Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2012

Un jardin sans souci

La Libre, Momento, Dehors, jardin, environnementCertaines activités, liées à des choix de société, continuent à avoir des effets néfastes sur l’environnement. Qu’en est-il dans nos jardins ? Quelles pratiques adopter pour contribuer modestement à son amélioration ?

Au vert: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

LE JARDINIER QUI SOUHAITE respecter la nature va s’orienter vers un mode de jardinage différent. L’équilibre de l’écosystème qui l’entoure est dorénavant sa priorité. Quelques gestes précis vont lui permettre d’y parvenir avec un peu de patience. Prendre en compte ce qui existe déjà et accepter comme un bienfait le climat et le sol de son espace de verdure est le premier pas.
 
Peu importe la taille du jardin, il adaptera les plantes aux capacités du terrain. Un balcon peut tout aussi bien convenir. Ce n’est pas la surface cultivable, mais la façon de la cultiver qui déterminera un jardin “bio” ou “écolo” selon les critères de l’époque. Nul besoin d’avoir sa carte du parti, ni d’être affilié à une quelconque organisation, il s’agit la plupart du temps d’une simple affaire de bon sens et de respect.
 
 
Le jardinage bio a des méthodes et des techniques qui lui sont spécifiques en matière de travail et d’enrichissement du sol, ainsi que dans la lutte contre les ravageurs. Une seule ligne de conduite. Jardiner en symbiose avec la nature plutôt que contre elle. Instaurer entre plantes et jardinier une collaboration bienveillante. Petit exemple, selon sa composition et sa localisation, le sol a des aspects très différents. Certaines plantes l’apprécieront, d’autres pas. Est-ce bien raisonnable de changer la terre dans le trou de plantation sous prétexte que l’on veut absolument tel végétal et que notre sol ne lui convient pas ? Cela arrive souvent avec les rhododendrons en terre calcaire. Un jour, inévitablement, leurs racines atteindront la terre d’origine et la plante en pâtira.
 
Les principes écologiques impliquent donc qu’il n’est pas nécessaire de transformer sa terre en sol idéal, mais plutôt d’y adapter ses plantes. Les amendements naturels, comme un compost fait avec des éléments de votre jardin, sont parfaits pour nourrir et enrichir.
 
Prenez la présence de quelques insectes comme une bonne nouvelle. Il y a de la vie dans votre jardin. Il est normal que quelques pucerons s’installent sur les rosiers. En attendant que les prédateurs fassent leur office, écrasez-les délicatement entre les doigts. Si, malgré vos efforts, votre rosier ou votre arbuste est constamment envahi, posez-vous des questions sur sa santé générale et sur son lieu de plantation. Lui convient-il ? A-t-il assez de soleil ? Dans le cas des rosiers, on oublie parfois que, comme le jardinier, ils doivent être correctement nourris. Tirer parti de ce que la générosité de la nature nous offre, en l’observant attentivement, est souvent un gage de réussite. Si vous possédez des arbres, des haies ou des murs, vous allez créer des courants d’air chaud ou froid, des zones sèches ou humides. Des microclimats, en quelque sorte, qui seront propres à votre terrain. C’est cela qu’il va convenir d’analyser pour planter au bon endroit sans se tromper. Les arbres ont des racines qui puisent l’eau en permanence, ce qui rend la terre sèche à leur pied. Les haies vont dévier le vent. Les murs au Nord conservent une zone d’humidité. C’est en fonction de ces observations que vous choisirez les plantes adéquates.
 
 
Jardiner autrement, c’est aussi le faire de façon responsable. Longtemps, les jardiniers ont été de gros utilisateurs de pesticides pas toujours dosés avec circonspection. L’agriculture biologique a fait renaître des recettes naturelles qui n’agressent ni les végétaux ni les hommes.
 
Un jardin bien conçu ne doit pas y recourir souvent.
 
 
Biodynamique et biologique
L’agriculture biodynamique est la première en date des méthodes dites biologiques. Cette agriculture vise à assurer la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du “vivant”. Son but est de soigner la terre et l’environnement, régénérer et entretenir les paysages, comprendre le rôle de l’homme et ouvrir de nouvelles perspectives en améliorant le lien entre producteurs, consommateurs et commerçants. Ce qui a fait la spécificité de l’agriculture biodynamique par rapport à la culture biologique normale, c’est principalement l’usage de produits auxiliaires, préparations à base de plantes mises au point par Rudolf Steiner.
Un autre aspect de cette culture a été la prise en considération des cycles lunaires et planétaires. Ce qui n’empêche en aucune manière que chacun d’entre nous fasse son petit marché comme il l’entend parmi ces diverses tendances, tant que notre environnement en sort gagnant.


Ph.: MNC & MPV

Commentaires

Bonjour,
C'est vrai le jardinage, c'est un accord avec la nature! Les insectes ont leurs utilités même si des fois ils en font un peu trop. Le mieux c'est de les contenir de façon naturelle afin que les écosystèmes soient préservés.
Bon jardinage au naturel à tous.
LlJ

Écrit par : pièges à insectes | 21/06/2012

Les commentaires sont fermés.