Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/10/2012

Rétro, mais pas trop (juste ce qu'il faut)

La Libre, Momento, Tendances, rétro, vintage, 2e main, boutiques, ParisLe vintage a le vent en poupe, c’est le moins que l’on puisse dire. Au point d’ailleurs que tout ce qui est un peu vieillot gagne le droit de se faire appeler rétro ou vintage.
On est allé se balader dans la capitale de nos charmants voisins français en quête de belles choses anciennes. Un circuit pour les adeptes de seconde main et de beaux objets du temps passé… Ceux qui aiment moins l’idée de la seconde main n’ont pas pour autant été oubliés…

En mode furetage: Aurore Vaucelle


Vintage, les binocles !

Le concept de vintage prend du galon, et devient vendeur. Sans compter qu’il ravit, d’un côté les adeptes de l’ancien, et, de l’autre, les spécialistes d’un domaine en particulier – ici, la lunetterie. David B. est opticien, et il connaît bien son métier. Lassé qu’il était de vendre des montures passables ou de piètre qualité, il a lancé son affaire d’“Optique Durable”, récupérant les stocks d’anciens magasins d’optique et se faisant inlassable collecteur de montures antiques. Connaisseur, mais aussi praticien, il propose à ses clients un bilan oculaire tout de suite suivi d’installations des verres, si le prix vous convient.
Très jolies pièces à regarder, à essayer dont cette paire de lunettes papillon, des années 80, signées Chantal Thomass. Un collector sur le bout du nez, rien de moins. Et il vous fait, s’il vous plaît, un prix, si vous venez avec une monture démodée, plus utilisée.
Optique Durable, 2, rue Amelot, Paris XIe. Infos : www.optiquedurable.fr


Patine de l'objet

Mme Auguet, la tenancière, n’a pas découvert le concept du vintage il y a deux mois dans un magazine lifestyle qui t’apprend la vie. Ça fait déjà un bail qu’elle tient sa boutique dans une petite rue discrète du côté du métro Mabillon. Chez elle, tout est authentique, le temps est passé sur les objets, leur donnant une belle patine. Pas de chichis, les prix sont honnêtes; un tailleur Saint Laurent s’affiche à un prix autorisé, dommage qu’il soit un poil trop grand. Des chapeaux à voilette, un manteau en léopard pour starlette, des escarpins de jeunes premières, des robes de jeunes mariées, pour revivre le même bonheur que quelqu’un. On peut tout essayer, ici, le temps est déjà passé, on ne le rattrape pas. Alors, on n’est pas pressé.
Ragtime, 23, rue de l’Echaudé, Paris VIe.


Le faux rétro… donc, neuf

On peut aimer les formes de la mode à l’ancienne et ne pas être grand adepte du concept de seconde main, ça n’est pas un souci. Chez Cocktail, par exemple, on propose du tout neuf, mais de style rétro. Mention spéciale pour cette broche Art déco (49 €) et cette autre, plutôt Art nouveau (165 €). Toutes les bourses ainsi que les nostalgiques de toutes les époques peuvent s’y retrouver. Courez-y avant tous ceux-là.
Cocktail, 13, rue Racine, Paris VIe. Infos :www.lullabi.com/


La Libre, Momento, Tendances, rétro, vintage, 2e main, boutiques, ParisLe luxe façon vintage

Le luxe se décline aussi dans des accents vintage. Précisément, les fans de belles choses ont compris que la qualité était sans doute plus au rendez-vous dans le passé – et dans les maisons de couture en particulier. Chez Catherine B, on pourrait manquer de se pâmer. Une mini-boutique remplie à craquer, du plafond au plancher, de pièces “vintage” Chanel et Hermès. Pas spécialement bradées. Aux prix du marché.
Empilés d’un côté de la boutique, des montagnes de carrés Hermès de toutes les espèces, et des sacs en cuir colorés, sans logo, le design des sacs à main suffit à repérer le travail du malletier centenaire.
De l’autre côté du magasin, face au dieu Hermès, des objets estampillés de grands C, brillants, dorés, marquage reconnaissable de la griffe de Coco Chanel. Souliers, sacs matelassés, des bijoux aussi et colifichets dans le plus pur style de Gabrielle C. Un sautoir années 50, vendu 3 000 €, rappelle que le vintage a un coût, quand il est de bonne qualité et qu’il raconte par ailleurs un morceau d’histoire des temps passés.
Les trois marches de Catherine B. 1 rue Guisarde, Paris VIe.


La perle rare à prix d'ami

Il y a vintage et seconde main. L’un paraît d’ailleurs plus chic que l’autre. Mais ne méprisons pas les qualités d’un bon dépôt-vente qui cache toujours une perle ou deux au milieu de ses portants de vêtements. Mieux encore, dans un dépôt-vente, le prix reste toujours plus avantageux que chez un vendeur qui se dit spécialiste du vintage. Chez City Troc, on a trouvé un T-shirt rigolo signé Tsumori Chisato à 50 € ou des robes fleuries Comptoir des Cotonniers à très bon marché. Mot d’ordre : fouillez !
City Troc Dépôt-Vente, 2, rue Jean Pierre Timbaud, Paris XIe.


La Libre, Momento, Tendances, rétro, vintage, 2e main, boutiques, ParisBoudoir coquet, mais imparfait

Les fans de vintage pousseront la porte de cette coquette boutique avec ravissement, puisque tout y est joli et choisi avec goût. Quelques belles pièces griffées, un peu de Saint Laurent, par-ci, par-là, quelques socques en bois japonais amusants à essayer – Dieu que les Japonaises ont de petits pieds ! On déplore cependant que la vendeuse ne soit pas aussi délicate que le décor de son boudoir, avec ses clientes qui sont ou trop grandes ou trop petites, voire trop dodues. Heureusement que la cliente éclairée sait que la perfection n’est pas de ce monde !
Ma Jolie Garde Robe, 15, rue Commines, Paris IIIe.


Solidaire, l'achat vintage

“Vintage” se dit d’un objet ancien dans sa forme ; “seconde main” est ancien, lui aussi, par son statut d’objet précédemment utilisé par quelqu’un. Et si le vintage a la cote, le seconde main un peu moins. Des espaces comme la Boutique Solidaire, métro Filles de Calvaire prouvent que les deux notions sont sœurs, et arrivent astucieusement à joindre l’utile à l’agréable. Triant et revendant des pièces de seconde main, issues des stocks déposés au Secours catholique – par ailleurs, principal financeur de la démarche –, la Boutique Solidaire est d’abord un chantier de réinsertion. Ici, tous les employés sont en cours de réinsertion professionnelle, avant de “pouvoir voler de leurs propres ailes”, comme ils nous le racontent.
Ambiance détendue, jolies choses à regarder, tout le monde fouille et papote, comme dans une kermesse de village. La Boutique Solidaire, version sociale du shopping ?
Boutique Solidaire, 7, boulevard du Temple, Paris IIIe. Infos : www.bisboutiquesolidaire.fr


La Libre, Momento, Tendances, rétro, vintage, 2e main, boutiques, ParisDes bijoux couture

Les plus gros bijoux que la mode n’ait jamais vus sur podium ? C’était à la grande époque de Christian Lacroix. Bernard Arnault, actuel M. LVMH, a fait ses premiers pas dans l’investissement du marché de la mode en lançant le jeune Christian Lacroix qui bossait alors pour la maison Patou. Il lui propose de faire les plus belles choses possibles. Christian Lacroix ne se le fait pas dire deux fois. Ses collections des années 80 et 90 se caractérisent par une effervescence de brocards, de dorures, de velours, de brandebourgs. L’art du costume par Lacroix s’accompagne d’une création joaillière exubérante – voire même géante. Où les trouver à l’heure actuelle ? Derrière l’Odéon, on a dégoté un gisement. Pas trop cher. Exemple photographié, ces grandes boucles dorées, à 150 € la paire de Lacroix vintage.
Chez New-Yorkaise, rue Monsieur le Prince, Paris VIe.


Ph.: Johanna de Tessières

Les commentaires sont fermés.