Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/07/2012

Louxor, écrin d’or et de lumière

La Libre, Momento, Escapade, Egypte, Louxor, Karnak, Marsa AlamVéritable joyau dans l’histoire de l’Egypte antique, l’ancienne Thèbes regorge de merveilles. Situé de part et d’autre du Nil, le célèbre site vit au rythme du soleil. A l’Est, les temples symbolisent la Vie. A l’Ouest, tombeaux et sépultures incarnent la Mort.

Découverte: Alice Dive


SA SPLENDEUR N’EST DONC PAS un vain mot. Impétueux et tumultueux, il est un des fleuves les plus longs et les plus magiques du monde. Le Nil, véritable berceau de la civilisation égyptienne, n’a pas fini de bouleverser les cœurs, de transporter les âmes. A l’Est, temples et lever de soleil incarnent la Vie, le renouveau. A l’Ouest, là où l’astre se couche, où la Mort subsiste, tombeaux et sépultures règnent en maîtres.
 
Le décor est planté. La visite peut commencer. Ville touristique s’il en est, Louxor est une véritable mine d’or. Lové dans un écrin de merveilles, sur la rive droite du Nil, à environ 720 kilomètres au sud du Caire et des pyramides de Gizeh, le site constitue la partie sud de l’ancienne Thèbes. Son temple est relié à ceux de Karnac par un dromos de 2 700 mètres, une longue allée bordée de 1 500 sphinx, plus connue sous le nom d’“Avenue des Sphinx”. Le temple de Louxor est une des merveilles de l’Egypte antique. Il fut érigé au XIVe siècle avant J.-C., sous le règne du pharaon Amenhotep III. Par la suite, il fut modifié par Ramsès II qui y ajouta six statues monumentales en granit rose et noir ainsi que deux magnifiques obélisques dont l’un, offert au roi de France en 1831, orne toujours la place de la Concorde, à Paris. D’une longueur de 260 mètres sur 50 mètres de large, le temple est dédié au dieu Amon, considéré comme le roi des dieux, comme celui qui créa la Vie. Diverses influences ethniques et religieuses sont encore bien visibles sur les parois du monument, notamment celles des Grecs et des Coptes.
 
En empruntant l’illustre “Avenue des Sphinx”, on accède ainsi aux temples de Karnac, eux aussi consacrés au dieu Amon. La construction du complexe (temples et lac sacré) s’est étalée sur plus de deux millénaires, avec une succession de constructions, de modifications et de remaniements qui en firent le centre religieux le plus étendu de l’Egypte ancienne.
 
Mais si les temples de Louxor et de Karnac sont d’une splendeur inouïe, il n’y a pas de mots pour décrire la beauté majestueuse de l’“Avenue des Sphinx”. Véritable musée à ciel ouvert, elle l’est d’autant plus aujourd’hui que sa restauration touche à sa fin. Sept années de labeur, interrompues par la Révolution que l’on connaît, auront été nécessaires pour y parvenir. Résultat ? Une splendide chaussée rectiligne de 2 700 mètres bordée de 1500 sphinx, le tout dans son aspect original. L’inauguration aura lieu en octobre prochain, une période touristiquement et climatiquement idéale pour les visiteurs.
 
Enfin, la découverte de Louxor ne serait que très peu épicée sans profiter quelque temps de l’incontournable balade en felouque (felouka) sur le Nil, à faire au moment où le soleil se couche. D’aucuns l’affirment : “Un voyage sur le Nil ne s’oublie pas. Il transforme l’Homme et sa façon de voir la vie.”
 
La Libre, Momento, Escapade, Egypte, Louxor, Karnak, Marsa AlamClôturez ainsi votre journée sur les eaux ténébreuses du plus grand fleuve d’Afrique, entamez le jour suivant dès l’aube et accompagnez le réveil ensoleillé des Egyptiens de tout en haut. Depuis la nacelle d’une montgolfière, vous pourrez ainsi contempler et admirer du ciel le paysage et les splendeurs de Louxor. Un moment tout simplement extraordinaire et unique en son genre.
 
Attérrissant à l’ouest du Nil, du côté dit “des morts et des tombeaux”, la visite de la “Vallée des Rois” vous laissera peut-être sans voix. Ou peut-être pas. Parmi les 64 tombes pillées jadis – mise à part celle du célèbre Toutânkhamon –, celles de Ramsès I, III et IV vous emmèneront dans un dédale de merveilles. Des sépultures aussi longues et luxueuses que la durée de vie des rois y reposant. “Vallée des Rois”, “Vallée des Reines”, sans oublier le temple de l’intrépide et très connue femme pharaon, Hatchepsout, fille de Thuthmose I. S’appropriant ainsi les attributs de l’homme pharaon, la redoutable créature règnera pendant plus de vingt ans. Le temple qui porte son nom abrite pas moins de 300 tombes. Quant à la sienne, on la cherche toujours…
 
Avant de mettre les voiles en direction de la côte, encore un petit détour par l’ACE, l’“Animal Care Egypt”, un centre de soins animaliers qui travaille à la remise en état des chiens, chats, chevaux, ânes et autres animaux de la rue. Un organisme composé de vétérinaires et de volontaires, qui fonctionne malheureusement et exclusivement sur la base de dons. Instructive sur l’usage que font les Egyptiens de leurs animaux, cette visite permet à tout un chacun de contribuer à sa façon à l’amélioration de la qualité de vie dans le pays.
 
Les quelques heures de route qui séparent Louxor de Marsa Alam vous permettront de vous acclimater progressivement à la chaleur du désert. Sise au bord de la mer Rouge, cette station balnéaire vous accueillera à bras ouverts, pour un séjour ponctué de détente et de farniente, mais surtout de plongée sous-marine et de snorkeling. Car impossible de passer par Marsa Alam sans profiter au moins une fois de son centre de plongée. En surface ou dans les profondeurs, la mer Rouge vous offrira un spectacle grandiose fait de poissons multicolores et de végétaux quelquefois surprenants. Avec un peu de chance, certains pourront même apercevoir quelques créatures extraordinaires, comme les lamantins, plus connus sous le nom de “vaches de mer”, les tortues de mer ou encore les jeunes requins inoffensifs. Point d’orgue d’un voyage mémorable, riche en découvertes culturelles et humaines, offrez-vous un dernier petit plaisir – last but not least – avec un massage à l’égyptienne version “Cléopâtre” qui vous donnera, l’espace d’un instant, la sensation d’être véritablement dans la peau d’une momie.
 
Et c’est à ce moment précis que l’on quitte le pays en se disant  : “On reviendra !
 
 
Ph.: Fanny Geeraerts

Les commentaires sont fermés.