Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/04/2012

Un métier formidable

La Libre, Momento, Autoportrait, Nathalie Didden, Didden & CoNathalie Didden est, avec son père Léon Didden, le créateur de la marque, à la tête de Didden & Co, une maison belge fabriquant des tapis.


NATHALIE DIDDEN EN 6 DATES

2 juin 1967 : ma naissance.

1er juin 1994 : mon père, Léon Didden, décide d’ouvrir un magasin rue Blaes (je lui suggère de l’appeler Didden & Co). Il est marchand de tapis depuis 1963 et a décidé d’ouvrir une deuxième boutique, et me “lâche” du jour au lendemain dans cet univers, ô combien technique et compliqué ! J’ai découvert un métier formidable, l’aventure valait le détour. Merci, papa ! J’apprends des choses tous les jours, et les relations avec nos clients sont assez exceptionnelles, nous pénétrons dans leur intimité, lions des relations particulières avec eux.

17 novembre 1985 : “re”rencontre avec mon futur mari, Christophe. En effet, nous nous connaissions depuis le lycée, et nous nous détestions cordialement ! Bon, ça va faire 27 ans que ça dure et, à la réaction plutôt étonnée à cette annonce lors d’un dîner en ville, je me dis que ça n’a pas l’air très courant…

28 mai 1996 : naissance de Claire, notre fille, belle brunette, qui a l’humour particulier de son père. Ma princesse !

16 juin 2001 : naissance de Louise, notre deuxième fille, aussi blonde que sa sœur est brune. Mon rayon de soleil !

Mars 2012 : une belle rencontre. Lancement de notre collection “Benjamin Spark for Didden & Co”. Après Munana Gatera, nous recollaborons avec un artiste, et quel artiste ! Fruit d’une rencontre amicale (nous avons une délicieuse personne qui nous est chère en commun). Nous avons relevé le défi un peu fou de réaliser les toiles de Benjamin Spark en tapis de collection, et c’est terriblement beau, gai et sexy ! Du “Walk on art” sur mesure exceptionnel !


UN EVENEMENT DE MA VIE

Juillet 2001: notre Louise (1 mois et demi) est hospitalisée pour une septicémie, et durant une semaine, nous ne savons pas si elle survivra. Une des pires semaines de ma vie.
Louise s’en sortira, et je pense souvent que si elle est si pétillante, c’est parce qu’elle est heureuse d’être là. Quelque temps plus tard, le petit garçon d’un ami cher souffre de la même maladie et décède… Difficulté pour moi d’en parler, tant ces deux événements m’ont secouée.
Nous avons eu de la chance, et ce drame me l’a fait réaliser un peu plus. Et multiplier par 1 000 l’amour profond porté à mes enfants (c’est possible ?), ainsi qu’une profonde empathie pour ceux qui souffrent.


UNE PHRASE

"Tomber sept fois, se relever huit."
Philippe Labro
Le titre d’un livre qui racontait la lente dépression de ce patron de presse. Et cela m’a toujours intéressée, j’y pense souvent. En effet, cette phrase résonne en moi comme un leitmotiv et me rappelle que la vie n’est pas toujours une ligne droite, mais qu’on peut toujours s’en sortir. Je crois intimement que si on veut, on peut, et qu’on est le seul à pouvoir s’aider. L’être humain est étonnant, il a presque neuf vies comme les chats, et il a une capacité étonnante à défier l’adversité, l’Histoire de l’humanité en est une preuve vivante.


TROIS CHANSONS

“Mes amis, mes amours, mes emmerdes”, de Charles Aznavour
Alors là, le texte, la voix, cette chanson cynique et réaliste ont le don de me mettre de bonne humeur. La voix est sublime, le texte est à tomber. Les jours où tout va de travers, les embouteillages sont presque un plaisir avec Charles.

“Show must go on”, de Queen
Tragique et optimiste, tout ce que j’aime. J’adorais Freddy Mercury, cette chanson me fend le cœur, pour lui, pour l’émotion qu’elle suscite. La lutte contre le sida, l’excentricité, la fête et les souvenirs douloureux qu’elle peut me rappeler.

“Via con me”, de Paolo Conte
La musique est essentielle pour moi, tout autant que le silence, d’ailleurs. Alors, quand j’écoute Paolo Conte, je vois les vacances, le gentil bazar qui y règne, les enfants qui courent partout, la douceur de vivre… Excellent médicament, cette chanson devrait être prescrite à ceux qui ne vont pas bien.


TROIS LIVRES

“Mange, prie, aime”, d’Elisabeth Gilbert
La quête initiatique d’une New-Yorkaise à travers l’Italie, l’Inde et Bali, trois pays chers à mon cœur. Les endroits, le cheminement de l’héroïne m’ont plu, l’humour désabusé aussi, bref, ça me parle. Manger… ah ! je mange trop, je dois maigrir. Horrible, parce que j’adore manger : cuisine italienne, japonaise, le chocolat, que de tentations ! Prier, je ne prie pas, mais je réfléchis, une sorte de prière peut-être ? Aimer, bien sûr, c’est bateau, mais que faire sans amour ? Le titre dit tout et me plaît infiniment, parce que nous nous posons tous cette question-là, à un moment de notre vie. Le “lâcher prise” n’est guère aisé et je cherche toujours la clé pour y parvenir.

“La femme qui inventa la beauté”, de Michèle Fitoussi
La bio d’Helena Rubinstein. L’histoire vraie de cette petite femme qui quitte sa Pologne natale pour l’Australie, à un siècle où les femmes n’ont aucune liberté, m’a épatée. Personnalité forte et peu commode, tout ce que j’aime. Elle a inventé le concept même de l’institut de beauté &Spa. Un personnage attachant et intrigant; une femme chef d’entreprise à cette époque, c’est fou ! J’avoue, j’aime les fortes personnalités, l’échange est tellement riche ! De par mon métier, j’ai la chance d’en rencontrer beaucoup.

“Les Hauts de Hurlevent”, d’Emily Brontë
Grand classique. Fait de colère et de passion, roman anglais du XIXe siècle, ce romantisme n’a plus vraiment cours ! Flamboyant, ce roman m’a fait rêver petite, et la non-capacité de ces êtres au bonheur m’intriguait.


TROIS LIEUX

Katmandou
Pas pour le trip baba cool post-Beatles, pas pour la ville qui est plutôt sale, mais pour les Népalais et les Tibétains exilés, êtres exquis, doux et raffinés, qui la peuplent. Haut lieu de pèlerinage, je peux passer des heures sur le stupa qui se situe au centre. Les yeux de Bouddha vous contemplent, et on y regarde passer (toujours dans le même sens) ceux qui prient. Une grande paix envahit ceux qui ont le bonheur d’y être. On y est envoûté par le calme, la sérénité, les couleurs des prières accrochées qui flottent au vent. C’est très poétique. Mais c’est aussi l’endroit où nous fabriquons de merveilleux tapis noués. Les tapis noués, au Népal par les Tibétains, sont plus beaux qu’ailleurs, parce que ceux qui les fabriquent ont la conviction que leur vie présente doit être exemplaire, et ça se ressent dans leur travail qui est probablement l’un des plus beaux et parfaits au monde. Nous travaillons actuellement sur une collection de tapis en soie, qui sortira des ateliers en avril : “LA VITA E BELLA”, tout est dit…

“Limpopo”, réserve naturelle en Afrique du Sud
Après Bruxelles, Londres, Johannesbourg, il faut encore 3 heures de route, et on arrive au paradis. L’un des plus beaux voyages que j’ai faits. La découverte de la faune sauvage en famille a été un moment magique, c’était la période des naissances, merveilleux ! Notre guide “Pumba”, puits de science hilarant, petit Afrikaner rond et jovial aux yeux bleus, a fortement marqué ma fille Louise qui est, depuis, devenue fervente écolo ! L’impression de vivre “Daktari” (les vieux connaissent !) en live, c’était épatant.

Marrakech
La douce, mon havre de paix. Dès que j’y arrive, je m’y sens mieux. L’hospitalité, la cuisine, les jardins de la palmeraie, les parfums de la médina, le muezzin, la fête entre amis. On y respecte les anciens, les enfants sont rois, la lumière y est différente, orangée… Tout le monde revient plus beau de Marrakech (et plus gros ! Les cuisinières marocaines ne tolèrent aucune assiette vide). Mon refuge pour éviter les pétages de plomb ! J’adore !


UNE DATE

21 juillet
Ce ne sera pas trendy, mais tant pis… Chaque année – étant donné notre situation politique compliquée et étant issue d’une famille où Flamands et francophones se mélangent allégrement (papa est d’origine limbourgeoise, maman, bruxelloise francophone), parlant couramment les deux langues, voyageant pas mal –, je revendique le bonheur d’être Belge ! (Et cela se fête dignement en famille et avec nos clients chaque année à Saint-Tropez avec Olivier Saxe !)


Ph.: Christophe Bortels

Les commentaires sont fermés.