Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/03/2012

Sortir du carcan

La Libre, Momento, Autoportrait, Benjamin SparkBenjamin Spark est un artiste “Street Pop” franco-belge. Il a suivi une formation en dessin à l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris, avant de s’installer en Belgique.


BENJAMIN SPARK EN 6 DATES

1969 : naissance à Paris.

1995 : lancement avec mon meilleur ami d’une société de création de sites Web à Paris. On était une poignée en France à croire à l’Internet à cette époque. Quand on démarchait les entreprises, elles pensaient qu’on voulait leur vendre des sites pornographiques… Personne ne pouvait alors prévoir la révolution du réseau Internet !

1997 : mon entrée en franc-maçonnerie avec une cérémonie d’initiation qui m’a marqué à vie.

2007 : arrivée et installation à Bruxelles, vite devenue ma ville de cœur.

2008 : rencontre avec mon galeriste, Yann Bertheas, un homme qui a cru en moi, qui a été à la base de ma carrière. Une rencontre importante…

2012 : rencontre avec Nathalie Didden, une femme créative, pleine d’énergie et d’enthousiasme. Elle a tout de suite compris l’essence même de mon travail et m’a donné la chance de créer une collection exclusive de tapis sur base de certaines de mes œuvres. Une occasion unique de décliner mon travail sous un autre angle.

 

UN EVENEMENT DE MA VIE

En 2001, une dépression a tout remis en cause. Le sentiment très fort de m’être trompé de voie ou plutôt d’être arrivé au bout d’un chemin.
J’ai donc arrêté tout ce que je faisais dans le monde de l’entreprise, j’ai cherché une autre voie. Un ami très proche m’emmenait presque chaque jour à Drouot, il y achetait des montres aux enchères. J’ai été fasciné par les ventes de tableaux, et c’est dans cette ambiance survoltée, que l’art s’est ouvert à moi et m’a embrassé pour toujours. Je me suis mis à dessiner comme un forcené, puis à peindre sur papier, puis sur toile , et, progressivement, à trouver mon style…
J’avais oublié que je m’étais toujours senti artiste sans jamais oser l’assumer. Je suis sorti du carcan et, aujourd’hui, l’art remplit ma vie, c’est un vrai travail.

 

UNE PHRASE

“Dans la vie, visez toujours la lune. Même si vous ratez, vous finirez dans les étoiles.”
Auteur inconnu

 

TROIS SYMBOLES

Triangle
Cette figure géométrique évoque tout de suite pour moi les pyramides d’Egypte. Je suis fasciné depuis toujours par cette grande civilisation qui a su mêler spiritualité et politique pendant près de quatre mille ans. C’est aussi un symbole de trinité qui évoque, selon moi, la fameuse formule : 1 + 1 = 3. Quand on additionne deux éléments complémentaires, on obtient bien davantage que la somme des deux.

Soleil
Quel symbole universel que celui-là ! Il donne la lumière, il est la renaissance perpétuelle ou tout simplement un dieu pour la plupart des peuples. D’autres le voient aussi comme un élément masculin et la Lune comme son complément féminin. Même Charles Trenet en a fait une belle chanson très poétique : “Le Soleil a rendez-vous avec la Lune”.

Yin-yang
C’est le symbole que l’on voit partout et qui illustre l’influence de la spiritualité orientale, ici, en Occident. Le yin symbolise la féminité, le Nord, le froid, l’ombre, la terre, la passivité et l’humidité. Le yang symbolise la virilité, l’activité, la sécheresse et l’empereur. Ces deux symboles forment une unité et sont mutuellement dépendants l’un de l’autre. A méditer…

 

TROIS PERSONNAGES HISTORIQUES

Jésus
Peu importe qui Il est, ce qu’Il est ou même s’Il a existé, son message principal est de considérer que tous les Hommes sont égaux, entre eux, d’une part, et devant Dieu, d’autre part. Ce message est une révolution, il traverse les temps et les cultures, et reste apparemment encore et toujours très difficile à appliquer !

Baudouin Ier
Il est pour moi un homme avant d’être un roi. Il n’hésitait pas à faire passer ses valeurs et ses convictions avant les devoirs de sa fonction. Il représente, selon moi, tout le défi de la Belgique de concilier les valeurs traditionnelles et aristocratiques avec la modernité et l’évolution très rapide de la société. Il s’est fortement impliqué dans l’égalité sociale et le respect des cultures. Son décès, en 1993, a d’ailleurs été un véritable choc qui a marqué profondément le peuple belge.

Simone Veil
Une femme au destin exceptionnel et une carrière politique noble et courageuse au service de son pays. Sortie du camp d’Auschwitz, elle a toujours défendu le grand courage des nombreux Français qui ont sauvé beaucoup de juifs des griffes du nazisme. En tant que ministre de la Santé, elle a fait passer, entre autres, la fameuse loi pour la dépénalisation de l’avortement, alors que la France n’en voulait pas, ainsi que la plupart des députés. Je garde en mémoire cette image de Simone Veil effondrée et pleurant à l’Assemblée nationale après le vote de la loi, très éprouvée par cette rude bataille législative et humaine.

 

TROIS ARTISTES CONTEMPORAINS

Jean-Luc Moerman
C’est lors de la visite de la collection Vanhaerents à Bruxelles que j’ai été frappé par la photo de Marilyn Monroe sur laquelle il a dessiné des motifs à mi-chemin entre la calligraphie et le tatouage. Pour moi, il a inventé un langage artistique universel qui relie l’art ancestral avec l’esthétique contemporaine : du grand art !

Christopher Coppers
Il faut voir Christopher travailler dans son atelier; le geste est précis et méticuleux. Il découpe les magazines avec envie pour donner une impression de tourbillon des images que les médias nous balancent à la figure. C’est le genre d’artiste qui travaille avec la noblesse des artisans, il perpétue une gestuelle ordonnée qui laisse transparaître ses obsessions et ses angoisses face au désordre de notre monde actuel.

Wim Delvoye
J’ai découvert Delvoye il y a dix ans avec “ses machines à caca” et, depuis ce jour, je ne cesse de m’interroger sur son art. Ce type est un bourreau de travail, il sait tout faire. C’est avoir du génie que de pouvoir détruire des valeurs telles que le corps humain, le football ou la religion avec tant de finesse et d’humour.

 

UNE DATE

1983
En 1983, j’ai été marqué par une image à la télévision : le pape Jean-Paul II face à l’homme qui avait tenté de l’assassiner, tête contre tête en prière dans la cellule de ce dernier. Le Pape lui offre son pardon. Cela m’a bouleversé ! Quel message, quelle sagesse… Alors que, pourtant, mon sentiment premier aurait été de crier vengeance. Une belle leçon d’humilité et de générosité. J’ai eu envie d’être un peu ça…


Ph.: Alexis Haulot

Les commentaires sont fermés.