Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/08/2012

Retour dans le ventre de la mère

La Libre, Momento, Sorties, Festival de Chassepierre, art de rueC’est dans un espace ventral surprenant que Nathalie Maufroy et Chloé Périlleux accueillent le spectateur. Elles joueront leur nouvelle création ces 18 et 19 août prochains au festival de Chassepierre.

Alice Dive


L’UNE EST SCÉNOGRAPHE, L’AUTRE est comédienne. Ensemble, elles ont imaginé, pensé – rêvé même – et créé un spectacle de rue qui mérite que l’on s’y attarde un instant. Nathalie Maufroy et Chloé Périlleux s’apprêtent à jouer leur nouvelle création à Chassepierre.
 
Cette année, la 39e édition du très renommé festival international des arts de la rue aura lieu les 18 et 19 août prochains. A l’occasion de cet événement tant attendu, les deux artistes ont fait preuve d’une originalité remarquable et remarquée avec leur nouveau spectacle intitulé : “Enquête”.
 
Membres de la compagnie “Lune et l’autre” depuis sa création en 2006, les deux demoiselles n’en sont pas à leur premier coup d’essai à Chassepierre. Déjà sur scène en 2009 avec “Les Puces”, elles reviennent cette année avec une création théâtrale et plastique détonante. La scène se passe dans un petit chapiteau, une espèce de dôme, d’espace ventral qui entend faire référence au ventre de la mère”, décrit Nathalie Maufroy. Qui poursuit : Il y a quatre entrées et 48 spectateurs. Le spectacle commence avec la course des spermatozoïdes, le public s’installe, c’est la lutte pour la vie. Finalement, un spermatozoïde gagne, c’est mon personnage. Chloé, quant à elle, incarne l’ovule.”
 
A partir de là, le public se voit confronté à une série de questions existentielles et philosophiques. L’idée, c’est vraiment de parvenir à entrer dans un rapport intimiste avec le spectateur. Pour ce faire, on va susciter une forte interaction avec chaque personne, mais qui, en réalité, est fictive”, détaille Chloé Périlleux. En effet, durant toute la représentation, seize voix différentes vont venir répondre aux questions existentielles abordées. Des réponses qui sont en fait attribuées aux spectateurs présents dans l’espace ventral. Pendant plusieurs mois, Nathalie et moi avons interviewé des personnes de tout âge, issues de divers milieux pour obtenir le panel d’individus et de réponses le plus large possible”, raconte la comédienne. Elle continue : Des questions sur le sens de la Vie telles que : ‘Pourquoi naît-on ? A-t-on choisi d’être sur terre ? A-t-on choisi nos parents ? Que faut-il faire dans une vie pour la sentir réussie et utile ? Qu’est-ce que la Mort ? Quitte-t-on vraiment ce monde ?’ Une matière sonore que nous avons donc spatialisée dans un espace défini de façon à ce que les spectateurs puissent compter sur ces voix pour répondre à leur questionnement. C’est en cela que l’interaction avec le public est indirecte.
 
Lieu de réflexion donc, l’espace ventral fait aussi référence à la caverne de Platon, cet endroit dont les murs pensent et incarnent la collectivité de pensées. Le spectacle s’articule ainsi en trois temps : “choisir d’arriver” avec la mise au monde et les choix de vie à faire, “l’(in)utilité d’être” en “faisant des cours de langues, en faisant plaisir, en faisant le fier, en faisant un grand voyage, en faisant l’amour, en ne faisant rien,…” et “ dernier souffle” qui aborde des thèmes liés à la Mort, à la peur de vieillir, aux angoisses de mort, etc. Quand j’étais plus jeune, je venais souvent à Chassepierre en tant que spectatrice. Aujourd’hui, je me retrouve de l’autre côté de la scène, c’est très agréable”, affirme Chloé. Avant de souligner : “Ici, on n’est pas du tout dans un festival genre ‘star system’, c’est très simple et brut.”
 
Déployé au cœur du village, le festival de Chassepierre est, en effet, connu pour son cadre bucolique. Il l’est aussi pour le professionnalisme de ses artistes. Cette année, pas moins de 52 compagnies sont au menu du week-end. Une programmation “de qualité”, nous affirme-t-on, que vous pouvez découvrir dans son entièreté sur www. chassepierre.be.
 

Ph.: Dragan Markovic

Les commentaires sont fermés.