Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/09/2012

Rien n'est acquis

La Libre, Momento, Autoportrait, Jérôme Stéfanski, cuberdons LéopoldJérôme Stéfanski est le créateur de la marque “Cuberdons Léopold”. A travers une fabrication 100 % belge et artisanale, les Cuberdons Léopold ont l’ambition de représenter toute la richesse du patrimoine culturel du royaume de Belgique.


JEROME STEFANSKI EN 5 DATES

1951 : en plein baby-boom, c’est l’année de naissance de mes parents. Naître à cette époque est une bénédiction. La frénésie d’après-guerre, la relance économique, la consommation de masse et sa remise en question, mai 68 et les golden sixties, Woodstock, le disco, le rap, la techno, etc. J’ai l’impression que les chanceux qui sont nés à cette époque ont tout vécu !
 
30 juin 1983 : le jour de ma naissance. J’adore cette date, car elle correspond à l’arrivée des grandes vacances, de la chaleur et des apéros. C’est la fin de l’année scolaire, donc le début de la liberté ! L’année 83 est une année exceptionnelle pour les vins de Bordeaux que j’affectionne particulièrement. 1983 est aussi une année douloureuse pour la bande dessinée qui perd l’un de ses plus grands auteurs, Hergé.
 
2001 : l’année où je débute mon cursus universitaire avec le sentiment de passer enfin aux choses sérieuses. Année où je preste mon premier job d’étudiant en tant que GO au Club Med. Cette expérience répétée m’apportera le sens de la débrouillardise, le goût du voyage et des découvertes. 2001, c’est aussi le 11 septembre et l’effondrement des Twin Towers à New York, une ville dont je suis tombé amoureux.
 
18 juin 2011 : le jour de mon mariage. Pouvoir rassembler toutes les personnes qu’on aime en une seule journée est une chose unique et inoubliable. Le faire au côté de celle qu’on aime et s’engager avec elle n’a pas de prix.
 
9 février 2012 : date à laquelle nous avons officiellement lancé les Cuberdons Léopold avec Sophie, mon épouse. Le chiffre 9 semble nous porter bonheur, puisque c’est également le 9 décembre que mes lèvres se sont posées sur les siennes pour la première fois, en 2003 exactement.
 
 
UNE PHRASE
 
“L’imagination est plus importante que le savoir.”
Albert Einstein

 
 
UN EVENEMENT DE MA VIE
 
Pas simple pour moi de dévoiler ce genre de choses, mais j’ai vécu le divorce de mes parents comme une onde de choc. C’est un événement douloureux qui m’a rendu plus fort. J’avais quinze ans à l’époque et pensais que notre cocon familial était indestructible. En pleine adolescence, cet événement a profondément orienté ma vision de la vie. Cela m’a appris que rien n’est jamais acquis et que la remise en question est une chose essentielle, tant dans la sphère affective que professionnelle. J’ai pu aussi mesurer le poids que peut jouer le côté matériel dans un ménage. Je me suis alors juré d’être toujours indépendant financièrement. Enfin, cet événement m’a aussi fait comprendre que rien n’est jamais tout blanc ou tout noir dans la vie. Avant de juger, il est d’abord nécessaire de faire la part des choses et de considérer les causes réelles qui guident les actes de chacun. La compréhension et le pardon ne sont atteignables qu’à cette condition.
De nos jours, le divorce est une pratique courante, perçue comme quelque chose d’ordinaire. Pourtant, lorsqu’un enfant se retrouve au cœur d’une séparation, les choses ne sont pas si simples. La banalisation est source d’angoisse. On angoisse, car on se sent idiot et vulnérable de souffrir d’une situation socialement considérée comme ordinaire.
 
 
UNE DATE
 
Le 21 juillet 1831
Jour où Léopold Ier prêta serment sur la Constitution et marqua l’indépendance du royaume de Belgique. Nombreux sont les Belges qui critiquent notre Famille royale. Pourtant, si Léopold Ier ne s’était pas dévoué pour diriger la Belgique et la protéger des grandes monarchies européennes, nous serions tous Français ou Néerlandais. Aujourd’hui, la Famille royale perpétue cet équilibre et remplit un rôle représentatif et économique non négligeable. Je ne me considère pas comme royaliste, simplement, je pense que, pour aller de l’avant, nous devrions tous jeter un œil dans le passé et regarder d’où l’on vient. Nous envions souvent les autres nations en oubliant que notre pays regorge de trésors, tant au point de vue historique que culturel. Etre chauvins et fiers de notre plat pays favoriserait le rapprochement des différentes communautés qui le composent.
Toute ambition contenue, c’est un peu le message que nous voulons véhiculer avec nos Cuberdons Léopold.
 
 
TROIS LIEUX
 
Les hutongs de Pékin
J’ai eu récemment la chance de découvrir Pékin et Shanghai. Les hutongs sont des petites ruelles authentiques situées dans la vielle ville et sont considérées comme l’âme de Pékin. Elles sont constituées d’une multitude de petites maisons traditionnelles qui contrastent avec les gigantesques tours de verre de la capitale chinoise. La nuit, l’atmosphère y est à la fois féerique et surréaliste. C’est un peu la Chine des Mystères de Pékin. On y trouve de tout, des objets d’artisanat, aux derniers gadgets à la mode, en passant par les vêtements de créateurs. Les bars et restaurants typiques y sont nombreux. Les barbecues “sauvages” sont excellents, et à même la rue, on peut y déguster de délicieuses brochettes de poulet, des nouilles sautées au bœuf, et même des insectes grillés pour les plus téméraires ! On y croise des locaux, mais aussi des voyageurs du monde entier. La nuit, les hutongs réveillent mon âme de baroudeur et, malgré l’effervescence et l’obscurité qui y règnent, je m’y sens apaisé et en sécurité.
 
Manhattan
J’ai découvert New York pour la première fois en 2008. A peine y avais-je posé un pied que ce fut une révélation, le sentiment d’avoir toujours connu cette ville et de m’y sentir tellement heureux. Depuis, j’ai eu la chance d’y retourner à plusieurs reprises. La dernière fois, ce fut en 2010 pour y demander la main de ma femme. La frénésie qui y règne en permanence, l’ouverture d’esprit et l’excentricité des New-Yorkais, l’architecture sensationnelle, les odeurs, l’art dans toutes ses formes… sont autant d’éléments qui me touchent. New York, c’est Wall Street, la finance, le business, mais c’est aussi Soho, Broadway, Meetpacking, la création dans toutes ses formes et dans toute sa splendeur. L’harmonie fragile qui règne dans cette ville, entre ses côtés rationnels et ses côtés émotionnels, me ramène à ma propre personnalité. Enfin, à New York, il souffle toujours un vent d’optimisme qui vous fait penser que TOUT est possible à force de chance et de travail. C’est une vision de la vie à laquelle j’adhère à 2000 %.
 
Le quartier de la place Brugmman
Pourquoi toujours vouloir aller chercher le bonheur si loin, lorsqu’il est si proche ? Ce quartier d’Ixelles est un véritable havre de paix, idéal pour se ressourcer sans quitter la ville. Les bonnes tables et les boutiques à la mode y sont légion. On y croise le Tout-Bruxelles, mais pas seulement. Les nombreux expats qui vivent dans le quartier contribuent au vent de fraîcheur qui y règne. J’aime le côté “village” de ce quartier et l’ouverture d’esprit des personnes qui le fréquentent. C’est un lieu chic et raffiné, sans être prétentieux, auquel je m’identifie.
 
 
TROIS LIVRES
 
“99 Francs”, de Frédéric Begbeder
Ce livre m’a interpellé par le ton employé par l’auteur, par sa légèreté et par la méthode utilisée pour véhiculer son point de vue. C’était la première fois que je lisais un ouvrage rédigé de façon aussi directe, à la limite de la vulgarité. Au final, il dénonce la société de consommation, mais cette remise en question est exposée de façon très subtile. Le bouquin a le mérite de faire passer un message fort, sans prendre la tête au lecteur. Mieux, il le divertit ! J’adore les gens qui savent vous apprendre des choses, sans vous emmerder, et sans se faire passer pour des donneurs de leçons.
 
“Casino”, de Nicholas Pileggi
J’ai remué ciel et terre pour dégoter cet ouvrage introuvable après avoir vu le film de Scorsese. Le scénario du film, ses personnages et son univers sulfureux m’ont tellement plus que j’ai voulu en savoir plus sur cette histoire vraie. Ce livre raconte de façon détaillée les origines mafieuses de Las Vegas. Le crime organisé, lorsqu’il ne met pas en cause la vie d’innocents, a quelque chose d’envoûtant, car il reflète la nature même de notre société. L’appât du gain, l’enrichissement personnel, la corruption et la trahison sont des points très peu catholiques, qui côtoient en permanence des valeurs saines comme l’intelligence, la solidarité, la confiance, l’esprit d’équipe et le courage à toute épreuve. Le pire dans “Casino”, c’est que tout ça semble parfaitement légal. Il suffit de s’intéresser à l’actualité politique, économique et financière pour constater que seule la notion de légalité suffit parfois à distinguer un voyou d’un grand homme. Celui qui sait lire entre les lignes du livre comprend qu’il ne suffit pas d’avoir une belle femme, une grosse voiture et des dollars plein les poches pour réussir sa vie et être heureux.
 
“L’Instinct de mort”, de Jacques Mesrine
Ce livre a été écrit par Jacques Mesrine en 1977, alors qu’il était en prison. Le gangster y aborde son parcours, mais aussi et surtout son soulèvement radical contre les conditions de détention en quartiers de haute sécurité. La privation de liberté est un sujet qui me touche, car je ne peux concevoir que l’on me prive de la mienne en m’enfermant entre quatre murs. Je crois qu’à leur sortie de prison, les détenus retrouvent souvent la liberté avec une haine et une soif de vengeance exacerbées. La société pense les punir pour leurs actes, mais au final, c’est elle qui se tire une balle dans le pied. Ce livre a suscité en moi le besoin de m’informer davantage sur la détention, sur son utilité et, surtout, sur son efficacité. J’ai même été jusqu’à rencontrer un haut responsable des droits de l’homme en prison, pour lui faire part de ma volonté de m’impliquer en devenant visiteur de prison. Au bout d’une heure d’entretien, cette personne m’a complètement dissuadé de mener à bien ce projet pour des raisons de sécurité. Cherchez l’erreur.
 
 
Ph.: Johanna de Tessières

Les commentaires sont fermés.