Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/06/2012

Le plaisir ? Il suffit de le saisir !

La Libre, Momento, Bien-être, plaisirIl fallait y penser. Il n’y avait plus qu’à l’instaurer. Voilà qui est fait : à la rentrée, sera célébrée la première Journée nationale dédiée au plaisir. Ne manquait plus que celle-là…

Soyons positifs: Laurence Dardenne


CRÉER UN GRAND EFFET “BOULE de neige” d’émulation positive autour des plaisirs de la vie. Elle est pas belle, l’idée ? C’est en tout cas ainsi qu’est formulée l’action “Parlons plaisir” lancée par la marque présentée en toute simplicité comme “un expert du plaisir intense en Belgique depuis 125 ans”, nous avons nommé : Côte d’Or. Le message ? Positif : “Le plaisir est partout, il suffit de le saisir où il se trouve !” Car, semble-t-il, “nous avons tous un potentiel d’instinct de plaisir censé nous attirer naturellement vers les choses positives de la vie”.
 
C’est qu’en ces temps de morosité et de sinistrose, où l’on nous bassine les oreilles du matin au soir avec de tristes nouvelles sous fond de crise, il fait bon entendre, voir, lire, vivre des expériences qui respirent le bonheur, l’optimisme, le plaisir… des concepts très porteurs par les temps qui courent. Et certains l’ont d’ailleurs bien compris. Que de littérature sortie autour de cette thématique ces derniers temps !
 
 
Dans cet esprit, “Instinct for intense pleasure” se présente comme une plate-forme interactive ou de partage, 100 % consacrée au plaisir. Mais encore ? Il s’agit tout gentiment d’inviter les Belges à partager leur vécu du plaisir intense sur un site Internet, en l’occurrence à l’adresse www.intensepleasure.be. Que ce soit via le poids d’une photo ou le choc d’une vidéo (enregistrée par webcam, smartphone…). Et quels que soient les sujets choisis : amour, amitié, enfant, famille, animaux, loisirs, sports, nature, arts, plaisirs de la table, grandes passions et petits plaisirs de la vie. Tout est permis !
 
 
Bonne conscience, bonne action et bonne cause ? Toujours est-il que, pour chaque témoignage posté, 1 € par vidéo et 50 cents par photo seront versés à l’asbl “Contre tendance” qui permet à de jeunes défavorisés de rebondir par le biais d’une passion-plaisir, les danses urbaines et ethniques.
 
L’apothéose de cette action estivale, ce sera pour la rentrée avec l’instauration et la célébration de la première Journée nationale dédiée au plaisir, dont la date précise n’a pas encore été communiquée. Il fallait oser l’instaurer dans le calendrier surchargé des journées. Voilà qui est chose faite avec l’événement “Parlons plaisir”. A cette occasion, de 7h du matin à 7h du soir, les témoignages recueillis sur le site seront projetés dans “un lieu public à fort passage”. A ce stade, nous n’en saurons pas davantage.
 
 
Des centres du plaisir bien identifiés dans notre cerveau
 
Aujourd'hui très sérieusement étudiés par les scientifiques, les mécanismes du plaisir, qui relèvent à la fois de la psychologie et de la neurologie, n’ont pas encore livré tous leurs mystères. Plusieurs outils comme l’électroencéphalogramme, le pet scan, la résonance magnétique fonctionnelle permettent d’identifier les réactions du cerveau lors de sensations de plaisir telles que le jeu, un savoureux repas ou tout autre bon moment…
 
C’est un peu par hasard, dans les années cinquante, que l’on commença à lever le voile sur l’activité cérébrale liée au plaisir”, explique le Dr Steven Laureys, neurologue, directeur du “Coma Science Group” au Centre de recherche du Cyclotron de l’université de Liège et au département de Neurologie du CHU de Liège. “On observa, en effet, que la sensation de plaisir était liée directement à des décharges de neurones dans notre cerveau. Ces recherches ont permis de mettre au jour le ‘circuit de la récompense’. Plus tard, l’imagerie cérébrale permettra d’identifier de façon très précise les ‘centres du plaisir’ dans le cerveau. Parmi ces centres du plaisir, un groupe de neurones appelé aire tegmentale ventrale (VTA) joue un rôle fondamental dans le circuit de la récompense. Les recherches ont aussi permis d’identifier une molécule, la dopamine, qui transmet le plaisir… Il est intéressant de noter que la dopamine se retrouve dans les formes de vie animale les plus primitives, tels les invertébrés : pour assurer sa survie, la Nature a conservé au fil de sa longue évolution la solution consistant à lier au plaisir la satisfaction des besoins vitaux.”
 
Le plaisir ne serait donc, à la base, qu’une récompense à la satisfaction de besoins vitaux: boire, manger, se reproduire... Comme une stratégie mise au point par la Nature pour assurer la survie de l’espèce.
 
 
Quant à l’explication neurologique de l’impact d’un plaisir sur l’humeur d’un humain, “comme le révèle notamment l’imagerie cérébrale, poursuit le neurologue, lors d’une sensation agréable, le centre du plaisir situé dans notre cerveau active à son tour tout un réseau de structures du cerveau. Ces différentes structures jouent un rôle au niveau des émotions, de la mémoire, de la prise de décisions, etc. Cette intense activité cérébrale peut donc aussi expliquer le phénomène d’association d’idées/de sensations, le fait, par exemple, qu’une sensation de plaisir rappelle un souvenir d’enfance”.
 
Alors que les recherches se poursuivent et que de nouvelles expériences sont menées, en ce qui concerne le “plaisir” chez l’être humain, “aujourd’hui, la neurobiologie permet de voir et d’étudier comment le cerveau s’active lors de la prise de nourriture, d’activités sportives, de la pratique de jeux de hasard, de la consommation d’alcool, de tabac et autres drogues…, souligne encore le Dr Laureys. Toutefois, si la science peut quantifier, mesurer, observer, établir des corrélations, etc., elle ne peut réduire l’immense complexité du fonctionnement cérébral à des données chiffrées. A plus forte raison lorsqu’il s’agit d’expliquer des ressentis tels que le plaisir. Un plaisir que chaque individu ressent différemment en fonction de son passé, de sa mémoire, de son environnement …”.
 
 
Ph.: Côte d'Or

Les commentaires sont fermés.