Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2012

La C4 Aircross : plus qu’un clone de l’ASX

La Libre, Momento, Routes, Citroen, C4 AircrossCitroën offre une personnalité forte à son SUV compact, dont la base est bien celle de la Mitsubishi.

Ch.H.


CE N’EST PAS NOUVEAU, les constructeurs français ne se sont jamais beaucoup intéressés aux véhicules 4x4. Mais, aujourd’hui, avec la déclinaison SUV, un segment en pleine expansion, il n’est plus possible de l’ignorer. Le groupe PSA a trouvé une solution pour ne pas dépenser du temps et de l’argent en recherche, dans un créneau où ses prévisions de vente ne dépassent pas une vingtaine de milliers d’exemplaires par an : il a travaillé en très étroite collaboration avec Mitsubishi, comme il l’a fait pour ses véhicules électriques (Citroën C-ZERO et Peugeot iOn, avec Mitsu iMiev) et les 4x4 (Citroën C-Crosser et Peugeot 4007 avec Mitsu Outlander).

Cependant, par rapport à ces derniers, où l’on peut presque parler de clones purs et simples, la Citroën C4-Aicross (comme la Peugeot 4008) a, néanmoins, une personnalité nettement plus marquée par rapport à la Mitsubishi ASX.

Bien sûr, elle est construite au Japon, à Nagoya, sur la plate-forme de l’ASX, bien sûr, la base technique est la même et l’intérieur ne diffère guère, mais, esthétiquement, les designers des chevrons se sont très nettement démarqués du produit nippon. En réalité, seuls subsistent les portières et le toit de la Mitsu. L’avant et l’arrière ont été totalement refaits, de même que des côtés de caisse spécifiques et des passages de roues plus impressionnants.

En réalité, la base de la C4-Aircross est la même que celle de C-Crosser (donc du Mitsubishi Outlander), dont l’empattement est identique. Le nouveau SUV n’est donc compact que par le gain de longueur sur le porte-à-faux arrière, ce qui permet de gagner une trentaine de centimètres.

À l’intérieur, guère de changement par rapport à celui, un peu triste, de la cousine japonaise, à l’exception du volant et de quelques détails du tableau de bord.

Citroën, tout en conservant l’essentiel de la base technique de l’ASX, a néanmoins européanisé quelque peu le châssis, afin de se rapprocher des standards de la marque.

Les motorisations se résument à un moteur à essence 1.6 de 117 chevaux, uniquement disponible en deux roues motrices. Les deux moteurs diesels offrent le choix entre la transmission intégrale et les deux roues motrices. Le 1.6 HDI est d’origine PSA, et développe 115 chevaux, le 1.8 HDI est un Mitsubishi de 150 chevaux… et donc pas un vrai HDI. Le choix est plutôt cornélien car, même si la C4 Aircross n’est pas à vocation sportive, elle a bien besoin des 150 chevaux pour faire face à un CX et un poids pas vraiment favorables.

En bref, l’engin ne manque pas d’allure, mais le mariage Citroën – Mitsubishi semble bien davantage un mariage de raison que d’amour tant l’ADN des deux marques est différent.


Ph.: PSA

Les commentaires sont fermés.