Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/06/2012

La renaissance d'un jardin

La Libre, Momento, Dehors, jardin, mont des récolletsLa Flandre, qu’elle soit belge ou française, conserve une identité forte qui transparaît jusque dans l’art des jardins.

En balade: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


NATIF DE LA FLANDRE FRANÇAISE, Emmanuel de Quillacq revient dans le Nord après des études à l’école nationale d’Horticulture de Versailles. En 1990, il reprend une ancienne propriété familiale abandonnée, une des rares fermes de la région à avoir encore conservé son architecture typique. Il décide d’entreprendre la restauration des lieux en puisant aux sources du passé. Plus précisément à celles de la renaissance flamande. Durant vingt ans, il y élabore et peaufine son concept du jardin flamand. C’est son idée directrice. Tableaux, lithographies, associations de défense du patrimoine, histoire des béguinages lui fournissent de précieux indices. Les œuvres de Bruegel, d’Isaac van Oosten, de Joost de Momper et d’autres peintres de cette époque lui révèlent les paysages d’alors ainsi que le dessin des jardins. Faits de carrés de buis, ils ont un tracé rigoureux et reproduisent, à petite échelle, le bocage de la campagne environnante. Quadrillages, topiaires, chambres de verdure, effets de clair-obscur sont l’héritage de cette culture.
 
 
Dès l’entrée, le beau pignon à “pas de moineaux” de la ferme du Mont des Récollets donne le ton. Le jardin d’un hectare et demi s’étend sur le contrefort du mont. Dans sa partie haute, la terre est similaire à celle des monts des Flandres, un mélange de sable et de pierres ferrugineuses. Dans la partie basse, c’est la clay des plaines environnantes, une terre argileuse quasi impénétrable. Le jardin est protégé des vents violents par le relief alentour.
 
Emmanuel de Quillacq aidé de Bruno Caron ont fait d’un chantier un magnifique jardin. Durant de longues années, ils charrient à la brouette des montagnes de gravats afin de déblayer la cour et les abords. Pierres et briques sont récupérées et servent à la construction des murets, chemins et bordures. Petit à petit, ils recréent un jardin à l’ancienne. Les fermes vivant autrefois en autarcie, ils reprennent la trame sur laquelle elles s’organisaient avec des haies traditionnelles, des chambres de verdure ornées de topiaires, des carrés de plantes aromatiques, le tout complété par un verger, une mare et un poulailler. Un subtil mélange de nature et de structure.
 
Dès le départ, les essences indigènes (frênes, saules, prunelliers, aubépines) sont plantées en bordure de la propriété. Elles font le lien entre la campagne et le jardin plus “peigné” proche de l’habitation où Emmanuel de Quillacq donne libre cours à une impressionnante maîtrise de la taille des végétaux. Dans des pièces successives, il met en scène son imaginaire. Avec des topiaires sous toutes les formes. Ceux de la chambre des berlingots, d’un style très contemporain, ainsi que ceux de la chambre de la cour sont de magnifiques exemples de son art. Les haies prennent, elles, un petit air sophistiqué par une taille en vagues ou en ogive. Quelques fenêtres sur le paysage y sont sculptées aux endroits stratégiques et donnent des axes de vue différents sur le jardin.
 
 
Par sa composition et sa structure, le jardin est beau à toutes les saisons. De plus, qui dit jardin à la flamande dit bulbes au printemps. Les premiers fleurissent dès janvier hors gel. Et grâce à l’étalement calculé des floraisons, les derniers s’ouvrent en mai. Ils sont plantés ici en grande quantité pour produire un effet spectaculaire. Ils se naturalisent très facilement. Ce lieu étonnant, en constante évolution, où ordre et fantaisie se relaient, suscite plaisir et émotion. Une visite à ne pas manquer.
 
 
Estaminet Het Kasteelhof
Face au vieux moulin de Cassel, c’est le point de rendez-vous pour se rendre au jardin. Dans une vieille maison, un intérieur flamand caractéristique, plein de charme, avec ses vieilles poutres peintes où s’accrochent en abondance des objets usuels de la vie campagnarde, ses murs couverts de vieux buvards publicitaires et cadres, ses jeux traditionnels. Vous y dégusterez boissons et spécialités régionales et y prendrez votre ticket pour la visite.
Un magasin de produits régionaux y est attenant. Ce lieu créé par Emmanuel de Quillacq s’inscrit dans la même démarche identitaire, il fut le tout premier magasin du genre dans la région. Il propose une gamme de produits locaux de tradition cultivés selon des méthodes “naturelles”, et s’attache à remettre à l’honneur les recettes d’autrefois.
 
 
Ph.: Emmanuel de Quillacq

Les commentaires sont fermés.