Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2012

Gracieuses anémones

La Libre, Momento, Dehors, anémoneLa diversité des anémones est étonnante. Une fois encore, un vrai cadeau de la nature envers les jardiniers amoureux des fleurs vivaces. L’année débute avec l’anémone sylvie et se clôture avec les célèbres anémones du Japon.

Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


DIFFICILE POUR LE JARDINIER de passer à côté des anémones. Quelques-unes occupent une place de choix dans son pré carré. Dès le printemps, l’anémone sylvie égaye les sous-bois de larges nappes blanches. C’est l’espèce type, l’Anemone nemorosa. Il en existe une ravissante à fleurs bleues, moins connue et plus fragile. Elle porte le nom d’Anemone nemorosa ‘Robinsoniana’, à planter en compagnie des quelques jacinthes des bois pour une jolie scène printanière. Le feuillage fait ensuite office de couvre-sol. Une autre délicate est l’Anemone blanda ou anémone de Grèce, vivace à tubercule, qui pousse dans les sols de préférence calcaires, riches bien drainés à la mi-ombre ou au soleil. Elle existe en bleu, blanc, rose et mauve. Elle s’installe lentement, à l’inverse de la précédente. Ces deux espèces ne dépassent guère quinze centimètres. Ensuite, celle qu’on appelle Pulsatilla, à la belle floraison printanière, pour les endroits secs, ensoleillés et caillouteux. Pas toujours facile, parfois capricieuse, formidable quand elle vous adopte.
 
Le nom des anémones vient du mot grec qui signifie le vent. Les arêtes plumeuses de certaines d’entre elles, comme les pulsatilles, sont dispersées par le vent. Les anémones pulsatilles sont dorénavant rangées dans le genre Pulsatilla.
 
Une autre célébrité de la famille est l’Anemone coronaria ou anémone des fleuristes, ou encore anémone de Caen. Celle-ci est un bulbe originaire des régions méditerranéennes. Elle pousse au soleil, dans un sol léger, sec. Ses fleurs aux couleurs chatoyantes sont simples ou doubles, souvent utilisées comme fleurs à couper. Elles tiennent particulièrement bien en vase. Ces anémones peuvent être plantées en jardinières.
 
L’Anemone canadensis est une plante de sous-bois et de terrain frais, qui fleurit à la fin du printemps. Parfaite dans les jardins un peu sauvage, son feuillage gracieux et ses jolies fleurs blanches l’ont fait adopter par les jardiniers qui aiment les plantes sans histoire. Toutefois, surveillez-la, il lui arrive de s’étendre, voire de se répandre.
 
 
Il y en a beaucoup d’autres dont nous ne dirons mot aujourd’hui pour laisser le champ libre à l’anémone du Japon. C’est elle qui va contribuer à la splendeur de votre jardin de la fin de l’été à l’automne. Elégantes, solides, très longuement épanouies à l’arrière-saison, les anémones du Japon ont su se rendre indispensables. Leur comportement semble parfois paradoxal. Ici, elles poussent comme des mauvaises herbes et le jardinier les arrache à la main pour les contenir. Ailleurs, elles demandent des soins attentifs avant de vous faire l’aumône de quelques fleurs. L’hiver que nous venons de subir l’illustre parfaitement. Il a provoqué d’importants dégâts dans les nouvelles plantations. Une fois confortablement installées, elles sont fidèles, assez peu sensibles aux maladies ainsi qu’aux parasites.
 
 
Quel est donc le secret de ces plantes élégantes et généreuses, parfois jugées si capricieuses ? Proches parentes des clématites, toutes deux font partie de la famille des renonculacées, d’aucuns vous diront qu’alors, leur tempérament fantasque doit être une histoire de famille. Qui sait ! Les oublier plutôt que les bichonner est peut-être le truc. Un jour, elles se mettent à fleurir avec une générosité rarement égalée chez d’autres plantes, surtout à cette époque de l’année. Un conseil, achetez-les en gros conteneur au moment de la floraison pour être certain d’avoir la variété que vous souhaitez.
 
 
Légères et gracieuses
A fleurs simples ou semi-doubles perchées au sommet de fines tiges robustes, les premières floraisons apparaissent vers le milieu du mois d’août, puis se succèdent jusqu’à la fin septembre, voire plus tard, si les touffes de plantes se plaisent. Ces plantes ont la particularité étonnante de ne jamais paraître fanées. Les pétales tombent discrètement, et le reste de la plante donne l’impression d’être toujours en début de floraison. Les plus courantes sont d’un joli rose tendre qui s’accorde au bleu des asters et des aconits.
Quelques incontournables :
– Anemone x hybrida ‘Honorine Jobert’, un hybride découvert à Verdun par monsieur Jobert qu’il dédia à sa fille Honorine. Larges fleurs simples blanches en coupe évasées, belles étamines jaunes. Très florifère.
– Anemone ‘Reine Charlotte’, une obtention de 1898 réputée pour sa grande taille à fleurs semi-doubles rose doux.
– Anemone hupehensis ‘Hadspen Abundance’, de taille plus petite à fleurs simples d’un rose pâle au revers cramoisi.
– Et encore, Anemone ‘Pamina’, plus récente, obtention allemande très résistante, une des plus foncées à fleurs doubles.
 
 
Ph.: MNC & MPV

10:20 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, anémone | |

Les commentaires sont fermés.