Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/06/2012

Envie de sortir du temps ? Cap sur l'île de Sal!

10_03_55_880201523_DSC4607.jpgOn s’y rend pour pratiquer le surf et d’autres sports nautiques, mais aussi pour se ressourcer et profiter
des kilomètres de plages pour se balader.

Au soleil: Michèle Dryepondt


LE CAP-VERT EST UN ARCHIPEL qui se déploie, comme une constellation, dans l’océan Atlantique, juste en face du Sénégal. Son nom est d’ailleurs emprunté à la pointe de terre sénégalaise la plus à l’ouest de l’Afrique. Neuf îles sont habitées et présentent chacune un micro “pays” géographiquement très différent. L’île de Sal n’est certainement pas la plus représentative ni la plus aimée des aficionados.
 
 
Droite comme un “I”, orientée pile nord-sud, elle offre pourtant un climat idéal : 25°C sur terre et 23°C dans l’eau sont des températures absolument stables. Il n’y pleut jamais (ou deux à trois jours par an) et il y souffle continuellement un vent chaud ou plus frais en fonction de la saison. Hormis un promontoire qui s’élève à 400 mètres à peine au-dessus du niveau de la mer, Sal est résolument plate. Le paysage est presque lunaire : déserts de pierres volcaniques dans lesquels pointent sporadiquement quelques touffes d’herbe sèche, et, ici et là, un petit acacia courbant l’échine sous un vent qui vient immanquablement d’Ouest.
 
 
Cette “goutte” désertique d’environ 40 kilomètres de long sur 15 kilomètres de large est magnifiquement ourlée au sud par un ruban de sable blanc où viennent mourir les vagues houleuses de l’océan. Un paradis pour les surfeurs ! Et ils arrivent, de tous les coins du monde, pour s’éclater, au gré d’un vent constant sur cette mer toujours en forme. Les fonds marins riches en faune et flore ravissent les plongeurs. Bucarona est un endroit de prédilection. Véritable piscine creusée naturellement dans les rochers, ce site présente un gouffre particulier que l’on appelle “l’œil bleu” du fait d’un jeu curieux de reflets de lumière.
 
 
En dehors des sports de mer, on ira surtout à Sal pour se ressourcer et profiter des kilomètres de plages pour se balader. La visite de l’île se fait facilement en une journée. Les quelques routes dignes de ce nom conduisent à Esparagos, le centre administratif (et l’aéroport), au port de Palmeira ou aux salines de Pedra Lume. Elles logent dans ce qui pourrait être un ancien cratère dont la particularité est de se situer au-dessous du niveau de la mer. On y accède par un tunnel creusé dans la roche et on peut s’y baigner. C’est comme dans la mer Morte, l’eau vous porte !
 
 
L’hôtel Morabeza, une histoire belge

Tout au sud de l'île, le village de Santa Maria en fut la première station balnéaire. Sa plage blanche de trois kilomètres et son climat doux toute l’année séduisirent, dans les années 60, un couple d’industriels gantois qui y firent amener de Belgique leur maison de campagne préfabriquée.
 
Gaston et Marguerite Vynckier étaient tous deux ingénieurs et construisirent sur place des générateurs ainsi qu’un distillateur solaire (Ecolo avant la lettre !) qui a fourni de l’eau potable pendant plusieurs années à tout le village.
 
La présence sur l’île de Sal d’un aéroport international où atterrissaient les avions de la South African Airways et le manque de logement pour les équipages firent que, bien vite, la famille Vynckier fut sollicitée pour louer quelques chambres. Répondant à la demande, le couple construisit au fur et à mesure des bungalows pour ces équipes en transit.
 
En 1991, lorsque les vols au-dessus de l’Afrique purent reprendre, Sal cessa d’être une escale intéressante et Morabeza se réaménagea en un hôtel de cent quarante chambres. Rien à voir avec les ghettos à touristes que l’on peut trouver ailleurs sur l’île. Grand hôtel de charme, il se déploie le long de la plage et est toujours géré par la descendance Vynckier dans une ambiance très conviviale.
 
En créole Morabeza signifie hospitalité, gentillesse et amabilité, et on n’est pas déçu ! Outre la qualité du service, on ira à Morabeza pour goûter la culture locale puisque le village est à deux minutes à pied de l’hôtel.
 
 
Ph.: Stéphane Clad

14:30 Publié dans Escapade | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, escapade, cap-vert, sal | |

Les commentaires sont fermés.