sur 9 km de large est la destination idyllique des amoureux de la nature et des animaux et oiseaux marins, mais aussi des fans des deux-roues – elle abrite un circuit mondial pour le Grand Prix motos GP.

On y vient surtout pour voir le koala, animal emblématique d’Australie, unique espèce au monde qu’on trouve uniquement à l’est de ce continent. Ce petit marsupial, qui dort 19 heures sur 24 dans les eucalyptus, dont il vit, est menacé de disparition selon des scientifiques australiens.

Très recherché au début du XXe pour sa fourrure, sa population de plusieurs millions a atteint un niveau alarmant d’environ 100 000 individus, diminuant de 80 % au cours des 10-15 dernières années sous l’effet de la déforestation liée aux développements de l’industrie, de l’agriculture et de l’extension des zones urbaines. Il souffre également de maladies comme la “chlamydia” qui peut entraîner la stérilité des femelles ou occasionner une infection oculaire, le rendant vulnérable aux attaques de chiens.


Ph.: Slim Allagui

Les commentaires sont fermés.