Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/07/2012

Mini mini mini, tout est mini dans notre vie...

La Libre, Momento, Tendances, minijupe, minishortL’été est cette période de l’année qui voit l’allègre déploiement de la gambette en quête de bronzette. Les filles aspirent à un bronzage doré, en priant très fort pour ne pas avoir à utiliser de l’autobronzant, crème colorante qui se révèle, 99 % du temps, contre-productive (on voit sans peine les filles qui se tartinent les jambes à coups de peinture dorée).
Dans le but de bronzer naturellement (et sans marques malséantes !), ces dames n’hésitent pas
à découvrir leur épiderme. Afin d’obtenir un teint pain d’épices sans cloques ni coups de soleil,
le court vêtu est de mise. S’ensuit un combat à mort entre les deux pièces les plus petites
du répertoire vestimentaire : le minishort ou la minijupe. Choisissez votre camp.

Arbitrage: Aurore Vaucelle


MYTHE MINIJUPE

Etymologie
La terminologie date de 1965 précisément, date à laquelle une jeune designer anglaise, Mary Quant, invente le concept d’une jupe qui ne doit pas dépasser de dix centimètres en dessous du séant. L’appellation minijupe est née, à ne pas confondre avec une jupe courte, très différente !
 
 
Histoire
C’est dans le Swinging London des sixties que la minijupe pouvait apparaître chez des jeunes gens qui, précisément, souhaitent sortir du cadre des conventions. A cette époque, la mode est encore une affaire de longueur de jupe, et l’on dit que les ourlets remontent quand la société a le moral. Mary Quant arrive avec son concept de minijupe pour secouer l’establishment vestimentaire et, finalement, réveiller son époque. Depuis, les jupes ont un peu rallongé, certes, mais surtout la mode s’est affranchie de certains codes moraux, c’est ce qu’a apporté la minijupe (en plus de certains émois, bien sûr).
 
 
Tendance actuelle 
La minijupe n’a pas le vent en poupe, la jupe courte, point trop, non plus. Les créateurs ont ressorti la jupe crayon, très vintage et très moulante, qui descend en dessous du genou. Et puis, surtout, le short fait concurrence à la jupe. Chose curieuse, la mode du moment ne met pas forcément à l’affiche ce qui sied le mieux à ces dames. On se prononce cependant pro-jupe en promettant que c’est le meilleur moyen d’obtenir de prompts compliments. Pour info, la jupe droite fait des jambes sublimes et donne l’air sérieux, la jupe crayon est diablement chic, accessoirisée avec trois fois rien, quant à la jupe à godets, elle est faite pour celles qui aiment “les robes qui tournent” – les intéressées se reconnaîtront.
 
 
LA VAGUE DU SHORT
 
Etymologie 
Du latin “minus” qui signifie “moins” et de l’anglais “short” qui veut dire “court”. Avec une étymologie pareille, qui dit “moins que court”, on dévoile déjà tout un programme.
 
 
Historique  
Selon le “Dictionnaire international de la mode”(éditions Seuil), le mot apparaît en 1933 pour décrire le pantalon court (au-dessus du genou) que porte la joueuse de tennis Alice Marble.
Depuis, le short est devenu une pièce indispensable du vestiaire du sportif, il peut être boxer short (large et élastiqué, porté, comme son nom l’indique, initialement dans les combats de boxe). Il peut être également échancré sur la hanche: on a vu cyclistes et athlètes porter ce genre de modèle au début des années 80. Le short échancré, bien que douteux esthétiquement, revient par vagues dans le milieu du sport. Sans doute, le confort qu’il procure est à mettre à son crédit, mais c’est bien tout ce qu’on lui accorde.
 
 
Tendance actuelle  
Cet été, le short revient en force, mais pourquoi donc ? Difficile de saisir cette tendance quasi coercitive, puisque le port du short requiert d’être un minimum mince, bronzé et correctement proportionné. Les shorts et ses variantes ultramini (la définition d’un minishort n’est pas compliquée : l’étoffe doit s’arrêter dix centimètres en dessous des fesses) recouvrent cependant le marché et les séants des filles qui suivent la tendance avec une bonne volonté qui, en ce cas précis, insurge les maîtres de l’élégance et du libre arbitre.
Qu’est-ce que la mode ne ferait pas porter aux gens ? Votre obligée se prononce anti-short.
 
 
Ph.: Reporters/Marys Evans Pictures

Les commentaires sont fermés.