Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/09/2012

41 mégapixels, et puis ?

la libre,momento,pixels,capteur photo,nokia,pureview 808Le nombre de pixels des capteurs photo des téléphones ne fait que croître, mais est-ce bien nécessaire pour augmenter la qualité de vos images ? En fait, tout est une question de traitement. Tentative de réponse avec le test du Nokia PureView 808.

Etienne Scholasse


RAPPELEZ-VOUS, AU MOIS DE FÉVRIER, Nokia faisait le buzz en annonçant un smartphone avec un capteur photo de 41 mégapixels (MP), doté d’un optique Carl Zeiss (voir ci-dessous). Un aussi grand nombre de pixels n’est même pas dépassé par les reflex professionnels disponibles aujourd’hui. Nous avons pu tester l’appareil uniquement dans ses fonctions photo au siège de Carl Zeiss à Oberkochen en Allemagne.

Tout d’abord, pourquoi un nombre si élevé de pixels ? Est-ce bien nécessaire ? Les ingénieurs ont décidé de repenser complètement la conception des smartphones en partant de deux constats : le consommateur veut disposer de fichiers de qualité et zoomer pour se rapprocher des sujets qu’il photographie. Le procédé général pour la construction des zooms numériques des APN est d’interpoler les pixels pour arriver à des fichiers exploitables. Le principe de l’interpolation veut que le système crée des pixels virtuels pour donner des images de bonne définition.

L’idée des ingénieurs est d’utiliser un grand capteur (une taille de 10,82 mm x 7,52 mm) doté de 41 mégapixels. Et, donc, lorsque vous zoomez, vous utilisez une partie du capteur, mais qui correspond à de vrais pixels.

Mais à quoi servent les autres pixels, me direz-vous ? Sont-ils perdus ? Non. Les informations qu’ils contiennent sont reprises pour créer un “superpixel”. 7 pixels vont ainsi “fabriquer” un superpixel. C’est le suréchantillonnage. La taille de chaque pixel est de 1,4 micron, plus grand que celle de ces concurrents. Ce qui permet de mieux capturer la lumière. Par conséquent, le bruit de l’image, son aspect moucheté ou granuleux, diminue. Mais dans la pratique, qu’est-ce que cela vaut ? A regarder l’exemple ci-dessus, clairement, les promesses sont tenues. On remarque que l’image produite par le 808 comporte plus de détails et est mieux définie. Les pixels sont plus adoucis pour une image en comportant moins.

Par ailleurs, les options photographiques sont très complètes. On retrouve un histogramme pour contrôler l’exposition et plusieurs modes de mise au point : le traditionnel mode automatique, mais également une mise au point sur l’infini ou sur la distance hyperfocale pour avoir des photos avec une profondeur de champ maximum. Une option intervallomètre (prises de vue d’images à des intervalles de temps définis) est également présente.Trois  modes de prises de vues sont proposés: automatique, scènes prédéfinies, et créatif (ou manuel). L’interface en mode manuel est très pratique et permet de modifier les réglages rapidement. Trois petits points négatifs : on peut regretter l’absence de fonction panorama et de prises de vue HDR sur un tel appareil, deux fonctions qui sont de base sur les autres smartphones. De plus, le mode rafale est un peu lent.

La firme finlandaise a également développé des accessoires (pied, support, batterie, cordon USB de téléchargement des fichiers), de quoi donner à ce téléphone des allures d’appareil photo. En fait, tout ce qui lui manque pour jouer sur ce terrain est un réglage des vitesses de l’obturateur et du diaphragme.
Le Nokia 808 PureView est disponible au prix de 649 € TVA incluse.


Optique
L’histoire de la firme Zeiss commence le 17 novembre 1846 quand Carl Zeiss ouvre un atelier pour réparer et vendre du matériel scientifique à Iéna en Allemagne. Ensuite, sur les conseils de son professeur de botanique, il décide de se lancer dans la fabrication de microscopes. La demande croissante des chercheurs et des médecins pour ce type de matériel permet le développement de ses ateliers. En 1860, il travaille avec le physicien Ernst Abbe qui théorise le calcul optique des lentilles. Le physicien préconise aussi la séparation entre la partie mécanique et les lentilles dans le microscope. La collaboration avec le chimiste Otto Schott permettra d’augmenter la qualité de fabrication des lentilles. Ces trois hommes, Zeiss, Abbe et Schott assureront la réussite de l’industrie dans le secteur de l’optique. Aujourd’hui, la firme Carl Zeiss est présente non seulement dans les optiques photographiques et de cinéma, mais également dans le secteur des verres pour lunettes, la technologie médicale, les systèmes de mesures, les microscopes et les appareils de production des semi-conducteurs. Environ 24 000 personnes travaillent pour Zeiss à travers 30 pays.

Ph.: E.Scholasse

Les commentaires sont fermés.