Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/07/2012

L’artisan de la réconciliation

Konrad Adenauer, le chancelier de la Guerre froide”, un portrait stimulant. Mardi sur Arte à 20h50.

C. G.

la libre,momento,libre parcours,le chancelier de la guerre froide

L’HISTOIRE NE S’APPRÉCIE QUE lorsqu’elle s’incarne. Celle de l’Allemagne de la reconstruction et de la réconciliation, après les ravages de la Seconde Guerre mondiale, prend le visage de Konrad Adenauer. Le portrait que Stefan Schneider consacre à cette figure politique, sous la forme d’un docu-fiction de belle facture, se révèle passionnant, et particulièrement stimulant à l’heure où les neurones sont ramollis par les vapeurs estivales.
 
Le récit de Konrad Adenauer, le chancelier de la Guerre froideH H démarre la nuit du 13 août 1961. Le chancelier Adenauer est réveillé par un coup de fil à 5 h 30 du matin. Les Soviétiques sont en train de boucler le secteur Est de Berlin. Alors que tout le monde s’attend à ce qu’Adenauer saute dans un avion pour aller rassurer les Berlinois, il semble dépassé par les événements, dans l’incapacité de réagir. Il a 85 ans, il est chancelier depuis 12 ans et va devoir faire face à une crise aiguë. Mais le vieux briscard a déjà derrière lui un passé mouvementé.
 
Flash-back. Alors qu’il est maire de Cologne, depuis 17 ans, ce chrétien-démocrate, opposant au régime nazi, refuse en février 1933 d’accueillir à l’hôtel de ville Hitler, fraîchement élu chancelier du Reich. Adenauer est aussitôt destitué et chassé de Cologne. Il se réfugie dans une abbaye, puis s’installe à Rhöndorf, près de Bonn, dans une maison à la campagne. Après l’attentat contre Hitler en juillet 1944, il est arrêté par la Gestapo bien que n’étant pas résistant. Il échappe à la déportation, est libéré après quatre mois de détention, et attend son heure. Après l’armistice, l’administration américaine va lui demander de revenir aux affaires. Il ne quittera plus le pouvoir, jusqu’à l’âge de 87 ans.
 
Alternant avec soin séquences de fiction, images d’archives et témoignages d’historiens, de biographes, du fils d’Adenauer, Georg, et de sa fille Libet, ce documentaire retrace le parcours d’un des pères fondateurs de l’Europe, sous l’angle politique et intime. Il montre comment, dans les heures les plus graves de la Guerre froide, le chancelier allemand, farouche anticommuniste, va ancrer la RFA dans le bloc de l’Ouest, ramener la croissance économique, œuvrer dans le sens de la démocratie et de la concertation sociale, et se faire l’artisan, avec le général de Gaulle, de la réconciliation franco-allemande.
 
Pour apporter de la nuance, le documentariste utilise aussi le point de vue du meilleur ennemi d’Adenauer, Rudolf Augstein, journaliste au “Spiegel”, par l’intermédiaire du biographe de ce dernier. Bien qu’opposé à la politique du chancelier, le journaliste a su, in fine, reconnaître son talent politique, sa constance, et sa force d’action.
 

Les commentaires sont fermés.