Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/05/2012

Les croyances alimentaires: solides comme le roc!

La Libre, Momento, Bien-être, croyances alimentairesQue n’entend-on pas en matière de nutrition ? En période pré-estivale, par exemple, les “conseils minceur” les plus étonnants se succèdent. Comment démêler le vrai du faux ?

Michèle Dryepondt, diététicienne-nutritionniste


S’IL EST UN CHAPITRE RICHE en croyances, c’est bien celui de l’alimentation et en particulier le sous-chapitre “régime”. Démonter ce que l’on croit n’est pas évident. Les “il paraît” et “il faut” ont la peau dure. Ils jetteraient presque le doute sur la valeur scientifique… Ainsi, pensez-vous qu’il faille s’abstenir de manger après 18 heures pour perdre du poids ou que manger de l’ananas va brûler votre graisse ou que le gluten est mauvais pour la santé ? Si on vous dit que le sport ne fait pas maigrir, que le jus de fruit est aussi riche en sucre que les sodas et que les sucres lents n’existent pas, le croirez-vous ?
Il le faudra pourtant parce que s’il n’existe pas de vérité absolue, la science reste quand même à l’argument de la démonstration.

Les frites, le chocolat, les pâtisseries, les glaces, les pommes de terre, le pain, le beurre, la crème, bref, tout ce qu’on aime fait grossir.
Faux. Bonne nouvelle ! C’est la quantité de calories ingérées qui fait le poids. Si les entrées dépassent les sorties, on grossit. 100 kcal non utilisées au quotidien vous font prendre 1 kilo en deux mois. Qu’elles viennent d’une tranche de pain, d’une praline ou d’une boule de glace, peu importe ! Bien entendu, dans un souci de santé, réservez les aliments gras et sucrés aux occasions !

L’ananas possède une substance “brûleuse de graisse”.
Faux. L’ananas renferme une enzyme – la broméline – qui a la capacité de scinder les protéines. Elle peut donc être intéressante pour faciliter la digestion mais n’exerce aucune action sur le gras.
(Et, à propos des substances “brûleuses de graisse” : aucune substance n’est capable d’attaquer notre gras de réserve. L’action promise ne pourrait jouer qu’au niveau de la non-absorption des lipides de l’alimentation. Si vous mangez gras, vous risquez donc d’être relié assez étroitement à vos toilettes. La seule manière que nous avons de brûler la graisse est de la mobiliser en donnant à notre organisme moins de carburant que nécessaire.)

Il vaut mieux manger cinq à six fois en journée plutôt que de prendre trois repas.
L’argument en faveur d’une répartition des apports alimentaires en petits repas repose sur le fait que la digestion brûle des calories. Plus souvent on mange, plus on brûle… mais la digestion sera plus courte sur un petit repas que sur un grand ! C’est la faim et la satiété qui régulent nos prises alimentaires. Tout ce qui est mangé en dehors est stocké !

L’huile d’olive ne fait pas grossir.
Toutes les huiles contiennent la même quantité de calories (900 kcal/100 g.). L’originalité de l’huile d’olive réside dans le fait qu’il s’agit d’une huile de fruit. Elle contient donc des antioxydants que n’offrent pas les huiles de graines. Ceux-ci neutralisent le cholestérol oxydé et empêchent son dépôt dans la paroi des artères. De plus l’acide oléique (acide gras mono-insaturé) dont elle est riche opère également une action réductrice sur le cholestérol. En revanche, l’huile d’olive ne contient pas d’acides gras essentiels oméga-6 et 3.

Pour maigrir, il faut boire beaucoup d’eau.
Rien à voir. L’eau sert à nous hydrater et à renouveler l’eau corporelle. Plus on boit, plus on élimine, mais pas du gras, les “déchets” du métabolisme et… de l’eau.

L’alcool fait grossir parce qu’il se transforme en sucre.
Faux. L’alcool est métabolisé en tant que tel. Ce sont des calories dites “vides” parce qu’elles sont exemptes de tous nutriments et se stockent facilement. L’alcool et plus calorique que le sucre 7,5 kcal/g contre 4 pour le sucre.

Le beurre est beaucoup plus gras que l’huile et la crème plus grasse que le beurre.
C’est l’inverse ! Dans le beurre il y a entre 75 et 80 % de matière grasse (c’est une émulsion avec de l’eau) contre 99 % dans l’huile. Cent grammes de beurre apportent 720 kcal et cent grammes d’huile 900 kcal. La crème entière contient 33 % de matière grasse, trois fois mois que l’huile et deux fois et demi moins que le beurre.

Les aliments à faible index glycémique ne font pas grossir.
L’index glycémique mesure la rapidité avec laquelle le glucose d’un aliment arrive dans le sang comparativement à l’action du glucose pur. Ceci relève du métabolisme du glucose et de la régulation de l’insuline. Utile pour les personnes diabétiques qui requièrent de l’insuline. Rien à voir directement avec le poids.

Pour maigrir, on peut manger ce qu’on veut, à condition de faire les bonnes associations d’aliments.
Si vous êtes observateur, vous remarquerez que tous les régimes basés sur des arguments de métabolisme (et les autres aussi d’ailleurs) s’avèrent, en fin de compte, toujours hypocaloriques. Et c’est la raison pour laquelle ils marchent tous… ponctuellement.


En cas d’hypercholestérolémie, il est interdit de manger des œufs et des fruits de mer.
S’il est vrai que les œufs, les mollusques (moules, coquillages, huîtres…) et les abats (particulièrement la cervelle) contiennent un taux assez élevé de cholestérol, ils n’en sont pas pour autant responsables de l’hypercholestérolémie. Lorsque la cholestérolémie est anormale, elle résulte généralement d’un excès de LDL (mauvais cholestérol). Celui-ci est formé parce qu’il prend le même transport que les acides gras saturés (origine animale) qui s’oxyde facilement. Pour gérer l’hypercholestérolémie, il s’agit de diminuer fortement la consommation d’aliments d’origine animale. Des études ont montré que la consommation d’un œuf par jour chez des personnes présentant une hypercholestérolémie n’affecte en rien leur cholestérolémie.

Il faut manger cinq fruits par jour.
Le message “cinq fruits et légumes” est incomplet et incompris. Il s’agit de cinq portions d’environ 80 g de fruits et légumes pour arriver au minimum de 400 g par jour, comme préconisé par l’OMS. Les experts s’accordent cependant sur une quantité de 600 à 800 g qui serait bien plus adéquate pour l’apport en fibres, vitamines et minéraux.

Le poisson est moins riche en protéines que la viande.
Faux. C’est exactement la même chose. Nombre d’entre nous mangent un plus gros morceau lorsqu’il s’agit de poisson que de viande pensant que le poisson est moins “nourrissant”. Bonne nouvelle pour le porte-monnaie !

Le lait de vache est fait pour les veaux.
En général, ceux qui tiennent ce discours ne trouvent pas, par contre, que le lait de chèvre est fait pour les chevreaux ! Le lait contient des protéines et du calcium qui est bien assimilé par l’organisme et il n’y a pas de raison de s’en priver si on le digère correctement. Mais il n’y a pas, non plus, de raison d’en boire beaucoup. Même s’il est sous forme liquide, le lait est un aliment. <br></br>Un lait entier contient 3,5 g de matière grasse au 100 ml et le lait écrémé 0,5 g. Le lait écrémé contient autant de protéines et de calcium que le lait entier.

Les épinards crus sont riches en fer.
Vrai, les cuits aussi d’ailleurs. Avec environ 4 mg aux 100 g, c’est un des légumes les plus riches en fer. La cuisson n’en modifie pas la teneur. Le fer végétal n’est absorbé qu’à 10 % par notre organisme, contre 30 % pour le fer animal. Ajouter du citron ou du vinaigre aux légumes en potentialise l’absorption.

Le gluten est mauvais pour les intestins.
Faux. Le gluten est la partie protéique du blé (aussi de l’épeautre et du kamut), du seigle, de l’orge, du triticale (plante hybride de blé et seigle utilisée surtout comme fourrage) et, dans une moindre mesure, de l’avoine. C’est grâce au gluten que la pâte à pain “monte”. Il n’est pas du tout nocif pour la santé sauf chez les personnes qui y sont intolérantes (cœliaques) et celles qui peuvent y présenter une hypersensibilité.


Ph.: Reporters/Photononstop/Fabrice Lerouge

Les commentaires sont fermés.