Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/10/2012

Bertinoro, la cité de l’hospitalité

La Libre, Momento, Papilles, Vins, BertinoroAujourd’hui, ses habitants sont fiers de faire découvrir la mémoire viticole de la région.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


DEPUIS 1926, CHAQUE premier week-end de septembre, la commune de Bertinoro, perchée sur une colline qui domine les vignobles et oliveraies d’Emilie-Romagne, célèbre la fête de l’hospitalité. Une tradition qui remonte au XIIIe siècle, époque où fut érigée par Guido del Duca la “colonne aux anneaux” pour apaiser les querelles auxquelles se livraient les nobles familles de Bertinoro. Celles-ci se disputaient pour accueillir sous leur toit les voyageurs de passage dans leur belle contrée. En effet, à l’époque, ces pèlerins constituaient la seule source d’information sur ce qui se passait dans le reste du monde.
 
Aux anneaux fixés sur cette imposante colonne de pierre les voyageurs attachaient leur cheval. Chaque anneau correspondait à une famille qui avait alors la chance de pouvoir recevoir son hôte. Chaque année, cette tradition est perpétrée et commémorée au pied de ce monument symbolisant l’hospitalité des habitants de Bertinoro. Une centaine de personnalités sont invitées à décrocher des anneaux une enveloppe qui renferme le nom de la famille qui partagera sa table.
 
Mais Bertinoro n’est pas que la cité de l’hospitalité, c’est aussi une ville de vin située entre les chaînes montagneuses des Apennins et la mer Adriatique. L’est de l’Italie est isolé des villes riches comme Rome, Florence ou Turin où se sont installées les riches familles italiennes qui, traditionnellement, y plantaient de la vigne pour asseoir leur prestige. Parce qu’il y a 50 ans cette région de l’Italie était pauvre, la viticulture moderne a accusé un retard dans son développement. Aujourd’hui, les choses ont changé et l’Emilie-Romagne s’est convertie non seulement en grenier de l’Italie mais aussi en l’une des principales régions viticoles de la botte. Au milieu de ces vastes plaines de céréales, l’AOC Bertinoro apparaît comme un coin de Toscane. Le millier d’hectares de vigne que compte l’appellation s’étend au pied de la colline sur des pentes douces puis abruptes à son sommet. De la place principale de Bertinoro la vue embrasse un panorama qui s’étend jusqu’à la mer Adriatique. Les particularités des vins issus de différents vignobles trouvent leur origine dans la situation des parcelles, en fonction de leur altitude et de leur exposition aux vents provenant de l’Adriatique. Les vins présentant le plus de fraîcheur sont ceux qui se situent en altitude et sont orientés à l’Est, face au littoral.
 
 
A Bertinoro, on produit des vins blancs, notamment l’albane qui a été le premier vin blanc en Italie auquel la reconnaissance de la AOCG (Appellation d’origine certifiée garantie) a été conférée, mais aussi du trebbiano et le cépage local, le pagadebit di romagna. Le pagadebit est un vin blanc produit dans la province. Son nom curieux, qui dans le dialecte romagne signifie “paiement des dettes”, vient du nom local donné à la variété bombino bianco. Il a le grand avantage de résister aux conditions climatiques défavorables et, de cette façon, l’agriculteur, même dans les pires années, est capable de produire du vin dont le produit de la vente sera consacré à payer les dettes contractées l’année précédente.
 
Les vins rouges proviennent principalement du sangiovese et, dans certaines zones, du cagnina. Les plus belles expressions du terroir de Bertinoro s’expriment dans les sangiovese qui sont particulièrement fruités, bien équilibrés et assez aromatiques. Ce qui les rend encore plus attractifs, ce sont leurs prix qui se situent entre 8 et 18 €. On peut parler ici de sangiovese à un juste prix qui correspond à leur niveau qualitatif et non pas, comme dans d’autres régions d’Italie, à la notoriété ou au prestige du producteur ou de l’appellation.
 
Depuis 2010, un consortium des vins de Bertinoro qui réunit 9 caves (Bissoni, Campo del Sol, Celli, Fatoria Paradiso, Giovanna Madonia, Tenuta la Viola, Tenuta Villa Trentola et Uve delle Mura) s’efforce de promouvoir l’histoire de sa ville, sa culture, la qualité de ses vins mais surtout ses remarquables sangiovese. En décembre dernier, il a inauguré “Les Archives Historiques des Sangiovese de Romagne”, un caveau où sont préservés les sangiovese les plus représentatifs de la région dans des conditions de température et d’hydrométrie optimales. C’est en quelque sorte la mémoire viticole de la région que les habitants de Bertinoro sont fiers de faire visiter à leurs hôtes.
 
 
Etymologie
La légende raconte que Galla Placidio, la fille de l’empereur Theodosius, lors d’une visite dans la région, demanda à boire, et qu’il lui fut servi le vin local dans une tasse en terre cuite. Elle se serait exclamée que le vin était si bon qu’il aurait fallu le boire dans de l’or. Ce qui se traduit en italien par “berti in oro”,  à l’origine du nom de Bertinoro.
 
 
Ph.: Stefania Mazza

Les commentaires sont fermés.