Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/05/2012

Les pépinères Mainil à l’heure du Japon

La Libre, Momento, Dehors, pépinières, Mainil, JaponUne grande attirance pour les jardins d’inspiration japonaise et l’esthétique raffinée de ce pays caractérise le travail réalisé aux pépinières Jacques Mainil.

Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


IL Y A QUARANTE ANS, Jacques et Francine Mainil créent leur pépinière. Au départ, une pépinière traditionnelle de production. Puis, un jour, Francine revient d’une exposition avec un bonsaï. Jacques – qui a pour profession de faire pousser et grandir les arbres – regarde ce “modèle réduit” d’un œil sceptique. Petit à petit, son épouse et lui découvrent ce monde fascinant, ainsi que l’art des jardins au Japon. Tous deux se documentent, lisent et ont des contacts avec des maîtres japonais. Ce travail très particulier réalisé sur les arbres change leur regard et leur approche de la nature. Leur vision des végétaux évolue. Ligne et structure prennent une importance grandissante.
 
Progressivement, ils appliquent les techniques du bonsaï à certains grands sujets de la pépinière. Non qu’ils tentent de les miniaturiser, mais plutôt de les structurer et de travailler leur silhouette selon les principes de la taille japonaise. Cette mise en forme par une taille douce peut prendre des années et doit aboutir à l’impression que l’on n’est jamais intervenu. Tous les arbres ne s’y prêtent pas. Seuls certains ont un potentiel au départ. Une connaissance profonde des espèces est nécessaire pour le percevoir et, ensuite, arriver à un résultat parfait.
 
Cet art de la taille est une forme d’hommage à la nature et une manière de la célébrer dans ce qu’elle a de plus pur. Cette spécialisation trouve à l’heure actuelle sa pleine mesure dans la réalisation de jardins d’inspiration japonaise.
 
 
Marie-France Mainil, paysagiste comme son père, développe à son tour cette vision très personnelle du jardin. C’est à la table familiale, en écoutant les conversations de ses parents, qu’elle a appris le métier et découvert cet univers captivant.
 
Un grand nombre de ses clients souhaitent avant tout un jardin apaisant dans lequel ils peuvent se ressourcer. Si, lorsqu’elle conçoit ses jardins, l’approche japonaise de ses créations est indéniable, l’influence européenne est, elle, décelable dans la multiplication des variétés et des couleurs de feuillages. Ses lectures et ses recherches lui ont fait connaître les œuvres de grands paysagistes français, tels Jean-Paul Pigeat et Erik Borja dont elle apprécie particulièrement les réalisations. Où l’adéquation entre l’environnement et le projet est parfaite. Où, quelle que soit la dimension du jardin, un espace en harmonie avec la nature est créé. Toujours conforme aux souhaits et à la personnalité des clients. Une fois réalisés, ils ont la particularité d’être assez simples à entretenir. En effet, le plus souvent, ils sont conçus sans gazon, le sol est occupé par des couvertures minérales sur des bâches qui limitent le développement des adventices, ainsi que par des plantes couvre-sol. Contrairement à ce que l’on pense en général, l’entretien d’un jardin de ce type est moins lourd que celui d’un jardin classique. La part la plus importante ayant été fournie en amont lors de la conception par l’architecte paysagiste qui a choisi les végétaux et les arrangements de pierres ou d’autres éléments nécessaires à sa réalisation. Une fois le tout installé, une seule intervention annuelle suffit à maintenir l’harmonie de l’ensemble.
 
 
Jardins secs
On les appelle aussi jardins à contempler. Ce sont en quelque sorte des jardins sans plantes. L’idéal de pureté auquel on parvient, par une discipline austère, est un trait caractéristique de la pensée japonaise. Avec les jardins “zen” qui ne sont plus constitués que de pierres et de sable, c’est le désir de passer outre l’aspect superficiel des choses pour atteindre leur essence même qui est mis en avant. Volontairement dépouillés des choses jugées non essentielles, la plupart des jardins secs ne comportent donc ni élément aquatique, ni plante, ni arbre. Seuls des arrangements de pierres composent la scène. Ainsi, un ruisseau sera suggéré par des petites pierres ovales emboîtées les unes dans les autres comme les écailles d’un poisson, la mer par une aire de graviers ratissée de dessins en forme de vagues.
 
 
Ph.: MNC&MPV

Les commentaires sont fermés.