Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/08/2012

Les vins en biodynamie

La Libre, Momento, Papilles, vins, biodynamie, guideLe Guide des vins en biodynamie en France est sorti. L’occasion de faire le point sur cette pratique.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


IL N’Y A PAS SI LONGTEMPS, la biodynamie était considérée comme une science occulte pratiquée par des hurluberlus appartenant à une secte mystérieuse. La page de l’inquisition est tournée depuis belle lurette, et le Guide des vins en biodynamie en France, rédigé par Evelyne Malnic et édité aux éditions Ferret, est l’occasion de faire le point sur cette pratique culturale.
 
L’auteur n’a identifié, en France, que 382 domaines en biodynamie qui représente peut-être l’avant-garde de la viticulture française et la viticulture de demain. Même si ces derniers (domaines) ne représentent qu’une toute petite partie de la viticulture française, on peut s’interroger sur le fait que certains des plus prestigieux domaines français ont adopté depuis des années ce mode cultural avec un succès évident que nul ne met en cause. Il suffit de citer, en Bourgogne, les domaines de la famille Boisset, et en particulier le domaine de la Vougeraie, et à Bordeaux, l’étoile montante, le Château Pontet-Canet, pour convaincre les plus incrédules.
 
 
A noter que sur 382 vins répertoriés, seulement 102 domaines ont présenté leurs vins à la dégustation. Les autres ont choisi de ne pas participer, parce que leur production est trop limitée, parce qu’ils n’y voyaient pas d’intérêt commercial, ou parce qu’ils ne voulaient pas s’afficher comme vins biodynamiques, un argument parfois réducteur utilisé à des fins de marketing.
 
Cependant, ce n’est pas parce qu’un vin est biodynamique qu’il est meilleur ou même bon. Tant en culture “bio” que biodynamique, à l’heure de la dégustation, la vérité dans le verre peut être très décevante. La biodynamie n’est pas une recette miracle, et un piètre vigneron sur un piètre terroir ne peut réaliser de miracles. De plus, il faut beaucoup de temps, d’observation, d’expérimentation pour intégrer tous les fondements de la biodynamie.
 
Par contre, force est de reconnaître, hors de toute polémique, que quand les vins en biodynamie sont bons, ils sont très bons. Ils affichent une grande pureté, une plus grande franchise, une meilleure typicité et une plus grande expression du terroir.
 
 
Pour chacun des vins classés par région, sont indiquées les caractéristiques culturales (cépage, terroir, rendement, taux de sulfite, vinification et élevage). C’est, certes, un guide de dégustation dont le nombre de coccinelles décernées indique la qualité du vin, mais c’est aussi un livre qui aide à mieux comprendre le vin en biodynamie. Une ouverture sur le monde de ces vignerons passionnés à qui on a laissé la parole pour expliquer avec leurs mots, leur vécu, leur philosophie, ce que la biodynamie représente pour eux et ce qu’elle apporte à leurs vins. L’engagement en biodynamie est plus que l’application d’un mode de culture, c’est également une vision du monde, une manière de penser.
 
Le Guide des vins en biodynamie; Evelyne Malnic; éditions Féret (presse@feret.com); 256 pages; 19,60 €.
 
 
Les pratiques biodynamiques
Comme l’agriculture biologique, l’agriculture biodynamique refuse l’utilisation de pesticides, insecticides et tous produits de synthèse (se terminant en -icide). Mais elle va plus loin. S’intégrant selon Steiner, le père de la biodynamie, dans un système planétaire, elle se singularise par une prise de conscience du rythme de la nature, de ses influences astrales, et s’attache à redonner vie et fertilité à la terre, à rééquilibrer et à revitaliser le végétal plus qu’à soigner en cas de maladie. Parmi ces pratiques, il y a des préparations à pulvériser et des préparations destinées au compost. Interdites autrefois par le régime hitlérien, ces préparations ont alors été désignées par des nombres. Et le sont toujours. Par exemple :
– les préparations à pulvériser : bouse de corne (500); silice de corne (501);
– les préparations destinées au compost : achillée millefeuille (502); camomille (503); ortie (504); écorce de chêne (505); pissenlit (506); valériane (507)…
L’usage du cuivre et du soufre n’est pas interdit. Les doses de sulfites pratiquées sont en général inférieures de moitié aux doses acceptées par la réglementation communautaire. Ces préparations sont dynamisées puis utilisées sous forme de tisanes ou de décoctions à doses homéopathiques en pulvérisation et appliquées selon les rythmes cosmiques, solaires, lunaires et planétaires.

Les commentaires sont fermés.