Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/03/2012

La Twingo retrouve une "bonne bouille"

La Libre, Momento, Routes, Renault, TwingoL’entrée de gamme de Renault se devait de retrouver une personnalité.

Ch.H.


PAS FACILE DE SUCCÉDER à une icône et Dieu sait si la première Twingo fut une véritable icône. La preuve ? Cette première génération de l’entrée de gamme de Renault a connu une durée de vie exceptionnellement longue : quatorze ans, alors que, généralement, un modèle dure de sept à huit ans avec un facelift à mi-parcours.

Cette Twingo I, née en 1993, a été remplacée par la Twingo II en mai 2007. Ses concepteurs avaient alors expliqué que, pour toucher davantage de cibles, un public plus large, ils avaient adopté un style plus passe-partout, donc plus terne. Trop sans doute car cette deuxième génération n’a jamais pu faire oublier la première, malgré 650 000 véhicules vendus et sa présence au “Top 3” européen avec 11 % de parts de marché.

Contrairement au mythe auquel elle succédait, elle se fondait dans la masse, mais son manque de personnalité se doublait, aussi, d’une concurrence de plus en plus féroce dans le segment A où une vingtaine de modèles rivalisent désormais. De la part des Asiatiques, surtout, mais pas seulement et, maintenant, avec le trio Up-Mii-Citigo.

Renault n’est pas reparti d’une feuille blanche, loin s’en faut. Il s’agit clairement d’un lifting, donc d’une Twingo II bis, et pas d’une Twingo III.

C’est ainsi que, mécaniquement, pratiquement rien ne change. Et ce n’est pas plus mal. On a donc droit aux mêmes moteurs et au même châssis. Il y a donc, toujours, deux moteurs Diesel 1.5 DCi de 75 et 85 chevaux, et deux essence 1.2 de 75 et 100 chevaux. Mais, c’est devenu une obligation de marketing, un effort a encore été produit sur la consommation et donc la pollution. C’est ainsi, par exemple, que le Diesel qui, à la naissance de la deuxième génération en 2007, affichait 113 g de CO2/km et 90 en 2011 pour le 1.5 CDI, est aujourd’hui revenu à 85 g, soit un gain de 23 % et, pour l’essence, les rejets de 135 g en 2007 sont passés à 104 en 2011 et 102 aujourd’hui, soit un gain de 22 %.

Avec une consommation de 3,2 litres pour le Diesel et 4,4 pour l’essence, la Twingo reste un maître achat en ce domaine.

L’évolution esthétique est cependant la plus importante. La face avant inaugure la griffe que le designer Laurens Van Den Acker donnera, désormais, à tous les modèles de la marque au losange.

Pas de doute, la bouille de la nouvelle Twingo est plus sympathique, et le côté fun voulu par ses concepteurs se retrouve aussi dans de nouveaux coloris qui en jettent comme le fuchsia ou le bleu Bermudes.

L’acheteur a aussi le choix entre… 24 jantes et enjoliveurs, et l’intérieur offre quelques modifications qui, comme les couleurs, constituent un clin d’œil à la première version.

Pour le reste, rien n’a changé et c’est tant mieux : l’habitabilité, la modularité et le coffre, les grands atouts traditionnels de la Twingo, sont restés les mêmes, tout comme le comportement. Pourtant, le châssis ne date pas d’hier car c’est celui de la Clio 2.


Ph.: Renault

12:01 Publié dans Routes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, routes, renault, twingo | |

Les commentaires sont fermés.