Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/04/2012

Twizy, le comble de l’originalité

La Libre, Momento, Routes, Renault TwizyLa quatrième production électrique de Renault est surtout une alternative au scooter.

Ch.H.


LA PREMIÈRE QUESTION qui vient à l’esprit : keseksa ? Une auto ? Sans doute, mais pas tout à fait. Le Twizy est rangé dans la catégorie des quadricycles, à mi-chemin entre la voiture et le scooter. Mais, du moins dans sa version 80, on peut (presque) le considérer comme une voiture, puisqu’il faut un permis de conduire B, qu’il est immatriculé et qu’en Belgique (ce qui n’est pas le cas en France), il peut emprunter les autoroutes et les voies rapides, ce qui n’est cependant pas à conseiller. Ceci pour la version qui nous intéresse, car il en existe une autre, que l’on peut conduire dès 16 ans, sans permis, mais qui ne développe que 5 chevaux et ne dépasse pas le 40 à l’heure.
 
Le Twizy 80 vient s’installer en quatrième position, au bas de l’échelle dans la collection des véhicules électriques de Renault. Il a le mérite d’une originalité exceptionnelle, sans aucune concurrence, et une bouille qui attire la sympathie de tout le monde. Jamais, lors d’un essai, même parmi les voitures les plus huppées, nous n’avons connu un tel intérêt des automobilistes. Le Twizy devrait faire un malheur dans les stations branchées.
 
Cela dit, cet engin a aussi, bien sûr, les défauts de ses qualités. Son usage est réservé à une catégorie particulière de voyageurs.
 
 
Commençons donc par les inconvénients.
 
Il n’a que deux places, dont une qui nécessite quelques contorsions, mais bon, ce n’est pas grave. Les scooters n’en ont pas davantage et plusieurs vraies voitures sont de strictes biplaces.
 
Plus gênant dans nos contrées, il n’y a pas de vitres et les portes (papillon) sont en option. Ce qui explique l’absence de vitres qui seraient peu compatibles avec un habitacle aussi restreint et l’absence de climatisation.
 
Les rangements sont réduits à leur plus simple expression. S’il y a un passager, il faut se contenter d’un rangement de 31 litres derrière le siège arrière et de deux boîtes à gants de 8 litres. Mais tous ces petits inconvénients n’en sont évidemment pas par rapport aux scooters, à deux ou trois roues, qui sont, dans les faits, les vrais rivaux du Twizy.
 
En revanche, l’autonomie, officiellement de 100 kilomètres, mais, dans les faits, plutôt de 80, est son vrai handicap.
 
 
Les qualités, quant à elles, sont indéniables et font la différence.
 
Outre un look hors du commun, qui en fait une véritable originalité, ses performances sont remarquables, du moins si on le considère comme un véhicule quasi strictement urbain. Sa facilité de conduite et de parking dépasse celle de la Smart, maîtresse du genre. Et avec une sécurité nettement supérieure à celle des motos.
 
Quant au prix, il peut sembler élevé si on considère qu’il approche celui de la Twingo, mais il est moins cher que les très dangereuses voiturettes sans permis, et, surtout, il se révèle quasi nul à l’usage.
 
Bref, c’est un achat qui fait sens si on le considère comme une alternative intéressante aux deux ou trois roues, à usage très majoritairement urbain. Mais non, ce n’est pas vraiment une voiture…


Ph.: Renault

17:55 Publié dans Routes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, routes, renault twizy | |

Les commentaires sont fermés.