Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/04/2012

Le Télévie a ses raisons

La Libre, Momento, Derrière l'écran, TélévieDepuis la création, il y a 23 ans, de cette vaste opération de solidarité, le taux de guérison des leucémies est passé d’environ 60 % à plus de 90 %. Mais pour les petits – et les grands – qui décèdent encore de cette terrible maladie, il faut continuer à faire un maximum de dons afin de soutenir les chercheurs/trouveurs.

Mise en contexte: Laurence Dardenne


MAIS AU FOND, À QUOI SERT LE TELEVIE ? Est-il vraiment encore bien nécessaire de faire des dons ? Et d’ailleurs, que fait-on de cet argent ? Des questions sans doute légitimes auxquelles il n’est peut-être pas si saugrenu d’apporter des réponses.
 
Chaque année, en Belgique, un diagnostic de cancer est posé pour quelque 300 enfants de moins de 15 ans, dont un tiers de leucémies, les cellules souches de la moelle épinière fabriquant des globules blancs anormaux. Lesquels se multiplient de façon anarchique au point d’être supérieurs en nombre aux globules blancs normaux et aux globules rouges, empêchant ceux-ci de jouer leur rôle. Adapté à chaque enfant, le traitement de la leucémie, dont la cause demeure inconnue, consiste en l’administration de médicaments visant à freiner la prolifération des cellules cancéreuses ainsi qu’en une chimiothérapie. Une greffe de cellules peut s’avérer également nécessaire, pour une minorité de cas.
 
Alors que, dans les années 70, seuls 30 % des enfants guérissaient, pour certains types de leucémies, on atteint aujourd’hui 92 % de guérison dans certains cas. L’opération Télévie est pour beaucoup dans cette heureuse évolution, même si Arsène Burny, président de la Commission Télévie FNRS, ne manquera pas de souligner, comme il le fait chaque année, que 8 % d’enfants qui décèdent de la maladie, c’est toujours trop. C’est donc pour eux que, oui, il faut continuer à se mobiliser et à faire des dons.
 
En 24 années d’existence, 116 millions d’euros ont été récoltés dans le cadre de cette vaste opération de solidarité, afin de financer les recherches de quelque 1 500 chercheurs. Des trouveurs, en l’occurrence, qui ont permis de mettre au point des traitements de plus en plus efficaces. “Trouver, c’est la meilleure façon que j’ai de remercier l’ensemble des volontaires qui font grimper chaque année le compteur du Télévie”, explique Basile Stamatopoulos, biologiste moléculaire chargé de recherches FNRS, travaillant depuis 7 ans, plus particulièrement sur la leucémie lymphoïde chronique. “Je pense que de plus en plus de gens se rendent compte que cela n’arrive pas qu’aux autres, ce qui explique l’engouement grandissant pour le Télévie. […] Les gens ne se rendent pas toujours compte combien la recherche coûte cher : les appareils utilisant les technologies de pointe et les différents matériaux sont en effet horriblement coûteux.” Donc oui, les dons restent plus que jamais nécessaires.
 
A quoi les sommes versées servent-elles, plus précisément ? A la recherche tant fondamentale que pré-clinique et clinique. Le Télévie a permis le financement de plus de 1 500 programmes.
 
L’opération a également permis la création d’une banque de sang de cordon, où sont stockés plus de 1 500 prélèvements, ce qui en fait l’une des plus importantes banques de sang de cordon au monde et qui a déjà permis de guérir de nombreux patients, en Belgique bien sûr, mais aussi à l’étranger. Le sang de cordon est en effet riche en cellules souches hématopoïétiques, qui permettent de réaliser des greffes chez les patients atteints de leucémies ou d’autres maladies hématologiques.
 
Autre réalisation rendue possible grâce au Télévie, la création d’un registre belge des donneurs, dans lequel sont répertoriés les groupes HLA (antigènes des leucocytes humains) des personnes disposées à donner leurs cellules souches à un patient. Ce fichier compte à l’heure actuelle pas moins de 50 000 donneurs volontaires.
 
Le Télévie a aussi permis l’engagement de psychologues pour aider les patients à mieux supporter les conséquences de leurs traitements.
 
Enfin, la générosité du public a permis d’améliorer le suivi et le traitement des patients, grâce au financement de nouvelles techniques, comme la biologie moléculaire permettant un suivi de la maladie et la recherche de signes de récidive, ou les micro-arrays utiles pour affiner le diagnostic des patients.
 
Que de bonnes raisons de faire un don !
 
 
Ph.: Fred Guerdin/RTL-TVI

Les commentaires sont fermés.